massimo_g - Fotolia

Revue de presse : les brèves IT de la semaine

Ce 6 janvier : Gartner, 2,6 Md$ pour faire du Andersen Consulting - La Sirene de l'INSEE plonge dans l'Open Data - L'IoT tiré par l'industrie, mais pas en Europe (IDC) - Landesk change de main et fusionne - IBM Watson fait licencier des employés de bureau - Cloud : les achats de services dépassent les dépenses d'infra

LeMagIT revient chaque vendredi sur les actualités qui animent l'écosystème IT. Voici les brèves de notre revue de la semaine

Sécurité : Landesk fusionne avec Heat

LANDesk va changer une nouvelle fois de mains. Le fonds d’investissement Clearlake Capital s’apprête en effet à racheter la société au fonds Thoma Bravo pour la fusionner avec Heat Software.

« Ce mariage avec Heat vont encore augmenter le champ d’action de Landesk » estime un responsable de Clearlake Capital. L'entité créée proposera « des solutions complètes pour répondre aux défis et aux risques complexes de la sécurité IT ».

Plus précisément, cette association devrait « booster la plateforme LANDESK de gestion unifiée du poste client (UEM), de gestion de la sécurité et de gestion des services, enrichir les offres Cloud, et accroître la dimension et la couverture géographique de la société ».

Certaines redondances entre les deux portefeuilles devront néanmoins être résorbées.

L'entreprise combinée sera composée de 1.600 collaborateurs répartis dans 23 pays. Elle revendique d'ores et déjà 22.000 clients pour 40 millions de postes.

Gartner : 2.6 milliards de dollars pour étendre ses domaines d'expertise

Le cabinet d'analyses Gartner, bien connu de l'écosystème IT, a annoncé ce jeudi qu'il allait acquérir le cabinet CEB pour 2.6 milliards de dollars. La somme est conséquente. Elle sera composée pour partie d'espèces sonnantes et trébuchantes et pour partie d'apport en actions.

CEB, alias Corporate Executive Board Company, est un expert américain - basé en Virginie - de la recherche en organisation, de la gestion et de la stratégie d'entreprise.

Avec CEB, Gartner étend son expertise au-delà de l'IT, du Marketing et de la Supply Chain. Ce rachat lui ajoute en effet des compétences en Ressources Humaines, en forces de ventes, et en analyses financières et juridiques.

Désormais, Gartner pourra, d'après son communiqué, proposer « une suite de services et d'accompagnements pour les missions critiques de potentiellement toutes les problématiques métiers, pour tous les secteurs et pour toutes les tailles d'entreprises partout dans le monde ». CEB lui apporte également de nombreuses données fréquemment actualisées sur les entreprises, leurs employés et leurs responsables.

L'opération sera officielle d'ici 35 jours, à la fin de la période de « go-shop » (possibilité pour CEB de donner suite à une meilleure offre). Le nouveau groupe comptera 13.000 collaborateurs dans une centaine de pays. Il se positionnera un peu plus en concurrent de « généralistes » du services et du conseil comme, par exemple, Accenture (ex-Andersen Consulting, lui-même issu de la scission d'Arthur Andersen).

Watson licencie au Japon

L'automatisation avait détruit des emplois non (ou peu) qualifiés. L'AI est en passe de faire de même pour les postes à plus fortes compétences. Au Japon, la société d'assurance Fukoku Mutual a déployé Watson (IBM) pour épauler son département des évaluations des paiements. Conséquence directe, un quart des employés de ce département vont perdre leurs emplois.

Les capacités cognitives de l'Intelligence Artificielle de Watson permettent en effet de lire les dossiers patients et de compulser les rapports des médecins pour déterminer les degrés de remboursements (médicament, assurance) à effectuer.

Même si la décision finale reste prise par des humains, ce sont 34 personnes sur les 130 du service qui seront licenciées d'ici mars.

Décrit par le journal japonais Mainichi, le projet a nécessité un investissement de 1,6 millions d'euros (200 millions de yens) et nécessitera un budget de 120.000 euros de maintenance par an (15 millions de yens).

