Cet article fait partie de notre guide: Tout savoir sur le Backup en 2016

Rubrik veut révolutionner les sauvegardes

Fondé il y a moins de deux ans, Rubrik veut révolutionner la sauvegarde d'entreprise en s'appuyant sur des architectures et des principes né chez les géants du Web comme Google.

Dans la Silicon Valley, la chasse à Data Domain, le leader des baies de sauvegarde dédupliquées est ouverte. Pointant du doigt les faiblesses de l’architecture d’EMC et notamment son coût élevé, son inaptitude persistante au scale-out et l’absence de capacités de déduplication globale, plusieurs start-ups richement financées –parmi lesquelles Cohesity et Rubrik - se sont lancées dans le développement de solutions de sauvegarde alternatives à celles de Data Domain et de ses concurrents, tels que Symantec, HP ou Quantum. Leur but est de simplifier la sauvegarde en remettant à plat les architectures actuelles de backup et en appliquant à l’infrastructure de stockage utilisée pour la sauvegarde les principes d’architecture webscale et les concepts de stockage distribués mis en œuvre par les géants du web ou par des acteurs comme Nutanix.

Une équipe impressionnante venue de Google, Oracle...

Rubrik, que nous avons rencontré hier à Palo Alto est sans doute la start-up qui affiche l’équipe la plus impressionnante du moment. Parmi les investisseurs de la firme, on trouve des dirigeants historiques de l’IT comme John Thompson (ex- Symantec aujourd’hui président de Microsoft), Franck Slootman (fondateur de Data Domain) ou Mark Leslie (fondateur de Veritas). Côté fondateurs de la société, les CV sont tout aussi impressionnants : on mentionnera par exemple Arvid Jain, un des rares Google Distinguished Engineer (il a travaillé sur le moteur de recherche, a dirigé Google Maps, Google Fiber, YouTube et Google India) mais a aussi auparavant été l’architecte en chef d’Akamai et fait partie de l’équipe d’ingénierie initiale de Riverbed. On citera aussi Soham Mazumdar le créateur du projet Teragoogle qui a permis de réarchitecturer le moteur de rechercher originel de Google pour lui permettre d’indexer des dizaines voire des centaines de milliards de pages. Enfin, parmi les cofondateurs figure aussi Arvind Nithrakashyap, co-créateur d’Oracle Exadata et l’un des piliers du développement d’Oracle Cluster.

Une stratégie intégrée qui vise à simplifier l'infrastructure de sauvegarde et à supprimer les logiciels de backup

C’est cette équipe qui s’est mise en tête de refonder la sauvegarde d’entreprise avec ses appliances Rubrik. Le concept est assez simple. Comme l’explique le CEO de la firme, Bipul Sinha - un ancien capital-risqueur qui a notamment misé sur Nutanix chez LightSpeed Ventures (mais qui par le passé a aussi dirigé la division base de données et Middleware d’Oracle) -, l’appliance Rubrik fournit une architecture de stockage scale-out inspirée de celle des acteurs webscale et intègre aussi tous les services nécessaires pour piloter et gérer les sauvegardes de l’entreprise. Avec Rubrik, explique Sinha, une entreprise pourra à terme se débarrasser de ses logiciels de sauvegarde, de ses baies de sauvegarde dédupliquées, de ses librairies de bande et de l’aréopage d’équipements (proxies, Media servers) nécessaires au fonctionnement de ces outils. Et de promettre à la clé une considérable réduction des coûts, mais aussi plus de simplicité et de visibilité dans la gestion et le pilotage des sauvegardes et de l’archivage des données.

Une offre encore très incomplète

Pour l’instant, les appliances Rubrik n’en sont pas tout à fait là. Certes l’infrastructure de stockage distribuée est en place – avec ses capacités de déduplication globale -, certes, la couche logicielle implémente une gestion très granulaire des politiques de sauvegarde et sait aussi restaurer les données de façon granulaire (jusqu’au fichier), le tout via une interface graphique d’une simplicité remarquable (bien aidée par un moteur d’indexation et recherche efficace). Mais c’est côté du support des applications en production que cela pêche un peu. Pour l’instant Rubrik permet de sauvegarder nativement les infrastructures VMware vSphere et supporte aussi les snapshots consistants des applications supportant Microsoft VSS (Rubrik a développé son propre « provider » VSS pour contourner les faiblesses de celui de VMware). Mais il n’y a aucun support pour les grandes bases de données (SQL Server mis à part via VSS), pas de support des environnements physiques et pas de capacité de sauvegarde des NAS ou serveurs de fichiers (même pas de NDMP). Pour l’instant, les clients doivent donc maintenir une partie de leur infrastructure de sauvegarde en parallèle d’une infrastructure Rubrik et il n’est pas possible d’utiliser le stockage d’une appliance Rubrik comme cible pour un logiciel de backup historique.

Comme le souligne toutefois Sinha, Rubrik n’a que 21 mois – ce qui au vu des capacités existantes du produit est déjà impressionnant – et la firme entend bien de ces capacités sont au programme de la firme, même si Rubrik s’est obstinément refusé à fournir toute roadmap. Dans une discussion avec LeMagIT, Sinha s’est juste borné à nous explique que les travaux pour supporter Oracle SGBD étaient en cours et que la firme proposera une intégration entre son moteur de politique de sauvegarde et RMAN afin de permettre aux DBA de continuer à gérer leurs sauvegardes comme ils le souhaitent tout en permettant à l’administrateur de la sauvegarde de superviser et de piloter leur bon déroulement.

La grande promesse de Rubrik au-delà de la simplicité est celle de performances élevées. La couche de stockage dans les appliances est une couche de stockage distribuée qui s’appuie à la fois sur des SSD et des disques durs capacitifs et permet selon la firme de capturer un environnement de production VMware sans perturber son fonctionnement. Rubrik clame ainsi que ses capacités de snapshot de VM (qui s’appuie sur le CBT de VMware) sont sans équivalent et permettent de sauvegarder les environnements transactionnels les plus exigeants. Chaque Appliance Rubrik contient 4 nœuds serveurs et il est bien sûr possible d’ajouter de façon transparente de nouvelles appliances et de nouveaux nœuds, une capacité qui contraste singulièrement avec celle des appliances de sauvegarde actuellement sur le marché, notamment chez EMC ou HP (même si les baies StoreOnce D2D de ce dernier disposent de capacités limitées de Scale-out).

Les prix des appliances de Rubrik débutent aux environs de 90 000 à 100 000 $ et la commercialisation en France a débuté via l’intégrateur ScasiComp, présent lors de notre visite dans les locaux de la firme. Scasicomp travaille d’ailleurs sur le déploiement de ses premiers POC sur notre territoire. Encore une fois, pour une startup âgée de moins de 2 ans, c’est sans doute un record…

 

 

 

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close