Données et mobiles : sauvegarde dans le Cloud ou en interne ?

L’objectif de cet article est de peser le pour et le contre des différentes solutions de sauvegarde sur site et dans le Cloud pour ordinateurs portables.

Pour effectuer la sauvegarde du contenu de leurs terminaux mobiles, certaines entreprises opteront pour une solution en interne avec un logiciel de sauvegarde conçu pour les ordinateurs portables, tandis que d’autres lui préféreront une sauvegarde dans le Cloud. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise solution, mais chacune présente ses avantages et ses inconvénients. L’objectif de cet article est de peser le pour et le contre des différentes solutions de sauvegarde sur site et dans le Cloud pour ordinateurs portables.

Quand les données sont-elles sauvegardées ?

L’un des premiers critères à prendre en compte est le moment auquel les données sont sauvegardées. Dans le cas des solutions en interne, les réponses à cette question sont variées. Certains fournisseurs de solutions de sauvegarde lancent l’opération à horaires fixes, mais les ordinateurs portables ne sont pas forcément sous tension au moment où la sauvegarde est planifiée. Qui plus est, la sauvegarde programmée ne démarrera pas forcément à un moment où l’ordinateur est connecté.

Pour résoudre cette difficulté, certaines applications de sauvegarde récentes proposent un système de protection continue des données (CDP, Continuous Data Protection). Le logiciel de sauvegarde utilise alors un système de suivi des blocs modifiés, puis les télécharge lorsque l’ordinateur établit une connexion avec la cible de sa sauvegarde.

Une autre possibilité consiste à effectuer des sauvegardes à la demande sur un support externe, comme un disque dur externe. Cette possibilité est peu satisfaisante, car elle nécessite une participation active de l’utilisateur au processus de sauvegarde. De plus, les utilisateurs ont parfois la mauvaise habitude de conserver leur périphérique de sauvegarde à côté de leur ordinateur, au risque de le voir disparaître avec l’ordinateur en cas de vol, alors que la sauvegarde a précisément pour objectif avoué de conserver une copie en cas de vol.

Une troisième possibilité, de plus en plus répandue, consiste à utiliser la fonctionnalité DirectAccess de Window 8. Celle-ci établit automatiquement une connexion au réseau de l’entreprise dès que l’ordinateur est allumé, ce qui permet aux administrateurs de lancer des scripts de sauvegarde lorsque la connexion est établie. Si certaines applications de sauvegarde proposent une fonctionnalité similaire - sachant qu’elles s’efforcent d’établir automatiquement une liaison avec la cible de la sauvegarde dès que l’ordinateur est connecté à Internet - DirectAccess présente, pour sa part, l’avantage supplémentaire d’être un composant intégré au niveau du système d’exploitation. Il permet donc aux ordinateurs portables d’accéder aux ressources du réseau de l’entreprise sans que l’administrateur ait besoin d’ouvrir des ports au niveau du pare-feu ou de modifier une configuration ; des opérations qui diminueraient la sécurité.

Dans le cas d’ordinateurs portables, si elles sont parfois programmées à heures fixes, certaines applications de sauvegarde dans le Cloud fonctionnent comme des solutions CDP. Elles utilisent dans ce cas des clients de sauvegarde qui analysent les ordinateurs portables à la recherche de blocs de stockage nouveaux ou modifiés, puis téléchargent ces blocs vers les ressources de stockage en Cloud.

Comme toute solution reposant sur le Cloud, ce type de sauvegarde nécessite une connexion à Internet. La différence entre la sauvegarde dans le Cloud et celle qui s’effectue vers un serveur installé sur le site de l’entreprise tient à ce que la première ne nécessite qu’une connexion à Internet, tandis qu’il faudra généralement une connexion VPN pour la seconde (à l’exception notable des connexions DirectAccess).

Interaction de l’utilisateur final

Il y a quelques années, l’utilisateur final devait presque toujours être actif dans le processus de sauvegarde de son ordinateur portable. Les solutions actuelles, tant en Cloud que sur le site de l’entreprise, peuvent désormais gérer ce processus sans son intervention.

