Gartner : bien maîtriser les prix de Microsoft Azure

Une note de recherche, proposée en exclusivité au MagIT, déchiffre les mécanismes à prendre en compte dans le pricing d’Azure et quelles sont les options de contrats à considérer.

Avec la montée en puissance du Cloud Computing dans les entreprises, et du bouleversement que cela implique dans l’achat et la consommation de l’IT, les responsables des achats doivent prendre en compte les spécificités des contrats Cloud. C’est dans ce  contexte que s’inscrit une note de recherche de 5 analystes Gartner Frances O'Brien, Dolores Ianni, Ben Jepson, Marie Sienkowski, Stephen White, en s’intéressant tout particulièrement à Microsoft Azure.

Intitulée « Comment optimiser le prix de votre contrat de Cloud Computing Microsoft Azure », ce rapport explique que les décideurs doivent suivre un plan défini en matière d’achat de services Azure et aussi, analyser scrupuleusement toutes les options  disponibles. Ou alors prendre le parti pris de payer plus… Une remise en question en somme qui implique certains ajustements.

Travailler avec la DSI et analyser les différentes options

Par exemple, souligne Gartner –et c’est un point intéressant - , il convient aux responsables des achats de travailler de concert avec les DSI pour construire une stratégie détaillée en matière de Cloud, ou si elle existe, la partager. Un point nécessaire avant de s’engager sur le long terme avec Microsoft, indiquent les 5 experts. Ceux-ci attirent également l’attention sur les possibilités d’obtention de remise supplémentaire si l’entreprise opte pour un engagement d’achat important. Gartner recommande  plutôt de suivre son plan de négociation ; ce qui débouchera selon lui sur des remises identiques, mais avec un engagement inférieur.

Pas d’investissements rentables dans Microsoft Azure sans avoir analysé et compris les différentes options d’achat et d’engagement. Variation des prix d’une région à l’autre, calcul différent, (Microsoft Products and Services Agreement)  configuration des packages, autant de possibilités qui compliquent la compréhension. « Il n’existe aucune différentiation entre les services Azure proposés à travers les différents programmes de licences. Toutefois, tous les plans de services Microsoft Azure ne sont pas disponibles dans tous les programmes de licences », souligne Gartner. « Par exemple, si vous avez simplement signé un MPSA et que vous voulez  acquérir sous licence l’édition de base d’Azure Directory ou le module complémentaire Azure Rights Management, vous découvrirez qu’ils ne sont pas disponibles dans le MPSA . » Là encore, Gartner recommande le dialogue avec la DSI pour connaître les besoins (court terme ou long terme), mais aussi l’usage du calculateur de tarifs Azure.

Planifier son engagement d’achat

Mais dans cette équation, que devient la notion de paiement à l’usage, l’une des spécificités du Cloud ? « L’achat en paiement à l’utilisation directement sur le site Web est l’option la plus onéreuse pour acquérir sous licence les services Microsoft Azure », note Gartner. « Utilisez la tarification de la consommation  pour l’utilisation à court terme depuis le site Web Microsoft Azure lorsque vous n’êtes pas préparés à prendre un engagement à long terme. »

La note de recherche va également plus loin, et évoque la difficile mécanique des contrats d’engagement. « Un autre moyen de payer pour les services Azure consiste à prendre un Engagement d'Achat dans un Accord Entreprise, dans l'Accord de mise en oeuvre Serveur et Cloud (l'un des deux contrats Accord Entreprise) ou dans la licence Open via des partenaires », listent les 5 analystes. Il convient ainsi de jongler avec l’offre globale, tout en prenant compte les particularités de chacun. « Soyez conservateur lorsque vous prenez des engagements d’achat. Vous pouvez toujours revoir à la hausse votre engagement si vous jugez que ce dernier était sous-estimé », recommande Gartner. Dans le vocabulaire Microsoft, un engagement d’achat  permet d’utiliser tous les services ainsi qu’une combinaison de service (« mais pas les plans Azure, Support, Marketplace ou produits autres qu'Azure », note Gartner) ; leur consommation est déduite sur l’année d’une somme globale (l’engagement d’achat). Encore une fois, les analystes recommandent d’utiliser pleinement l’engagement d’achat « sous peine de le perdre » ou encore de ne pas le sous-estimer de façon délibérée.

Au final, pour Gartner, la « solution » est finalement l’accord de mise en œuvre Serveur et Cloud (SCE – Server and Cloud Enrollment). Selon le site de Microsoft, cet accord, proposé dans le cadre de l’Accord Entreprise (AE) « offre aux clients fortement engagés la possibilité de procéder à une standardisation de grande envergure sur une ou plusieurs technologies Cloud et Serveurs d'entreprise clés de Microsoft ». Sont concernés Azure, SQL Server, System Center, Visual Studio, Windows Server et Windows Azure.

“Si vous avez déjà souscrit ou êtes en train de souscrire à un Accord de mise en oeuvre Serveur et Cloud pour le composant Plateforme applicative, Plateforme pour développeur ou Infrastructure de base, souscrivez aux services Microsoft Azure dans ce cadre pour bénéficier de la remise supplémentaire de 5 % », formule Gartner dans sa dernière recommandation.

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close