kalafoto - Fotolia

Green IT : dans le cadre de son projet zéro carbone, Google rend DeepMind disponible pour tous

Google utilise déjà de l’énergie renouvelable et l’IA pour optimiser la consommation de son parc de centre de données. La nouvelle étape est de décarboner le monde de toutes ces émissions depuis la création de l’entreprise.

Le PDG de Google, Sundar Pichai, vient d’annoncer que le géant du cloud allait faire un pas de plus vers le développement durable et le zéro carbone.

Suite de l'article ci-dessous

Pour mémoire, Google est devenu neutre en carbone en 2007. Depuis 2017, Google compense l’ensemble de sa consommation annuelle d’électricité avec une énergie 100% renouvelable. Aujourd’hui, le géant du cloud public veut aller encore plus loin, il s’engage d'ici 2030 à opérer avec une énergie sans carbone « partout, à tout moment ».

« Nous avons été la première grande entreprise à devenir neutre en carbone, [et] à acheter 100 % de l’électricité que nous consommons en énergies renouvelables (en 2017) », rappelle Sundar Pichai. « Nous gérons le cloud mondial le plus propre et le plus économe en énergie du secteur. Et nous sommes le plus grand acheteur privé d’énergies renouvelables au monde », écrit-il dans un billet de blog. « Pour notre troisième décennie d’actions en faveur de l’environnement, nous allons aller encore plus loin et contribuer à construire un avenir sans carbone, pour tous ».

« Il n’y a pas si longtemps, il était difficile d’imaginer une électricité sans carbone 24h/24 et 7j/7 – tout simplement parce que le vent ne souffle pas constamment, et que le soleil ne brille pas la nuit. Mais grâce aux derniers développements technologiques et avec les bonnes politiques publiques, la promesse de consommer une énergie propre 24/24 et 7/7 sera bientôt à portée de main ».

« Pour y arriver, Google investira dans des approches qui nous permettront de nous approvisionner de manière fiable en énergie sans carbone, et ce partout, à tout moment de la journée ».

Au-delà de ses datacenters, Google avance qu’il soutiendra des technologies pour aider ses partenaires. « Par exemple, nous investissons pour augmenter la production de 5 gigawatts supplémentaires d’énergie propre dans des zones industrielles d’ici 2030 ». Pour Sundar Pichai, ceci devrait aider plus de 500 villes à réduire leurs émissions.

Pour lui, ces initiatives créeront directement plus de 20 000 nouveaux emplois dans les énergies propres et les industries associées à travers le monde, d’ici 2025.

DeepMind disponible pour tous

« Nos centres de données sont de gros consommateurs d’énergie. Si nous pouvons obtenir une énergie totalement sans carbone pour notre parc, nous pourrons démontrer […] qu’une économie sans carbone est possible », renchérit Urs Hölzle, vice-président senior pour l’infrastructure technique chez Google.

L’argument est vert, mais aussi commercial à mesure que le Green IT devient une préoccupation de plus en plus partagée. Google propose par exemple des outils pour montrer à ses prospects l’impact d’une migration vers Google Cloud, en prenant en compte les émissions de leur centre de données, et la manière de les réduire dans GCP.

« Nous avons déjà fait beaucoup de progrès et nous allons redoubler d’efforts. Par exemple, nous avons lancé un système qui permet de décaler le traitement de tâches flexibles vers les périodes où l’électricité sur le réseau est la plus propre », illustre Urs Hölzle. « Au Nevada, nous avons proposé l’un des plus grands projets au monde de stockage d’énergie solaire. Et nous appliquons aussi du machine learning pour optimiser la manière dont les parcs éoliens fournissent de l’énergie ».

Concernant le machine learning, Google estime à 30 % la réduction de sa consommation pour le refroidissement grâce à l’IA de DeepMind qu’il a racheté en 2014.

DeepMind et Google Cloud rendent d’ailleurs aujourd’hui cette technologie cloud disponible dans le monde entier pour une utilisation par les aéroports, les centres commerciaux, les hôpitaux, les datacenters, les bâtiments professionnels et les installations industrielles.

En début d’année, à Davos, Microsoft avait pris des engagements similaires.

Pour approfondir sur Green IT

Close