Bien entendu, cela ne veut pas dire que les sauvegardes sont totalement neutres : les sauvegardes planifiées sont souvent perturbantes pour l’utilisateur final. Paradoxe oblige, si l’ordinateur est allumé à l’horaire prévu pour la sauvegarde, c’est probablement que l’utilisateur est en train de s’en servir. Le processus de sauvegarde risque alors de ralentir l’ordinateur et sa connexion à Internet, au point que l’utilisateur aura du mal à travailler. Les applications de sauvegarde de terminaux mobiles et en Cloud résolvent ces difficultés de deux manières. Tout d’abord, toutes les solutions savent réguler la bande passante, ce qui contribue à diminuer toute nuisance excessive induite par la sauvegarde. Deuxièmement, ces types de sauvegarde fonctionnent généralement en continu dès qu’une connexion est disponible, plutôt qu’en téléchargeant de grandes quantités de données en une seule fois. Des fonctions telles que la déduplication à la source ou la reprise automatique (qui permet de reprendre une sauvegarde interrompue au milieu d’un gros fichier) contribuent à limiter la consommation de la bande passante.

Le processus d’installation

Qu’il s’agisse de sauvegarde dans le Cloud ou sur site, il est nécessaire d’installer un logiciel de sauvegarde sur l’ordinateur. Dans le cas de la solution interne, le logiciel peut consister en une application de sauvegarde complète, mais il s’agira le plus souvent d’un simple agent de sauvegarde utilisé pour sauvegarder le contenu de l’ordinateur sur Internet.

Pour les solutions de sauvegarde en Cloud, il faudra généralement installer un composant client sur l’ordinateur portable. Le composant client fonctionne comme un agent de sauvegarde, mais permet à l’utilisateur de configurer certains paramètres tels que la régulation de la bande passante du réseau et l’exclusion de certains fichiers ou dossiers.

Quoi qu’il en soit, sur site comme dans le Cloud, les administrateurs devront déployer le logiciel de sauvegarde sur leur parc d’ordinateurs portables. Dans le cas de la sauvegarde en Cloud, il s’agira généralement d’un logiciel de sauvegarde qui pourra être fourni à l’utilisateur par email ou par téléchargement, ou déployé à l’aide d’un serveur de distribution de logiciels. Pour déployer les agents nécessaires à une sauvegarde sur site, on recourra souvent à un serveur de distribution de logiciels, mais il est parfois possible d’utiliser une console de gestion de sauvegardes.

Déduplication

La déduplication est devenue une fonction standard des solutions de sauvegarde destinées aux ordinateurs portables. Tant en Cloud que sur site, les applications effectuent la déduplication à la source des données qui doivent être sauvegardées, ce qui réduit la durée de transmission des données vers le serveur.

En cas de sauvegarde sur site, certains produits proposent également la déduplication à la cible des fichiers, ce qui permet d’éliminer les données dupliquées susceptibles d’exister sur plusieurs ordinateurs portables à la fois. Il est probable que la majorité des fournisseurs de solutions en Cloud recourent également à la déduplication à la cible, mais le processus reste invisible pour les utilisateurs et n’a aucune incidence sur leur interaction. La déduplication à la cible dans le Cloud ne sert qu’à réduire les coûts de stockage du fournisseur.

Le processus de récupération

En matière de sauvegarde dans le Cloud, les capacités de récupération réelles varient grandement. Certains services de sauvegarde en Cloud proposent la récupération complète (bare metal recovery) et la récupération de niveau application, mais la plupart se concentrent exclusivement sur les fichiers et les dossiers.

La plupart des solutions en Cloud actuelles offrent d’autre part un portail en libre-service qui permet aux utilisateurs de récupérer leurs données sans solliciter les services d’assistance. En revanche, dans le cas de la récupération complète, le recours au portail en libre-service est incontournable.

Comme les solutions en Cloud, certaines solutions de sauvegarde en interne offrent une interface en libre-service qui permet à l’utilisateur de retrouver seul les fichiers et les dossiers.

Conclusion

Si les applications de sauvegarde en Cloud étaient autrefois totalement différentes des applications de sauvegarde sur site, cette époque est révolue. La technologie de sauvegarde en Cloud s’améliore et commence à rivaliser avec les capacités des outils exploités sur site. Dans le même temps, les entreprises commencent à découvrir que la sauvegarde en interne implique souvent celle de ressources distantes, ce qui implique d’utiliser des techniques très proches de celles employées dans le Cloud.


L’auteur
Brien M. Posey, MCSE, a reçu le prix Microsoft MVP pour Exchange Server, le Serveur Windows et Internet Information Server (IIS). Il a officié comme DSI pour une chaine d’hôpitaux nationale et a été responsable du Service d’administration de l’information de Fort Knox. Vous pouvez consulter le site Internet de Brien M. Posey sur www.brienposey.com.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close