D'autres assurances au Japon (Dai-Ichi Insurance, Nippon Life Insurance) auraient des projets similaires en cours. Mais, comme le note justement Les Echos, les domaines concernés par cet impact RH de l'AI dépassent de loin le seul secteur des services. L'emploi IT (gestion de la sécurité et recherche de failles, gestion de datacenters, etc.) pourrait rapidement en faire les frais.

La base Sirene de l'INSEE en Open Data

La base de données qui recense les 10 millions d'entreprises et établissements français, baptisée Sirene et tenue à jour chaque mois par l'INSEE, a été ouverte en open data cette semaine.

Le site data.gouv.fr permet désormais de télécharger cette base de diffusion dans sa totalité. Elle comprend les établissements actifs au dernier jour du mois précédent, les fichiers de mises à jour quotidiennes du mois courant et le fichier de mises à jour mensuelles du mois précédent. Chaque fiche propose des données d’identification, économiques et d'actualités (création, modification des status, etc.).

La promesse, faite dans le cadre de la loi pour une République numérique, a donc été tenue. Elle devrait, d'après le site officiel de Sirene, faciliter les études de marché, la prospection, la veille économique sectorielle et la création de « référentiels » (de fournisseurs ou de clients par exemple).

Cloud : en 2016, les dépenses en Services dépassent les investissements en Infrastructures

« 2015 a été l'année où le Cloud est devenu grand public, 2016 restera comme celle où il a commencé à dominer plusieurs segments de marché IT ». La phrase du Chief Analyst Jeremy Duke résume à elle seule le dernier rapport de Synergy Research. « Les barrières à l'adoption du Cloud sont désormais de l'histoire ancienne, tout spécialement pour le Cloud public ».

Et pour cause, d'après cette étude de marché, sur un an (septembre 2015 à septembre 2016) le total des dépenses Cloud (public, privé managé, privé) ont progressé de 25 %, à 148 milliards de dollars.

Sur la période, le IaaS et le PaaS ont connu la plus forte croissance (50%) suivis par le Cloud privé managé (+35%) et le SaaS (+34%).

Mais le fait marquant est que pour la première fois ces services Cloud ont dépassé les dépenses d'infrastructures Cloud (65 Md$).

Une domination qui devrait s'accentuer puisque la progression des revenus issus des services Cloud (ou les dépenses des entreprises dans le "as a service") serait trois fois plus rapide que celle des investissements (hardware et software) pour créer des Clouds (publics ou privés).

Dernier point, les dépenses pour créer des Clouds privés sont toujours fortes (plus de 33 Md$, soit la moitié des investissements 2016 en infrastructures Cloud) mais elles sont quasiment à l'arrêt (+5%) si on les compare aux autres investissements dont les progressions sont toutes à deux chiffres.

IoT : l'industrie tire les investissements, mais pas en Europe

Les dépenses dans l'Internet des objets ont atteint 737 milliards de dollars en 2016. Cette estimation est issue d'une étude d'IDC publiée mercredi. Elles seraient en progression de 18% par rapport à 2015.

D'après ce rapport, les secteurs qui adoptent le plus l'IoT sont dans l'ordre : le manufacturing (178 milliards), le transport (78 Md$) - principalement pour la gestion du fret - et les fournisseurs d'énergies et d'eau (69 milliards) - avec une part importante pour le Smart Grid.

Ces dépenses se concentrent aujourd'hui sur le hardware (capteurs, etc.) avec 30.5 % des investissements. Mais l'achat d'équipement est suivi de près par l'achat de logiciels et l'achat de services (respectivement 25% et 27.5 % des dépenses), deux budgets qui progressent d'ailleurs plus vite que le hardware.

Quatrième pan d'investissement, le réseau bénéficie de 16% des dépenses IoT.

L'Asie (tirée par la Chine) et les Etats-Unis devraient, toujours d'après IDC, être les zones où les projets IoT industriels se déploient le plus dans les années à venir. Là où, en Europe, l'IoT devrait être majoritairement une affaire de produits grand public. En résumé, des transformations profondes de processus industriels d'un côté, des gadgets rigolos de l'autres.

IDC prédit que les dépenses IoT atteindront 1.290 milliards en 2020.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close