Jeanette Dietl - stock.adobe.com

Les 5 bonnes pratiques d’un PRA multi-site

Un plan de reprise d’activité à cheval entre plusieurs sites diffère d’une entreprise à l’autre. Cependant, il y a cinq règles qui s’appliquent dans tous les cas.

Quand un datacenter ou même un service hébergé en cloud tombe subitement en panne, l’impact peut avoir des conséquences dramatiques sur l’activité. En plus de la perte de productivité, il faut aussi gérer la colère des clients, des partenaires, voire des salariés. Plus l’incident est long, plus la perte de revenus sera grande, sans parler des effets à long terme sur sa réputation.

Il est néanmoins possible de mettre en place un PRA multi-site pour éviter ce genre de problème. Voici les cinq points-clés d’une telle stratégie.

1/ Plusieurs sites dans la même région

Si votre PRA ne stocke vos applications et vos données qu’à un seul endroit, il est temps de travailler avec des prestataires pour assurer la présence de votre IT sur plusieurs sites. On parle alors de Plan de reprise d’activité multi-site, une approche qui apporte plus d’options d’accès à vos données et les protège mieux contre les accidents.

La stratégie la plus prudente consiste à choisir des sites situés dans la même région mais géographiquement éloignés. Placer ses données à l’étranger n’est généralement pas une bonne idée car cela peut poser des contraintes réglementaires dont on pourrait se passer. Donc si le PRA doit être situé sur un cloud public, attention à ce qu’il soit limité aux instances locales.  

2/ Un site de PRA chez plusieurs hébergeurs

Pour une protection maximale, les données doivent être répliquées chez au moins deux prestataires différents. De nombreux prestataires proposent d’eux-mêmes plusieurs sites d’hébergement. Néanmoins, si c’est l’un de leurs sites qui tombe en panne, les autres deviendront surchargés et leur faculté à continuer l’activité sera potentiellement dégradée.

Le risque que deux hébergeurs de cloud, privé ou public, tombent en panne au même moment est en revanche extrêmement limité.

3/ Des tests progressifs pour trouver les bons hébergeurs

Comme au lancement de n’importe quel projet, il est conseillé de démarrer une stratégie de PRA multi-site en la testant sur un échantillon de données. Généralement, la bonne pratique consiste à répliquer des lots de données non critiques chez plusieurs hébergeurs, puis à analyser comment les remettre en production.

La clé est de mener une série progressive de tests.

Si les tests donnent de bons résultats, recommencez avec des données un peu plus critiques.

4/ Utilisez les bons outils

Des bons outils simplifient grandement la réplication des données chez plusieurs hébergeurs en même temps. Citons le service CloudEndure qui permet d’automatiser le processus ou encore UnitedLayer spécialisé dans la migration automatisée de cloud à cloud.

5/ Des simulations régulières de reprise d’activité

Les hébergeurs tout comme les technologies de cloud, évoluent sans cesse. La bonne pratique consiste donc à réévaluer régulièrement le bon fonctionnement d’un PRA depuis un site externe afin de s’assurer que la reprise d’activité se fait sans heurt. Accessoirement, ces tests réguliers vous permettront d’avoir une idée de la manière dont sont restaurées les nouvelles fonctions dont vous avez vous-mêmes agrémenté votre SI.

Mais attention, alors que les tests dont nous parlions précédemment concernaient un échantillon de données, ces simulations doivent se faire en grandeur nature, sur l’ensemble de ressources que vous protégez. Si le moindre défaut apparaît, il est urgent d’en discuter avec son hébergeur.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close