enterphoto - Fotolia

Arista Networks de nouveau libre d'importer ses équipements aux US

Les douanes américaines ont donné leur feu vert à l'importation de l'ensemble des produits d'Arista Networks sur le territoire US, mettant ainsi à bas la stratégie de Cisco, qui avait obtenu de l'ITC une interdiction d'importation de produits violant des brevets mineurs.

La guerre de tranchées juridique que mène Cisco depuis de long mois face à Arista Networks pourrait toucher à sa fin. Après plusieurs années de poursuites et le rejet de plusieurs de ses allégations de violations de brevets, Cisco avait finalement obtenu en juin dernier de l’ITC américaine (International Trade Commision) l’interdiction d’importation de certains matériels Arista aux USA du fait de la violation de plusieurs brevets mineurs.

Làs, la mesure n'aura finalement aucun effet. Mi-novembre, les douanes américaines ont en effet notifié Arista Networks qu’elles considéraient que les nouveaux produits de la firme n’entraient pas dans le périmètre des produits affectés par l'interdiction. Pire pour Cisco, les douanes US ont aussi décidé que les anciens produits d’Arista, visés par l’interdiction d’importation de l’ITC, pouvaient de nouveau entrer sur le territoire américain.

Depuis la décision de l'ITC, Arista Networks a en effet modifié son système d’exploitation EOS (Extensible Operating System) afin d’en retirer les portions incriminées par Cisco tout en délivrant des fonctionnalités équivalentes. La victoire du n°1 mondial des réseaux à l’ITC ressemble donc de plus en plus à une victoire à la Pyrrhus.

En juin 2016, la décision de l’ITC avait jeté le doute sur la capacité d’Arista Networks à commercialiser aux Etats-Unis certains de ses produits. La firme s’était alors engagée à redesigner EOS pour en extirper les technologies visées par Cisco et avait en parallèle engagé des poursuites contre son concurrent pour ses pratiques commerciales jugées anticoncurrentielles. 

Ces péripéties juridiques n’ont pas eu d’impact sur les ventes d’Arista Networks qui ont progressé de 33% sur un an pour atteindre 290 M$. La rentabilité de la firme a aussi progressé.Son bénéfice net a ainsi atteint 61 M$ contre 42 M$ l’an passé. Dans le même temps, les ventes de commutateurs Ethernet de Cisco ont plongé de plus de 7%. Il semble qu’il faudra plus que des arguties juridiques pour stopper la progression de l’étoile montante des réseaux de datacenters.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close