Fotolia

Moteur In-Memory et préparation des données : Tableau renforce son offre

Tableau enrichit sa plateforme pour l’emmener au-delà de la pure visualisation de données pour les métiers afin d’en accélération l’adoption à l’ensemble de l’entreprise.

Au-delà de la Dataviz. A l’occasion de la conférence Tableau Conference 2017 qui s’est tenue mi-octobre, l’éditeur a montré comment il comptait s’y prendre pour porter sa technologie de visualisation des données ancrée auprès des métiers vers des strates plus élevée des entreprises.

Plusieurs fonctions et outils, annoncés lors de l’événement vont en ce sens et viennent renforcer le moteur de dataviz de la société. D’abord, l’arrivée d’un moteur In-Memory, baptisé Hyper, dans  la version beta de Tableau 10.5 initialement annoncé il y a un an lors de cette même conférence. Cette dernière version de la plateforme sera également la première à supporter Linux, en plus de Windows.

La société entend également doter sa solution d’un outil de préparation des données, nommé Project Maestro, qui devrait arriver en beta publique ce trimestre. Maestro vise à automatiser nombre de tâches, comme la possibilité de détecter des champs récurrents lorsqu’on assemble plusieurs jeux de données ou encore la capacité de les associer par un simple glisser-déposer.  Le moteur devrait aussi suggérer des correspondantes entre données.

Enfin, Tableau a également associé sa plateforme de visualisation de données à nouvelles possibilités d’extensions pour les développeurs. Extensions API, aujourd’hui en developer preview, doit ainsi permettre de connecter les tableaux de bord de Tableau à d’autres applications, et dans certains cas, permettre de contrôler ces mêmes applications. C’est le cas de la société Wayfair qui a connecté ses tableaux de bord de gestion des fournisseurs à sa base de commandes et permis aux utilisateurs de manipuler les commandes directement depuis ces tableaux de bord.

L’ajout de ces fonctions de plus bas niveau ne sont pas un hasard pour Tableau. « Auparavant, quand nous étions seulement centrés sur une partie de l’édifice et ne parlions que des fonctions utilisateurs, personne n’entrevoyait l’autre partie », résume François Ajenstat, chef de produit chez Tableau.

Des réactions plutôt positives

 Si Hyper, le tout-neuf moteur In-Memory, n’a encore récolté que peu de mise en production, il apparait que certains semblent déjà prêts à migrer vers la 10.5 de Tableau pour pouvoir en bénéficier. Même si finalement, le moteur In-Memory est une composante clé de l’arsenal de Qlik (avec son moteur d’association), archi-rival de Tableau sur le terrain de la visualisation des données.

C’est le cas de Brian Pringle, analyste système au sein de la fédération hospitalière américaine Mayo Clinic, qui a testé la nouveau version desktop de Tableau, avec Hyper. Selon lui, une simple extraction de données destinée à alimenter un outil d’évaluation de fournisseur aurait mis beaucoup moins de temps qu’habituellement. Sans toutefois mesurer cette accélération.

De son côté, Peter Gilks, directeur de produit chez Spotify, a testé Project Maestro, y décelant de possibles améliorations pour ses équipes. Une partie de leur travail est d’explorer visuellement les données dans Tableau afin d’identifier de potentielles corrélations, pour enfin mettre le doigt sur d’éventuelles erreurs, ou encore tester la qualité des données. Cela permet d’effectuer des analyses plus poussées sur les niveaux d’interactions des utilisateurs avec la plateforme Spotify, affirme-t-il.

Mais avant cette exploration des données, ces équipes doivent préparer les données, et ce processus peut être long. Les analystes se reposent souvent sur des logs, ce que Peter Gilks décrit comme étant brouillon et nécessite des ajustements avant d’être utilisé. En ce sens, « Project Maestro va être d’une grande aide », croit-il savoir.

Des améliorations attendues en matière de dimensionnement

Pour David Menninger, analyste au sein du cabinet Ventana Research, mettre l’accent sur ces fonctions est pertinent, car Tableau a déjà une forte empreinte dans le monde de la visualisation des données. Lorsqu’il s’agit de créer des tableaux de bord et des dataviz, les utilisateurs sont généralement satisfaits, commente-t-il.  Mais il voit quelques possibles améliorations notamment en matière de dimensionnement liée à la volumétrie de données.

Il considère Hyper comme une avancée, même si cela ne vient pas fondamentalement changer ce que fait déjà Tableau. Cela va seulement accélérer les tableaux de bord et les rapports Tableau, et ne pas donner lieu à de nouvelles fonctionnalités.

L’outil de préparation des données, Project Maestro, pourrait être plus structurant sur le long terme, ajoute-t-il. Cela permet, par exemple, à des analystes – des profils qui généralement ne sont pas inclus dans les processus de préparation des donnés – d’y prendre part, et ainsi d’étendre la base des utilisateurs potentiels de Tableau.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close