alphaspirit - Fotolia

Comment automatiser l’activation de Windows Server 2019

L'exécution du gestionnaire de licences logicielles à partir de la ligne de commande, ou l'utilisation de KMS permettront d’activer automatiquement Windows Server 2019 sur plusieurs VMs.

Microsoft a ajouté à Windows Server, dès la version 2019, un large éventail de fonctions basées sur le cloud. Cependant, les administrateurs sont susceptibles de rencontrer des problèmes d'activation en cloud de l'OS serveur.

Ainsi, Windows Server 2019 nécessite l'activation de la licence après 180 jours, sinon le système s'arrête. Mais après avoir déployé plusieurs machines virtuelles équipées du système, il devient compliqué de se connecter à chacune d’elle pour les activer à la main. Il arrive aussi que la saisie d'une clé valide à partir du centre de service de licences de volume (VLSC) ne fonctionne pas. Des erreurs et des rejets de clés peuvent se produire, souvent sans raison apparente.

Pour éviter tout écueil avec l'interface graphique du serveur, il est utile d'apprendre à activer la licence Windows Server 2019 par des méthodes alternatives, comme la ligne de commande ou les services de gestion des clés (KMS, pour Key Management Services). 

Mais pourquoi utiliser Windows Server 2019 ?

Adopter d’emblée Windows Server 2022 semble un peu prématuré pour de nombreuses entreprises qui préfèrent déployer un OS serveur plus éprouvé. A l’inverse, Windows Server 2016 pourrait manquer des fonctionnalités avancées dont les entreprises ont besoin.

Entre les deux, Windows Server 2019 offre des améliorations importantes et quelques années de mises à jour qui devraient tranquilliser les administrateurs, surtout les plus méfiants qui préfèrent la stabilité aux fonctionnalités de pointe. Voici quelques avantages de Windows Server 2019 par rapport à Windows Server 2016 :

  • un centre de gestion unifié pour la mise en réseau et la surveillance de l'écosystème ;
  • un stockage extensible et évolutif jusqu'à 64 To, plus la réplication pour la reprise après sinistre ;
  • de meilleures performances dans Storage Space Direct – le système étant jusqu'à deux fois plus rapides selon Microsoft - grâce aux améliorations apportées à la réplication en miroir accélérée au niveau de la parité accélérée par miroir ;
  • et le partage de fichiers témoins, basé sur le cloud.

Peut-être plus fondamentalement, Windows Server 2016 n'a pas été conçu pour les environnements hybrides, ce qui rend la gestion des données plus délicate pour les administrateurs.

Windows Server 2019 intègre également deux technologies modernes : l'intelligence artificielle et la prise en charge des objets connectés. Windows Server 2019 utilise l'intelligence artificielle pour enrichir ses analyses de prédictions qui rendent la maintenance plus proactive. Microsoft a ajouté cette fonctionnalité pour aider les administrateurs à réduire les coûts d'exploitation. Les objets connectés (à Windows Server) gagnent quant à eux la capacité de partager et de sauvegarder leurs données de manière transparente.

Au fil du temps, Microsoft a amélioré les fonctions de sécurité de Windows Server 2019, lui a ajouté une meilleure prise en charge des machines virtuelles Linux, a peaufiné son système de containers pour faciliter les développements et a mis à jour son service de bureau à distance. Désormais, Windows Server 2019 s'intègre aussi à Windows Admin Center.

Mais la clé pour débloquer toutes ces fonctions reste qu’il faut activer Windows Server 2019.

Comment fonctionne la commande du gestionnaire de licences ?

L'utilisation de la ligne de commande en mode élevé est un moyen fiable d'accéder au gestionnaire de licences logicielles (SLMGR), également appelé outil de gestion des licences logicielles de Windows. L'interaction directe avec SLMGR permet de gérer l'activation et l'accès aux informations des licences.

L'utilisation de la ligne de commande peut poser quelques problèmes. Les commandes accidentelles génèrent généralement un message d'erreur, mais il est possible d'endommager l'environnement. Certains paramètres SLMGR peuvent également modifier les informations du registre. Vérifiez à deux fois la commande que vous venez de saisir avant de l'exécuter pour éviter tout problème.

