EMM : un bref aperçu de l’outil de migration Exodus

Développé par les Français d’H2G Lab, notamment sous la houlette de quelques anciens d’Airwatch, Exodus vise à aider à migrer ses terminaux mobiles d’un système d’administration de la mobilité d’entreprise à un autre.

H2G Lab est une jeune pousse fondée à Londres en 2016, avec des bureaux à Paris et à Lyon, et spécialisée dans la création de produits mobiles. À sa tête, on trouve plusieurs spécialistes de la mobilité, à commencer par deux anciens d’Airwatch : Yann Hermouet et Charles Hirel.

Mais c’est également là qu’est né Exodus, un outil qui pourrait s’avérer bien utile aux organisations envisageant de remplacer leur solution de gestion de la mobilité d’entreprise. Et l’arrivée de cet outil pourrait tomber parfaitement à point. De fait, de nombreuses entreprises ont aujourd’hui déployé des solutions de gestion de la mobilité d’entreprise depuis plusieurs années. Et certaines sont peut-être tentées de changer.

Car le marché de l’EMM est beaucoup plus mature qu’il ne l’était au début de la décennie. Dès lors, une décision prise en 2012 pourrait mériter d’être révisée aujourd’hui. Les migrations surviennent également lorsque les entreprises font des acquisitions, modifient la conception de leurs déploiements ou consolident leurs fournisseurs.

Mais voilà, changer de solution d’EMM n’est pas forcément trivial. Car une fois un appareil enrôlé dans un serveur de MDM, il est souvent nécessaire de l’en sortir avant de l’enrôler dans le nouveau. Cette période transitoire peut être celle de nombreux risques. Les éditeurs d’EMM peuvent accompagner, guider même, mais les outils de migration ne sont pas nombreux.

Pour ne rien gâcher, de tels projets impliquent également la réplication des groupes et des politiques à partir d’un serveur ou d’un produit à un autre. Exodus intervient pour réduire les délais de migration, éviter l’angle mort du passage d’un terminal d’un système d’administration à l’autre, ou encore limiter au maximum les tâches manuelles où sont susceptibles de survenir des erreurs.

Exodus s’appuie sur une application cliente, d’une part, et sur un service d’administration en mode SaaS. La première doit être installée avant d’engager le processus de migration. Elle assure le suivi de l’appareil sur lequel elle est installée durant tout ce processus. Elle accompagne également les utilisateurs dans le réenrôlement et peut leur envoyer des notifications en cas d’échec. Elle vérifie également que l’appareil est connecté à un réseau Wi-Fi et dispose d’une autonomie suffisante pour l’exécution du processus.

Le service en mode SaaS assure quant à lui le suivi des utilisateurs et des appareils tout au long du processus, via l’agent déployé sur les terminaux d’une part, et via des connexions aux API des serveurs MDM source et destination. Il peut également vous aider à la configuration d’Apple Business Manager.

Bien sûr, il convient de s’assurer que l’éventail fonctionnel proposé par Exodus est susceptible de répondre aux besoins spécifiques de son environnement. Mais justement, H2G Lab n’hésite pas à en mettre la documentation complète en accès libre. De quoi donner à chacun les moyens d’un premier examen exploratoire. Et des vidéos de présentation viennent s’y ajouter.

Exodus a été lancé à l’occasion de l’étape européenne de VMworld, en 2018. Aujourd’hui, l’outil supporte MobileIron, VMware Workspace One UEM, et Microsoft Intune. Le support de Jamf est prévu pour le quatrième trimestre. Ceux des solutions de BlackBerry, Citrix, Soti ou encore IBM sont attendus pour 2020.

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close