Cet article fait partie de notre guide: Petit guide de la gestion de la Supply Chain

IoT dans la supply chain : 5 bonnes pratiques avant de se lancer

Intégrer l'IoT dans une supply chain peut certes permettre d'importantes améliorations, mais ce n'est pas facile à faire. Voici cinq conseils qui permettront de passer le cap.

Parce que l’IoT offre une plus grande visibilité et un plus grand contrôle, il est de moins en moins rare de le voir intégrer à la supply chain. Pourtant, comme pour toute technologie, son déploiement, celui des capteurs, des logiciels, des plateformes et des objets connectés est une question délicate et exige de la stratégie et du travail. Vous ne pouvez pas, par exemple, installer des capteurs sur des emballages et vous attendre à ce que chaque déplacement soit tracer de façon transparente. C'est la dure réalité à laquelle toutes les entreprises sont confrontées : la supply chain est un système à multiples facettes avec de nombreuses pièces mobiles, tant au sens propre qu’au sens figuré, et y ajouté une dimension IoT ne sera pas simple. Il est donc important d'apprendre et d’appliquer certaines pratiques dès le départ. En voici cinq.

  1. Vérifier les bases de votre supply chain

Cette étape est la première si vous prévoyez se vous appuyer sur l'IoT pour avoir un avantage concurrentiel. Intégrer l'IoT dans une supply chain défectueuse ne fera que compliquer les choses, explique Christian Titze, analyste chez Gartner. 

Il est nécessaire qu’une entreprise ait déjà intégré à sa supply chain les technologies de base comme l’ERP et le MDM (Master Data Management). Et il est également nécessaire les décisions soient prises de façon transversale, ajoute-t-il. L'IoT dans la supply chain nécessite à la fois des aspects technologiques et des personnes qui abandonnent une vision en silo.

Dans un scénario vraiment idéal, « une supply chain doit disposer d’une vision de bout en bout. Cela ne fonctionner pas dans des silos ».

L'IoT peut capturer l'information en temps réel d’un bout à l’autre de la chaine - de la production jusqu'au transport – mais le moindre problème risque d’enrailler la machine. Une base solide est une base dans laquelle l'ERP est intégré à la chaîne d'approvisionnement, les données de référence sont harmonisées et l’entreprise entretient des relations solides et transparentes avec ses fabricants, ses fournisseurs et ses livreurs.

  1. Évaluer les problèmes de la supply chain

Ne vous précipitez pas dans l’IoT si vous ne savez pas comment l’utiliser ni où l’insérer dans la supply chain. Il convient d’identifier d’abord les secteurs à améliorer, puis de déterminer la bonne technologie pour atteindre ses objectifs, souligne à son tour Bill McBeath, directeur de recherche chez ChainLink Research. 

Il convient également «de confronter l'IoT aux autres technologies pour voir s'il s'agit effectivement de la technologie la plus adaptée à vos besoins », ajoute-t-il. Une décision clé car « cela va bouleverser votre entreprise ». 

Exploiter des capacités de l'IoT dans la supply chain est encore avant-gardiste. Vous devez alors apprendre des entreprises qui ont déjà franchi le pas et pour qui c’est une réussite. 

Zara pourrait par exemple être l’un de ces entreprises, souligne Michele Pelino, analyste chez Forrester. Le spécialiste du prêt-à-porter espagnol a intégré des capteurs IoT dans son centre de distribution et trie jusqu'à 60 000 vêtements par heure. Ces informations sont envoyées au MDM de l'entreprise, qui élabore des modèles de vente pour les magasins et pour les canaux en ligne.

Selon elle, « l'IoT leur a permis de mettre en place des processus de bout en bout »

Une autre entreprise à considérer pour en tirer des leçons est le fabricant d'outils Stanley. La société a amélioré ses processus de production d'usine grâce à la mise en place de capteurs IoT, commente l’analyste. Les capteurs permettent à Stanley de suivre l’évolution de la production, étape par étape, machine par machine, lors de la création des outils de la marque. Les responsables de l'usine savent exactement à quelle étape se trouve la fabrication. Ainsi la supply chain reste fluide et optimisée, de sorte que les employés n'attendent pas un produit sur la ligne. 

En fin de compte, ce qui importe le plus, c'est la façon dont votre entreprise peut utiliser l'IoT dans sa gestion de la chaîne d'approvisionnement. Quels sont les problèmes qu’il peut résoudre le mieux ? Cela peut aller au-delà du suivi des marchandises. Les capteurs pourraient par exemple être utilisés pour contrôler l'intégrité des produits périssables (les aliments ou les médicaments), ou encore pour surveiller l'usure des équipements de production. Cela est clé pour trouver un retour sur investissement, lance Bill McBeath. 

