Ye Liew - Fotolia

Pour le partage de fichiers en entreprise, Dropbox ou Box ?

Dropbox et Box peuvent améliorer la productivité des travailleurs nomades. Mais leurs fonctionnalités et tarifs diffèrent. Tous deux partent d’une base gratuite, jusqu’à des offres taillées pour les entreprises.

Dropbox et Box sont deux des services de stockage et de partage de fichiers en mode Cloud les plus populaires. Mais un examen attentif met en évidence des différences que les DSI ne peuvent pas ignorer.

Etre capable d’accéder à ses fichiers et d’en partager de partout, avec n’importe qui, est plus qu’attractif pour les utilisateurs finaux. Les jours où les DSI pouvaient se contenter de gérer leurs utilisateurs nomades avec un client VPN et un dossier partagé du réseau interne sont, pour l’essentiel, déjà loin. Mais la manière dont Box et Dropbox permettent de passer ce cap peut varier.

Tous deux offrent un service de base gratuit qui inclut une quantité de stockage prédéfinie, et proposent de payer pour accéder à des fonctionnalités plus adaptées aux besoins des entreprises. Celles-ci peuvent aider les DSI à imposer certains contrôles, sans réduire pour autant les bénéfices du stockage et du partage de fichiers en mode Cloud.

Par exemple, leurs consoles d’administration permettent d’enrôler les utilisateurs un par un. Mais l’intégration avec Active Directory permet de disposer de services de SSO (authentification unique) qui réduisent la complexité tant pour les utilisateurs que pour les DSI. Et la gestion des permissions pour l’accès à certains dossiers peut améliorer la sécurité.

Prix et fonctionnalités

Le compte Box gratuit offre 10 Go de stockage, avec une taille maximale de fichier de 250 Mo. Dropbox ne propose de son côté que 2 Go, mais il est possible d’obtenir 500 Mo supplémentaires pour chaque personne que l’on parraine – pour un maximum ainsi obtenu de 16 Go. Dropbox ne limite pas la taille des fichiers avec ses applications mobile et client lourd ; via son interface Web, celle-ci ne doit pas dépasser 10 Go.

Dropbox Pro permet de profiter d’un support priorité et d’une meilleure bande passante pour le partage de fichiers, sans compter 100 Go pour 10 $ par mois, 200 Go pour 20 $, et 500 Go pour 50 $. Payer à l’année permet d’obtenir une remise de 17 % sur ces prix. Des options supplémentaires peuvent être souscrites, pour accéder notamment à des services de restauration et de versioning de fichiers.

Les utilisateurs individuels de Box peuvent obtenir 100 Go de stockage pour 10 $ par mois. Au passage, la taille limite pour les fichiers passe à 5 Go.

Dropbox Business coûte de son côté 795 $ par an pour un maximum de 5 utilisateur. Chaque utilisateur supplémentaire est facturé 125 $ par an. A ce prix-là, chaque utilisateur dispose de 1 To de stockage, mais il est possible d’obtenir plus gratuitement, sur simple demande. Dropbox Business supporte le versioning de fichiers jusqu’à 30 jours, ainsi que l’intégration SSO via Active Directory, ainsi que l’administration centralisée des utilisateurs et de leurs droits ou encore l’effacement à distance. A des fins de conformité, il est également possible d’obtenir des traces d’audit.

Pour 5 $ par utilisateur et par mois, Box offre 100 Go d’espace de stockage pour un maximum de 10 utilisateurs. La taille des fichiers est limitée à 2 Go, mais le versioning est présent, jusqu’à 25 enregistrements. Box Business coûte 15 $ par utilisateur et par mois, avec 1 To de stockage au total et jusqu’à 5 Go par fichier.

Là, le nombre de versions de fichiers supportées est porté à 50. Tout le contenu peut être indexé pour simplifier la recherche au sein des documents. Box propose également une offre grands comptes avec un espace de stockage illimité. Et il faut là passer par une négociation avec l’éditeur du service.

Intégration

Synchroniser dans le cloud des contenus stockés en local est un confort. Box et Dropbox – et leurs concurrents – répondent à ce besoin. La différentiation peut alors se faire par l’intégration de la plateforme Cloud avec des applications tierces.

Et là, Box s’intègre avec une longue liste d’applications populaires, dont Salesforce.com, les Google Apps, SharePoint et NetSuite. Il offre un service FTP unique pour faire la passerelle avec les systèmes historiques où utiliser un client natif ne serait ni possible ni souhaitable. Box permet également aux DSI de limiter la bande passante des activités de synchronisation – une fonctionnalité intéressante pour éviter de saturer les réseaux.

Une extension Outlook pour Box peut aider par ailleurs les utilisateurs à dépasser les limites de taille sur les pièces jointes, en envoyant un lien vers un dossier ou un fichier à récupérer sur le site Web de Box. De telles extensions pour Outlook, avec Dropbox, existent, mais la plupart sont payantes. A noter que Box et Dropbox s’intègrent avec la version mobile de Microsoft Outlook, ainsi qu’à la suite bureautique Office.

Sécurité et confidentialité

S’appuyer uniquement sur des mots de passe ou des codes PIN pour sécuriser l’accès à des comptes d’utilisateur n’est plus suffisant. Ajouter un autre facteur d’authentification améliore la sécurité. Box et Dropbox le supportent tous deux, mais de manières différentes.

Dropbox supporte l’authentification à double facteur en utilisant un code à usage unique (OTP) fourni à l’utilisateur via message texte ou une applications tierce telle que Google Authenticator. Box n’offre que la fourniture de code OTP que via message texte.

Les deux services chiffrent les données en transit avec SSL, ainsi que les données au repos sur leur infrastructure. Mais par défaut, celles-ci ne sont pas chiffrées sur les postes clients et une couche de chiffrement supplémentaire peut être nécessaire – y compris pour conserver le contrôle du chiffrement des données au repos sur les serveurs de Box et de Dropbox.

Box permet depuis début 2015 aux entreprises de gérer elles-mêmes leurs clés de chiffrement. Dropbox propose de son côté des API pour permettre à des tiers d’intégrer leurs outils – de prévention des fuites de données, par exemple – à sa plateforme. Mais des services tiers de chiffrement des données ont émergé, à l’instar de Sookasa, recommandé par SafeNet avec Dropbox depuis la fermeture de son service ad hoc SafeMonk, ou encore CipherCloud, qui supporte Box.

Et si cela ne suffit pas, des plateformes de synchronisation et de partage de fichier déployées en interne peuvent offrir un niveau de contrôle encore plus important.

Adapté de l’anglais.

Pour approfondir sur Outils collaboratifs

Participer à la conversation

2 commentaires

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

A côté des champions américains il y a le champion de la frenchtech, J-Doc.com qui opère sur le même marché avec des atouts sérieux dont le prix grâce à un nombre illimité d’utilisateurs par abonnement.
Annuler
Pourquoi mettre en avant des entreprises américaines alors que le RGPD bat son plein et des start-up françaises existent comme Cloudeezy ou NetExplorer ?
Annuler

- ANNONCES GOOGLE

Close