ekzman - Fotolia

Veeam s’aperçoit de l’existence de Red Hat

Alors que l’éditeur open source ne faisait pas partie des priorités de Veeam, l’édition annuelle de VeeamOn a marqué un tournant. Le succès de Kubernetes – et de son équivalent OpenShift chez Red Hat – n’est sans doute pas pour rien dans ce nouvel intérêt.

L’édition 2021 de l’événement VeeamOn, qui s’est déroulé fin mai, a vu Kubernetes comme axe central du fournisseur de sauvegarde. Le support de Kubernetes a été d’autant plus facilité que Veeam a racheté Kasten à l’automne dernier. Du coup, Veeam s’est intéressé un peu plus près à Red Hat. Les machines virtuelles Red Hat, basées sur KVM seront mieux prises en charge : « les sauvegardes avec Kasten 10 seront beaucoup plus simples », promet Danny Allan, CTO de Veeam.

Autre nouveauté, « nous ajoutons un quatrième hyperviseur, Red Hat virtualization, (RHV), une variante de KVM », annonce le CTO de Veeam. Le succès d’OpenShift n’y est pas sûrement étranger, puisque Red Hat Open Shift est une raison pour laquelle Veeam travaille beaucoup avec Red Hat, Kubernetes étant à la fois présent dans le cloud et on premise. Michael Cade, Senior Global Technologist, chez Veeam ne s’en cache pas : « nous avons beaucoup travaillé avec Red Hat pour changer et accélérer la restauration de KVM. Nous allons continuer sur cette voie ».

Mais évidemment, la tendance actuelle est à la containérisation, que ce soit avec Kubernetes ou d’autres technologies, même si OpenShift a une sérieuse avance : « RHV n’est pas encore disponible, mais le sera avant la fin de l’année. Nous travaillons sur les différentes versions de KVM, que ce soit celle de Red Hat ou Nutanix. Notre approche est agnostique. Kasten K10 vise purement Kubernetes. Nous ne nous préoccupons pas de savoir si Kubernetes tourne sur le cloud public, on premise ou s’il s’agit d’OpenShift », insiste Michael Cade.

Jongler avec les différentes versions de KVM

Surtout, la collaboration avec Red Hat est prévue sur le long terme. L’idée est d’intégrer les procédures de sauvegarde de Veeam directement dans le noyau Linux. Une première version bêta de cette fonctionnalité est prévue pour cet été. « Notre objectif est d’intégrer Veeam Backup for Cloud Platform avec Kasten K10 par rapport à Kubernetes », précise Michael Cade.

Évidemment, l’intérêt de Veeam n’est pas un hasard : OpenShift, d’autant plus depuis le rachat de Red Hat par IBM, est en train de devenir le standard, plus que Kubernetes. Les opérateurs télécoms, en particulier, sont friands de Red Hat. Mais la portabilité reste très importante. Pour cela, les développeurs doivent travailler avec différentes technologies de containers : « et il faut avouer que ce n’est pas facile », reconnaît Michael Cade.

Les versions de KVM employées par Nutanix et Red Hat sont en effet très différentes. La plateforme centralisée de Red Hat est supposée régler ce genre de difficultés.

Pour approfondir sur Backup et protection de données

Close