tostphoto - Fotolia

Troisième trimestre fiscal difficile pour HP

La firme dirigée par Meg Whitman a vu son CA reculer de 8,1% et son bénéfice net de 13,2% du fait de la déprime des PC, des imprimantes et des services d'entreprises

Alors qu’HP se prépare à se couper en deux, Meg Whitman a présenté des résultats plutôt décevants pour le troisième trimestre fiscal de la firme. Le chiffre d’affaires s’établit ainsi à 25,34 Md$ en recul de 8,1 % sur un an, tandis que le bénéfice net de la firme de Palo Alto recule de 13,2 % par rapport à la même période de 2014, à 854 M$.

Le PC et les imprimantes au troisième sous-sol

L’activité PC (Personal Systems) a reculé fortement au cours du trimestre. Les ventes au grand public ont dévissé de 22 % tandis que le marché professionnel était plus qu’atone (-9 %). Plus grave, HP continue à perdre du terrain face à Lenovo, la puissance montante sur le marché du PC. 

Alors que les ventes de PC d’HP dévissaient, celles de Lenovo ont respectivement bondi de 16 % pour les portables et de 14 % pour les PC de bureau (en revenu). Clairement, la contre-performance de la firme américaine n’est pas que le fait de reports d’achat dans l’attente de Windows 10…

La division impression a elle aussi passé un bien mauvais trimestre avec des revenus en baisse de 9 % sur un an, là encore largement du fait de la morosité du marché grand public.

Meg Whitman, la CEO d'HP s'est félicitée des résultats de la firmeMeg Whitman, la CEO d'HP s'est félicitée des résultats de la firme

Les serveurs et le réseau en hausse, le stockage stabilisé, les grands serveurs en déroute

Du côté des activités d’entreprise (qui composeront le futur Hewlett Packard Entreprise), la situation est plus mitigée. Les ventes de serveurs x86 continuent à être l’un des rares rayons de soleil dans le paysage d’HP avec des ventes en hausse de 8 %, tandis que l’activité réseau (issue du mariage de Procurve et 3Com) poursuit sa progression à un rythme soutenu (+22%). Le stockage, quant à lui, continue à perdre du terrain (-2 %) mais semble désormais proche d’un point d’inflexion et pourrait rebondir dans les trimestres à venir. 

Pas de répit en revanche du côté des serveurs critiques. La division BCS voit son chiffre d’affaires reculer de 21 % du fait de l’état calamiteux des ventes de systèmes Itanium. Visiblement, le plan consistant à relancer l’activité de BCS avec de grands serveurs critiques sur base x86 (les SuperDome X) ne porte pas encore ses fruits et il faudra encore attendre quelques trimestres pour voir si cette partie de la stratégie d’HP s’avère payante. 

La descente aux enfers des services se poursuit

Logiquement les services technologiques (très liés aux ventes de serveurs) poursuivent leur repli avec des ventes en recul de 9 %. Et ce malgré la nouvelle politique d’HP qui limite les téléchargements de mises à jour firmware aux clients sous contrat de maintenance – afin d'encourager la souscription des dits contrats. Il faut croire que cette partie du plan d’HP n’a pas non plus marché comme prévu….

Les services continuent leur descente aux enfers avec un CA en baisse de 11 % sur un an (-13 % pour les services d’infrastructure et -7 % pour les services applicatifs). Enfin la division logicielle enregistre un CA en baisse de 6 % (avec notamment un recul de 11 % des ventes de licences).

Meg Whitman heureuse; les salariés d'HP toujours moins nombreux

Des résultats qui n’empêchent pas Meg Whitman de se réjouir : "Au troisième trimestre, HP a produit des résultats qui reflètent la très forte performance de la division entreprise et des progrès substantiels dans la restructuration des services d’entreprises. Je suis heureuse que nous continuions à délivrer les résultats que nous avions annoncés, tout en poursuivant notre route vers la mise en œuvre d’une séparation d’entreprise parmi les plus grandes et Ies plus complexes jamais entamées ».

Notons pour terminer qu’HP a indiqué que son plan de réduction d’effectifs toucherait au final un peu plus de salariés que prévu. A l’origine HP prévoyait que son plan de restructuration, lancé en 2012 aboutirait à l’élimination de 55 000 postes. Au final, ce nombre devrait être dépassé de 5% (sans charge de restructuration additionnelle). Rappelons que ce chiffre fait de l'ère Whitman la plus sanglante chez HP, loin devant Carlton Fiorina (qui n'avait pas démérité en la matière) et Mark Hurd. 

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close