Pour envoyer des instructions spécifiques, SLMGR utilise des paramètres. En particulier, ces paramètres servent à récupérer les informations de licence, à modifier les informations de licence et à exécuter l'activation de Windows Server 2019. Ces paramètres se présentent comme des extensions de la commande, avec le format suivant : slmgr /[paramètre].

Voici quelques paramètres SLMGR courants :

  • /dli : affiche des informations de base sur la licence et l'activation ;
  • /dlv : affiche des informations détaillées sur la licence et l'activation ;
  • /xpr : affiche la date d'expiration d'une licence installée ;
  • /upk : désinstalle la clé de licence existante ;
  • /cpky : supprime les informations de la clé de licence du registre ;
  • /ipk [XXXXX-XXXXX-XXXXX-XXXXX-XXXXX] : change la clé de licence à 25 chiffres ou essaie d'activer la licence si la clé fournie n'existe pas
  • /ato : force l'activation en ligne immédiate, ce qui est particulièrement utile lorsque les serveurs KMS ou les serveurs d'activation en ligne VLSC de Microsoft ne sont pas joignables.

Le paramètre principalement utilisé pour l'activation de Windows Server 2019 est /ipk ; il est aussi souvent utilisé en cas de problèmes d'utilisation avec VLSC.

Comment activer Windows Server 2019 avec la ligne de commande ?

L'exemple suivant permet d'activer une clé de licence. Naviguez jusqu'au dossier system32 depuis la ligne de commande, remplacez les X par la clé de licence à 25 chiffres, puis appuyez sur Entrée pour exécuter la commande :

slmgr /ipk XXXXX-XXXXX-XXXXX-XXXXX-XXXXX

Une boîte de dialogue contextuelle indique si l'opération a échoué ou réussi. Microsoft recommande un redémarrage du serveur après une tentative d'activation réussie. Après un redémarrage, le Gestionnaire de serveur affichera le serveur activé.

Si un serveur est absent du Gestionnaire de serveur, il peut y avoir une erreur d'activation. Ouvrez la ligne de commande et entrez la commande slmgr /ato. Une fenêtre contextuelle Windows Script Host affichera un message d'erreur expliquant pourquoi la clé d'activation multiple n'était pas valide. Utilisez une autre clé d'activation ou contactez l'assistance de Microsoft.

Comment activer Windows Server 2019 avec KMS ?

Une autre façon de gérer l'activation VLSC est d'utiliser KMS, un modèle client-serveur pour l'activation en volume.

Lors de l’activation, les clients KMS se connectent à un serveur KMS, également appelé hôte KMS, sur le réseau. Un hôte KMS peut être une machine virtuelle ou une machine physique. Pour activer un ordinateur exécutant Windows Server 2019, l'hôte KMS doit utiliser l'un des systèmes d'exploitation suivants : Windows Server 2012 R2, Windows Server 2016 ou Windows Server 2019.

Comment trouver et utiliser la clé de licence de l'hôte KMS ?

Pour configurer un hôte KMS, il faut obtenir la clé de l'hôte KMS. Suivez les étapes suivantes pour activer l'hôte KMS :

1/ Sur le site Web local du VLSC, naviguez vers License > Relationship Summary > Click Current Active License ID > Product Keys et copiez l’entrée Windows Srv 2019 DataCtr/Std KMS de la liste des clés.

2/ Ouvrez l'invite de commande, tapez slmgr /ipk suivi de la clé de produit hôte KMS à 25 chiffres et appuyez sur Entrée. Ensuite, utilisez slmgr /ato pour activer la clé hôte.

Le serveur a également besoin que le rôle serveur Volume Activation Services soit installé. Vous pouvez le faire soit à partir du Gestionnaire de serveur, soit via cette commande PowerShell :

Install-WindowsFeature -Name VolumeActivation -IncludeManagementTools

L'hôte KMS doit ensuite annoncer sa présence sur le réseau pour les clients KMS, comme une machine Windows Server 2019. Le client KMS devrait alors procéder à une activation automatique. Notez qu’elle reste valable pendant 180 jours, jusqu'à ce que le client renouvelle automatiquement l'activation via l'hôte KMS. 

Pour approfondir sur Administration et supervision du Cloud

Close