IBM z/OS Connect aident les mainframes à mieux communiquer avec les apps

z/OS Connect d’IBM est un bon moyen pour connecter les processus mainframe aux applications Web. Découvrez comment cela fonctionne et si cela entre en concurrence avec d’autres applications.

IBM considère qu’Internet dialogue si mal avec les mainframes qu’il a présenté son outil z/OS Connect. La stratégie de Big Blue en matière de mainframes et de leur ouverture sur Internet comprend notamment des rabais sur les transactions réalisées à partir de terminaux mobiles. Le groupe s’assure également que chaque sous-système cœur a la capacité de communiquer avec des protocoles Internet (IP). Mais Big Blue veut encore aller plus loin.

IBM z/OS Connect est un servlet qui fonctionne au-dessus de Websphere Applications Server (WAS) Liberty Profile, ou à l’intérieur une machine virtuelle Java CICS/TS 5.2. Cela expose une interface REST qui communique via des messages JSON (JavaScript Object Notation).

Les points d’accès des applications sont configurés en tant que services alors identifiés par des URL. Chaque définition de services pointe vers des fichiers Extensible Markup Language qui décrivent le fournisseur de services et les règles de transformation des données entre les messages JSON et les structures de langage mainframe. Ensuite, les définitions des fournisseurs de services disent à z/OS Connect comment se connecter au back-end. Pour CICS et le traitement batch, z/OS Connect s’appuie sur Websphere Optimized Open Local Adapters. Il utilise lui-même le Java Connector Architecture d’IMS pour dialoguer avec IMS Connect puis IMS.

z/OS Connect est disponible avec WAS, CICS ou avec le pack Mobile Feature d’IMS. Si les entreprises ne disposent pas de CICS ou d’ISM, elles doivent acheter une licence WAS ou Liberty Profile.

z/OS Connect dispose aussi de fonctions dédiées au mainframe. On retrouve notamment la capacité de transformation JSON / autres structures de langage. Le procédé ressemble d’ailleurs de près à celui développé pour CICS : un utilitaire crée un fichier de binding basé sur l’input du message JSON ou autre. Lors de l’exécution, z/OS Connect utilise ce fichier pour opérer la transformation. Ces fichiers pour CICS, IMS et z/OS Connect sont interopérables, et donc portables d’un sous-système à un autre. Il propose également une option pour passer directement des messages JSON ( non transformés donc) vers le back-end.

IBM z/OS Connect  peut ensuite inscrire des informations de type 120.11 dans z/OS System Management Facility (SMF).  Les performances et les problèmes de débogage liés à z/OS Connect sont également tracés. La requête ID identifie les messages du client au back-end. De plus, z/OS Connect s’interface avec System Authorization Facility (SAF), pour pouvoir contrôler les accès aux services via des packages comme RACF d’IBM ou ACF2.

Les vendeurs de mainframes ont également la possibilité de modifier le traitement de z/OS Connect avec  des intercepteurs, identiques à des system exits. Ces intercepteurs observent les messages entrants et sortants et prennent les décisions appropriées. Un développeur peut définir des intercepteurs globaux pour tous les messages et pour un sous-ensemble. IBM utilise des intercepteurs pour SMF et SAF.

Notons au passage que z/OS Connect comporte également un service de discovery ; un unique appel retourne tous les services définis par z/OS Connect. Cela permet aux développeurs de créer des applications mobiles sans avoir à connaître tous les détails du back-end.

Pour les entreprises cherchant à réduire leurs coûts logiciels, Z/OS Connect fonctionne aussi sur des moteurs zIIP et zAAP.

Cela en vaut-il la peine ?

IBM z/OS Connect joue un rôle clé et changeant dans le domaine des connecteurs mainframe. Avant d’investir,  les DSI devront alors évaluer les gains mis en avant par la solution et les confronter aux logiciels dont ils disposent déjà.

IBM a récemment présenté un pack d’extensions mobiles (Mobile Extensions) pour CICS qui semble, d’un point de vue fonctionnel, entrer en concurrence avec z/OS Connect. IBM devrait probablement intégrer ce pack dans une version gratuite de CICS.  Le support de JSON doit également permettre aux clients d’utiliser leur infrastructure en place pour tirer profit des capacités de sécurité, d’audit et d’administration de CICS. L’utiliser en tant que mobile back-end permet justement de capitaliser sur les compétences des développeurs CICS.

IBM z/OS Connect dispose de certains avantages : il offre d’abord un nouveau départ pour la fourniture de services à partir du mainframe, plutôt que d’avoir à greffer une solution à un sous-système. Autres avantages, il permet de s’appuyer sur des moteurs spécialisés et ainsi réduire les coûts et enfin, le moteur de discovery rend le mainframe plus accessible aux développeurs non mainframe- les développements peuvent s’en trouver accélérés.

Traduit par la rédaction

Dernière mise à jour de cet article : décembre 2014

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close