Cet article fait partie de notre guide: Comment l'IoT bouleverse les modèles industriels

Ces paramètres oubliés qui peuvent faire échouer un projet IIoT

Lorsqu'il s'agit d'adapter l'Internet des Objets au domaine industriel, on constate que les entreprises s'inquiètent souvent des performances avant même de maîtriser la mise en œuvre initiale, qui passe par la transformation de l’existant pour le rendre connectable.

En d'autres termes, les industriels se laissent arrêter par certains aspects (essentiellement la sécurité et la disponibilité) avant même de s'engager sur la voie de l'IIoT (IIoT ou Industrial Internet of Objects). En réalité, c'est bien en amont qu'ils doivent prendre certaines mesures clés, afin de préparer leurs entreprises à une transition réussie vers l'IIoT.

Alors, quelle est la première mesure ?

C'est avant et par-dessus tout garantir l'aptitude à l'intervention technique, et ce pour différentes raisons :

  • Par nature, les systèmes existants peuvent s'avérer dangereux et mal sécurisés. En effet, ils ont été conçus pour une époque révolue, et non pour les usages plus complexes que requiert l'IIoT.
  • La plupart des industriels exploitent un ensemble hétérogène de composants logiciels et matériels qui ne sont plus couverts par aucun correctif. Intégrer ces composants à un écosystème de type IIoT serait la porte ouverte à nombre de vulnérabilités indésirables.
  • Enfin, il faut donner la priorité à des « assets » faciles à entretenir et à gérer à distance. En effet, en prenant de l'ampleur, les réseaux de systèmes automatisés et connectés vont atteindre des zones qui ne disposeront probablement pas d'un niveau de prise en charge informatique sur site équivalent à celui de sites plus centralisés.

Aussi, comment les opérationnels et l’IT peuvent-ils surmonter ces problèmes d'infrastructure pour garantir une aptitude à l'intervention technique ? Et une fois ces problèmes résolus, comment se préparer à la suite ? Voici trois mesures essentielles à prendre en compte en matière de décisions d'investissement IIoT :

1. Lister et moderniser l’existant

Réduire les vulnérabilités et s'affranchir de l'état d'esprit qui dit que les choses sont « configurées une bonne fois pour toutes » passe par l'abandon des équipements trop anciens. L'infrastructure doit être mise à jour dans une optique de connectivité, de fiabilité et de simplicité. Elle doit être organisée en couches par la virtualisation des systèmes de technologie opérationnelle.

Les mises en oeuvre IIoT doivent s'exécuter sur des équipements qui autorisent une intervention technique dans les règles de l'art. Sinon, l'exploitation deviendra la porte ouverte à des complications en aval lorsque les technologies historiques arriveront en fin de vie.

2. Connecter appareils et systèmes

Les environnements existants se composent bien souvent d'« îlots » de systèmes isolés. Toutefois, dans une mise en oeuvre IIoT, les flux de données deviennent l'élément vital, et la connectivité est alors essentielle pour tirer le meilleur parti de l'IIoT.

Outre le fait de permettre une circulation interrompue des données pendant toute la durée de fonctionnement, il est indispensable de mettre en oeuvre des systèmes qui prennent en charge une connectivité sécurisée entre les systèmes de commande industriels et les ressources informatiques, notamment les entrepôts de données, les moteurs analytiques et le (ou les) ERP.

3. Accorder les violons entre l’IT et les opérationnels

Une fois armés d'une véritable connectivité, les industriels doivent examiner les ressources humaines dont ils disposent (ou qu'ils doivent recruter) et désigner de façon définitive les personnes qui détiennent, gèrent et régissent ces nouveaux ensembles de données et d'informations.

La responsabilité de ces ressources précieuses doit incomber, au choix, à l’IT ou aux opérationnelles, ou être partagée entre les deux.

En outre, les cadres doivent continuellement s'assurer que leurs personnels disposent des compétences adaptées à la gestion d'un fonctionnement IIoT optimisé. Cette condition est absolument essentielle dans la mesure où la prochaine étape majeure va consister à exploiter de plus en plus ces informations pour prendre des décisions en temps réel, en  utilisant les actifs et l'infrastructure qu'ils viennent de moderniser et de connecter.

Conclusion : le coût du « ne rien faire » de plus en plus élevé

La planification stratégique passe nécessairement par une vision à long terme des objectifs de votre activité industrielle. Toutefois, les industriels ne doivent pas laisser cet aspect les empêcher de prendre dès aujourd'hui les mesures qui leur permettront de mettre en place l'IIoT de demain.

Nombre d'entre eux seraient plus rassurés d'attendre la mise au point de normes et de protocoles de sécurité avant d'investir dans l'IIoT. Mais cela risque de prendre des années.

Ils commettraient donc une erreur en renonçant à adopter des mesures initiales qui prépareraient leurs entreprises à l'IIoT de demain. Elles garantissent en effet aux entreprises qu'avec une infrastructure de plus en plus connectée, elles pourront s'appuyer sur des équipements simples et fiables, conçus pour des environnements industriels de nouvelle génération.

Dernière mise à jour de cet article : juin 2017

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close