Nmedia - Fotolia

Comment Liquidware Labs gère le layering applicatif avec FlexApp

Si la fourniture de postes de travail virtuels complets présente de nombreux avantages, il implique souvent une isolation trop forte des applications. FlexApp cherche à trouver un équilibre entre les intérêts concurrents des DSI.

FlexApp de Liquidware Labs permet aux DSI de fournir des applications distantes qui s’exécutent comme si elles étaient natives, et sans qu’il soit nécessaire de les installer et de les mettre à jour sur les machines virtuelles.

FlexApp est un produit autonome, mais il est également proposé dans le cadre la suite de gestion de l’environnement utilisateur ProfileUnity. Celle-ci permet aux DSI de gérer les profils, fichiers et applications des utilisateurs dans des espaces de stockage différents de ceux utilisés pour les postes virtuels. Comme d’autres applications de layering, FlexApp s’attache à fournir une expérience utilisateur native tout en virtualisant les applications indépendamment du déploiement de postes de travail virtuels de l’organisation.

La virtualisation d’applications nécessite généralement que l’application s’exécute dans un environnement isolé du système d’exploitation hôte et des autres applications. Cette approche permet de répondre à des questions de compatibilité applicative et réduit la maintenance. Mais cette isolation rend difficiles les interactions entre les applications virtualisées et le reste du système, qu’il s’agisse d’anti-virus, de pilotes de périphériques voire d’extensions.

Les bases de FlexApp

Au lieu d’isoler les applications, FlexApp les exécute dans des conteneurs sur des disques virtuels en dehors de la machine virtuelle, tout en les laissant accessibles au système d’exploitation et aux autres applications. Les applications ainsi mises en couches se comportent comme si elles étaient nativement installées sur la machine virtuelle. FlexApp aide la DSI dans ses opérations, parce que les administrateurs peuvent déployer des applications qui s’attachent à l’ouverture de session à des postes virtuels non persistants produits par XenDesktop ou Horizon View. La DSI peut ainsi aller jusqu’à se contenter d’administrer une seule image master pour l’ensemble de son déploiement.

A l’implémentation de FlexApp, il est possible de choisir entre deux modèles : l’installation des applications par la DSI (DIA), et par l’utilisateur (UIA). FlexApp DIA permet d’affecter des applications à des groupes d’utilisateurs spécifiques, tandis qu’UIA laisse les utilisateurs libres de leurs choix. Le modèle DIA est couramment utilisé parce que des centaines d’utilisateurs peuvent alors se partager une seule copie d’une application mise en couches sans que la DSI ait à installer l’application dans l’image master. Le modèle UIA s’adresse plutôt à de petits sous-ensembles d’utilisateurs où des installations individuelles peuvent être plus appropriées.

FlexApp peut supporter les machines physiques exécutant Windows XP/7/8/10, ainsi que les environnements virtualisés basés sur XenDesktop, Horizon View, ou encore RDSH. FlexApp supporte les hyperviseurs XenServer, ESXi, Hyper-V, et Nutanix Acropolis. Les DSI peuvent également l’utiliser conjointement à des outils d’isolation applicative tels que ThinApp et App-V. Cette dernière option peut s’avérer utile lorsque seules certaines applications ont besoin d’isolation, comme les programmes patrimoniaux, et que la DSI veut tout de même utiliser le layering comme principal mécanisme de fourniture des applications.

FlexApp est totalement intégré à ProfileUnity, qui apporte à la DSI une console d’administration centralisée pour dissocier données, applications, profils utilisateurs et règles du système d’exploitation sous-jacent. ProfilUnity s’intègre de son côté à Active Directory, qui permet à la DSI d’utiliser les données des comptes utilisateurs issus des contrôleurs de domaines AD. Mais il est également possible d’utiliser des configurations distinctes de gestion des droits sur les applications au sein de ProfileUnity, pour contrôler qui peut exécuter ou installer les applications administrées par l’entreprise, mises en couches ou virtualisées avec d’autres produits.

Au cœur de FlexApp

FlexApp supporte un éventail substantiel d’applications qui s’avèrent autrement difficiles à virtualiser, y compris les applications aux dépendances multiples comme Microsoft Office ou Adobe Creative Suite, et les programmes complexes utilisant des drivers ou services spécifiques.

Les applications FlexApp s’installent en couches portables, ce qui signifie que les administrateurs peuvent les copier/coller/importer en différents endroits. La DSI peut installer une seule application par couche, ou toute une suite, ou encore plusieurs applications spécifiques, en fonction des besoins de l’organisation.

Pour préparer une application à sa mise en couches, la DSI utilise la console ProfileUnity FlexApp Packaging pour packager l’application, personnaliser ses attributs, puis étendre le package par la suite si nécessaire. Liquidware Labs recommande de commencer par des applications nécessitant des mises à jour fréquentes, des performances plus élevées en entrées/sorties de stockage, ou encore des plans de reprise d’activité ou de haute disponibilité.

FlexApp enregistrer les binaires applicatifs dans un conteneur, qui réside soit sur un disque dur virtuel (VHD), soit sur un fichier disque de machine virtuelle (VMDK). Les VHD ont là le mérite d’être universellement compatibles avec d’autres environnements, tandis que les VMDK doivent résider sur une ressource de stockage accessible à un hôte ESXi.

FlexApp utilise plusieurs pilotes de systèmes de fichiers pour suivre chaque application au sein du système de fichiers du système d’exploitation et du registre, et les faire apparaître comme s’il s’agissait d’applications installées nativement en local. FlexApp met également en œuvre des filtres en le système d’exploitation hôte et les couches des applications pour déterminer quelles applications assigner aux utilisateurs à leur ouverture de session. La DSI peut définir ces filtres en fonction de critères internes de dotation, comme les divisions organisationnelles de l’Active Directory, les types de système d’exploitation, les types de connexion, les groupes d’ordinateurs, ou encore des utilisateurs spécifiés.

FlexApp ne vise pas à remplacer les outils de virtualisation d’applications de Cirtrix et de VMware, mais il permet d’aller plus loin dans la fourniture d’application, en particulier lorsqu’il est utilisé avec ProfileUnity. Pour autant, Liquidware Labs doit composer avec la concurrence des offres de layering applicatif de VMware, avec App Volumes, et de Citrix, avec AppDisk.

Adapté de l’anglais.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close