kreizihorse - Fotolia

La nouvelle version de FlexApp de Liquidware accélère les ouvertures de session

La prochaine mouture de FlexApp va apporter une fonctionnalité dite « click-to-layer » qui accélère les ouvertures de sessions en fusionnant les applications à la demande.

De manière sommaire, FlexApp fonctionne en attachant des images de disques virtuels contenant une ou plusieurs applications à l’image de base d’un poste de travail virtualisé. Cette approche place FlexApp dans la catégorie des outils de stratification applicative, ou App Layering, aux côtés d’AppVolumes et de Citrix App Layering. FSLogix a également sa place dans ce domaine, mais son approche est suffisamment différente, à bas niveau, pour qu’il soit difficile de les faire rentrer dans la catégorie de la virtualisation d’applications ou dans celle de leur stratification.

FlexApp faisait initialement partie de ProfileUnity, mais il est aussi commercialisé indépendamment de la suite de gestion de l’environnement de travail de l’utilisateur de Liquidware. Sa prochaine version, numérotée 6.7, sera disponible ce 11 juillet. Elle doit apporter deux nouvelles fonctions clés : Click-to-layer et Isolation de session. La première vise à répondre aux problèmes susceptibles d’apparaître lorsque les couches applicatives sont fusionnées avec l’image de base, tandis que la seconde doit permettre de s’assurer du bon fonctionnement des applications limitées à un utilisateur dans les environnements RDSH/XenApp.

Click-to-layer

Jusqu’ici, il n’y avait que deux manières de rattacher des applications à un poste de travail : à son démarrage (et plus précisément celui du service FlexApp) ou à l’ouverture de session. Mais la fusion des applications crée de très nombreuses opérations sur le registre et le système de fichiers, au point qu’il faut parfois compter avec une centaine de milliers de clés de registre concernées. Dans ces cas les plus extrêmes, la fusion de l’application peut prendre jusqu’à 30 secondes. Et selon le nombre de strates applicatives et du nombre de clés de registres affectées, cela peut prendre encore plus longtemps. Et bien sûr, cela ne manque de ralentir le démarrage ou l’ouverture de session.

Click-to-layer est un autre mécanisme de déploiement. Il fonctionne en positionnant les icônes des applications accessibles à l’utilisateur sur le bureau, sans effectivement fusionner les strates applicatives avec le système d’exploitation. Le démarrage et l’ouverture de session sont considérablement plus rapides. Et l’utilisateur voit les icônes de ses applications immédiatement.

Mais chaque icône n’est en fait qu’un raccourci qui indique à l’agent FlexApp de fusionner la strate : lorsque l’utilisateur clique dessus, la fusion est déclenchée, et l’application lancée. Si une application n’est pas utilisée, l’utilisateur n’a pas à attendre qu’elle soit fusionnée.

Cette troisième approche de rattachement des strates, associée au choix de Liquidware de créer une strate par application, offre beaucoup de flexibilité dans le déploiement des applications. Certaines devant être disponibles immédiatement peuvent être fusionnées au démarrage, tandis que d’autres peuvent l’être à l’ouverture de session. Et les applications les moins utilisées peuvent être configurées pour profiter de la fonctionnalité Click-to-layer dans l’interface d’administration.

Et c’est également possible pour des applications dont l’exécutable n’est pas géré avec le serveur XenApp : il suffit de pointer l’application publiée vers l’exécutable FlexApp, avec quelques paramètres en ligne de commande indiquant à FlexApp de démarrer l’application voulue. Si la strate applicative correspondante est présente sur le serveur XenApp, l’application se lance, et dans le cas contraire, FlexApp la fusionne avant de démarrer l’application.

Isolation de session

La seconde nouveauté de FlexApp 6.7 est la solution de Liquidware pour permettre à plusieurs strates applicatives de fonctionner plus proprement sur les serveurs RDSH/XenApp. Jusqu’ici, lorsqu’une application est fournie à un poste RDSH, tous les utilisateurs la voient, qu’ils en aient besoin ou pas. L’isolation de session permet à chaque utilisateur de ne voir que ses applications, et pas celles des autres.

La fonctionnalité Click-to-layer joue aussi son rôle dans cette configuration. Chacun des utilisateurs pouvant accéder à une application ainsi déployée verra sa « fausse » icône. Et si l’un d’entre eux la lance et déclenche la fusion, celle-ci sera effective pour tous les autres utilisateurs susceptibles d’accéder à l’application. Ainsi, une fois qu’une application a été fusionnée, tous ses utilisateurs peuvent en profiter sans délai. 

Pour approfondir sur Virtualisation du poste de travail

Close