Torbz - Fotolia

AWS ou infra sur site : des clients commencent à comparer

De grands éditeurs ou pure-players du Web qui ont fait le choix d’adosser leur infrastructure à AWS doivent aujourd’hui évaluer une offre de plus en plus concurrentiel en matière de services Cloud. Les coûts sont souvent cités comme raison première, mais ce n’est pas la seule.

Certaines grandes entreprises, y compris celles installées sur le marché des technologies, ont parfois la capacité à dépasser AWS. Cela a de quoi surprendre. Certes. Mais la vraie question à se poser n’est pas de choisir entre une infrastructure Cloud ou sur site, mais quel sera le coût pour quitter AWS.

Dropbox en est une illustration. Plus tôt dans l’année, ce spécialiste du partage et de la synchronisation de fichiers, a rapatrié une partie de ses processus en interne. Selon la société, ses propres capacités avaient tout simplement dépassé celles d’AWS. Durant les deux dernières années, Dropbox a bâti sa propre infrastructure pour se préparer à cette migration. Aujourd’hui, plus de 90% de ses données utilisateurs sont stockées sur des serveurs de la société, écartant ainsi AWS de son équation. Apple devrait faire de même et rapatrier certains de ses processus en interne. Une voie que pourraient aussi emprunter d’autres noms du secteur.

Mais pourquoi décident-elles de quitter AWS pour leur propre infrastructure privée ? Plusieurs explications sont possibles.

Si l’on compare les coûts d’une infrastructure Cloud à une sur site, AWS est plus cher, dans certains cas. Un département IT doit évaluer les usages sur AWS au cas par cas ou à la workload. Dropbox a ainsi estimé qu’il était moins couteux d’exécuter ses services sur ses propres serveurs et que cela justifiait les coûts pour migrer hors d’AWS.

Le contexte du marché, et surtout la concurrence dans les offres, peut aussi être un facteur de départ. Dans le cas de Dropbox, AWS disposait d’un service de stockage de fichiers. Il semblait quelque peu déroutant, surtout auprès de base de clients Dropbox, que la société s’appuie sur AWS alors que celui-ci propose un produit concurrent.

Cela est un thème récurrent : AWS étend ses gammes de produits et débarque sur certains marchés de ses propres clients. Dropbox a lui-même évolué et a senti le besoin de quitter AWS pour éviter la confusion et pour des raisons de coûts.

Le contrôle est aussi une considération clé dans la décision. Les entreprises trop dépendantes d’AWS ou d’autres fournisseurs de Cloud peuvent s’interroger sur l’éventuelle perte de contrôle de leur infrastructure. AWS propose certaines fonctions propriétaires auxquelles une entreprise risque de s’attacher. Si AWS décide de supprimer ou de modifier une de ces fonctions, cela aura un impact sur l’entreprise, et potentiellement sur son produit.

Le coût d’une sortie d’AWS

La première chose à considérer lorsqu’une entreprise compare AWS à une infrastructure sur site est d’identifier l’alternative la moins chère. Les professionnels de l’IT doivent maintenir le hardware, le logiciel, le datacenter ainsi que les outils d’administration et de sécurité – ce qui correspond à presque la moitié des 2/3 des coûts en IT d’une entreprise. Souvent, les  technologies ainsi que les compétences ne sont pas inclus dans les cas d’usage en matière de migration.

Le coût réel d’une migration est lié au niveau de dépendance aux fonctions natives d’AWS. Si une entreprise a développé un produit sur mesure sur des fonctions natives d’AWS, comme S3 ou EC2, les développeurs auront à ré-écrire ces fonctions sur d’autres solutions pour une plateforme cible – à condition que les mêmes services existent.

Si une entreprise doit ainsi re-développer son application, sortir d’AWS risque aussi de diminuer l’intérêt premier : les coûts -même si les coûts opérationnels d’une infrastructure sur site sont plus bas. Toutefois, si l’application a été écrit de façon neutre, sans de fortes adhérences aux spécificités AWS, le coût sera bien plus bas et pourra ainsi être justifié.

Mais l’argent n’est pas le seul facteur. La plupart des grandes entreprises IT qui quittent AWS n’ont pas de projets identifiés. Des problématiques de marché et de contrôle restent alors les premières motivations.

Traduit et adapté par la rédaction

Pour approfondir sur IaaS

- ANNONCES GOOGLE

Close