  1. Obtenir de l'aide extérieure

Les entreprises imaginent souvent qu'elles maîtrisent la mise en œuvre de capteurs IoT. Mais, en réalité, elles ne le savent pas, ajoute encore Michele Pelino. N'improvisez pas et appuyez-vous sur les connaissances et l'expérience d'un consultant ou d'un fournisseur. Les capteurs d'IoT et les technologies de gestion de supply chain ont tous leurs plateformes, mais cela n’est pas facile à intégrer.

« Tout cela nécessite des interfaces et des API pour se connecter à l’existant en place », commente l’analyse. « Il s’agit d’un processus compliqué. »

Christian Titze montre qu'il n'existe pas de solution de gestion des approvisionnements IoT prête à l'emploi. Aucune ne respecte une certaine norme et peut être branchée et déployée. L'industrie arrivera à terme à un certain niveau de maturité, mais, pour l'instant, ce sont surtout les petites entreprises et les start-ups qui se spécialisent dans les capteurs. La difficulté est qu’ils doivent être combinés à une plateforme IoT et aux composants de la supply chain déjà en place dans l’entreprise tels que les ERP et MDM.

  1. S’assurer du soutien des fournisseurs 

Cependant, avant d'investir dans une technologie, l’ensemble de vos partenaires qui font partie de votre supply chain doivent soutenir cette stratégie IoT, pense Bill McBeath. Si l’IoT est déjà en place chez eux ou s’ils sont sur le point de l’utiliser, il peut être judicieux d’harmonier vos objectifs et vos attentes.

En outre, certaines grandes entreprises imposant à leurs fournisseurs ou fabricants sous contrat la mise ne place capteurs d'IoT dans leurs usines alors que ceux-ci n'ont pas encore évolué dans cette direction. 

« Ils veulent avoir une vue en temps réel des avancées », constate Bill McBeath. « Cela peut faire partie d’un accord contractuel : vous ne m'envoyez pas seulement des produits, vous me fournissez aussi des informations. Vous devez me dire quand vous commencez à le faire et quand cela sera acheminé », illustre l’analyste. Il ajoute : si un fournisseur commet ainsi une erreur, l'acheteur n'a qu'à dire qu'il déploiera ses capteurs chez un autre fabricant ou fournisseur.

  1. Mettre en place une stratégie d'analyse des données de l'IoT

Si correctement déployés, les capteurs IoT ne doivent pas seulement améliorer l'efficacité de la supply chain, mais ils doivent également permettre de collecter des données pour créer de nouveaux modèles économiques, résume Christian Titze.

Par exemple, en plus de surveiller l'usure des machines (l’objectif premier de l’entreprise), les capteurs d'IoT peuvent aussi livrer des indicateurs sur la façon dont ces machines fabriquent les produits. Cela permet alors au fabricant d'informer un client lorsque son produit doit être redessiné pour gagner en efficacité lors de sa fabrication. 

Mais cela ne se fera pas sans analyser toutes ces données – ce qui est souvent négligé par les entreprises, soit par manque d'intérêt, soit parce qu'elles n'ont pas de data scientists ni la bonne technologie, soutient Michele Pelino. Il est nécessaire que les entreprises prennent du recul et se demandent si ou non ces experts sont utiles pour leur modèle.

« L'information est beaucoup plus précieuse lorsqu'on peut l'examiner à différents niveaux », lance l’analyste. 

Les données sur l'IoT ne sont souvent que partiellement exploitées, car les entreprises ignorent ce qu’elles pourraient leur apporter comme nouveaux indicateurs. Au lieu de cela, Elles se concentrent uniquement sur les premiers cas d'usage – là où elles attendent des réponses, croit savoir Michele Pelino. Mais avec le potentiel de ces données, inutile d’hésiter. On peut par exemple identifier des tendances jusqu’alors invisibles, qui peuvent permettre à la supply chain de gagner en efficacité.

Alors ces trois analystes recommandent tous de prendre son temps avec l’IoT. C'est un processus qui ne doit pas être précipité, et une fois que la technologie en place, il convient de multiplier les tests, conclut Christian Titze.

Dernière mise à jour de cet article : mars 2018

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

En soumettant ces informations à LeMagIT.fr, vous acceptez de recevoir des emails de TechTarget et ses partenaires. Si vous résidez hors des Etats-Unis, vous consentez à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux Etats-Unis. Politique de confidentialité

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close