Cet article fait partie de notre guide: Guide Windows 10 : Tout sur le vrai successeur de Windows 7

Windows 10 : onze pistes pour améliorer les performances

Ces quelques conseils, comme réduire les effets visuels, supprimer les services inutiles, jouer sur les paramètres d’alimentations ou ajouter la bonne quantité de RAM, vous permettront de booster simplement votre Windows 10.

Si vous êtes un(e) professionnel (le) de l’IT, quelques modifications suffisent pour optimiser les performances de Windows 10 et accélérer drastiquement le fonctionnement du système d’exploitation.

Suite de l'article ci-dessous

Ces 11 conseils à connaître sont pour la plupart des corrections simples et faciles. Si ces options ne résolvent pas vos problèmes de performances – et seulement si elles n’y arrivent pas – vous aurez peut-être besoin d’une analyse plus complète de votre environnement de travail.

1. Vérifiez et testez la dernière mise à jour de Windows 10

Microsoft propose deux grandes catégories de mises à jour : les « Feature updates », que Microsoft publie deux fois par an et qui concernent les fonctionnalités majeures, et les « Quality updates », qui traitent des failles de sécurité, des bogues connus et d’autres problèmes liés à Windows 10.

Ces mises à jour causent parfois leurs propres problèmes que vous devrez peut-être résoudre. Regardez donc les bogues et les problèmes connus pour les dernières versions en date de Windows. Les mises à jour, indispensables, peuvent être à l’origine des problèmes de performances de votre Windows 10.

Inversement, le problème peut venir du fait que vous n’avez pas appliqué la dernière mise à jour de Windows 10. Dans la mesure du possible, appliquez les mises à jour, après les avoir testées, et essayez de rester au courant des bogues identifiés pour chaque version de l’OS.

Par ailleurs, le fait que Windows télécharge ces mises à jour en arrière-plan peut impacter les performances. Le système d’exploitation apprécie fortement les ressources CPU et ne fera pas la différence entre une machine particulièrement bien dotée et un PC portable sur le déclin.

Pour éviter ces désagréments, il convient de planifier les mises à jour. Il est éventuellement possible de les retarder en cliquant sur démarrer, puis mise à jour et sécurité, options avancées et enfin « Différer les mises à niveau ». Cette action dure sept jours, un simple clic la prolonge. Attention, les mises à jour restent essentielles, il s’agit juste de gagner un peu de vélocité au quotidien. Fait au bon moment, la mise à jour aura lieu en fin de semaine. C’est particulièrement utile pour les ordinateurs encore dotés de processeurs deux cœurs (s’ils tendent à disparaître, les modèles vendus sous la barre des 500 euros en sont toujours dotés).

2. Réduisez la taille du fichier pagination à son minimum

Le fichier de pagination ou fichier d’échange de Windows (ou pagefile) permet au système d’utiliser plus efficacement la RAM physique en utilisant une partie du disque dur comme extension de la mémoire vive lorsqu’elle atteint sa capacité maximale. Il est parfois appelé « mémoire virtuelle de Windows 10 » (ou Windows 10 Virtual Memory).

Sur la plupart des systèmes Windows 10 dotés de 8 Go de RAM ou plus, le système d’exploitation gère correctement la taille de cette mémoire virtuelle. Habituellement, ce fichier est de 1,5 Go pour 8 Go de RAM, 2,5 Go pour 16 Go de RAM et de 5 Go pour 32 Go de RAM. Vous pourriez réduire le fichier de pagination à 2 Go sur un système de 16 Go, par exemple, ou à 3,5 Go sur un système de 32 Go sans rencontrer de problèmes de performances notables.

Vous pouvez donc réduire la taille du fichier de pagination. Évitez toutefois de le faire sur les systèmes 32 bits.

Pour optimiser le pagefile, procédez comme suit :

  1. Ouvrez System Properties (Propriétés système). Cliquez avec le bouton droit sur le menu Start (Démarrer), sélectionnez System (Système), puis cliquez sur Change Settings (Modifier les paramètres).
  2. Dans la boîte de dialogue System Properties (Propriétés système), sous l’onglet Advanced (Paramètres système avancés), cliquez sur le bouton Settings (Paramètres) dans la section Performance (Performances).
  3. Dans la boîte de dialogue Performance Options (Options de performances), sous l’onglet Advanced (Avancé), cliquez sur le bouton Modifier dans la section Virtual Memory (Mémoire virtuelle).
  4. Dans la boîte de dialogue Virtual Memory (Mémoire virtuelle), les tailles du fichier de pagination sont affichées dans la partie inférieure : notez les valeurs indiquées dans Minimum allowed (Minimale autorisée), Recommended (Recommandée) et Currently (Allouée actuellement). Ensuite, décochez la case « Automatically manage paging file size for all drives » (Gérer automatiquement le fichier d’échange pour tous les lecteurs). Si la liste des lecteurs disponibles en affiche plus d’un, cliquez sur votre lecteur système (celui dans lequel Windows est installé, habituellement C:).
  5. Cliquez sur Custom Size (Taille personnalisée) et renseignez les champs Initial Size (MB) et Maximum Size (MB). Indiquez une taille maximale de 1 Go (1 000 Mo) à 4 Go (4 000 Mo), selon la quantité de mémoire vive installée.
  6. Cliquez sur Set (Définir), puis sur OK.

Ensuite, fermez toutes les boîtes de dialogue ouvertes et redémarrez l’ordinateur.

Mieux, si vous avez plusieurs disques physiques (et pas plusieurs partitions sur un seul lecteur), vous pouvez augmenter la vitesse du système en répartissant le fichier de pagination sur deux lecteurs. Allouez environ 300 Mo de mémoire virtuelle au disque système, puis sélectionnez le second disque dans la boîte de dialogue Virtual Memory (Mémoire virtuelle), définissez les tailles initiale et maximale et cliquez sur Set (Définir).

3. Utilisez ReadyBoost de Windows

Microsoft ReadyBoost est une fonctionnalité Windows de mise en cache. Cet utilitaire peut mettre en cache des fichiers à l’aide d’un lecteur flash amovible pour améliorer les performances de Windows 10 sans nécessiter de mémoire supplémentaire.

Les caractéristiques requises pour ReadyBoost sont les suivantes :

  • Un temps d’accès inférieur ou égal à 1 milliseconde ;
  • 75 Mbps de débit pour des écritures aléatoires de 1 MB ;
  • Au moins 64 Ko de stockage disponible ; et
  • Un débit de 5 Mbps pour des lectures aléatoires de 4 KB.

Pour activer cet utilitaire, insérez le disque amovible, faites un clic droit dessus dans l’explorateur de fichiers de Windows 10 et choisissez l’option Propriétés. Ensuite, sélectionnez l’onglet ReadyBoost et cliquez sur OK. Si le support n’est pas compatible avec ReadyBoost, l’onglet n’apparaîtra pas.

4. Désactivez les effets visuels de l’interface utilisateur

Onglet pour désactiver les effets visuels de Windows 10
Figure 1 : onglet pour désactiver les effets visuels

Certes, les animations et les effets d’ombre donnent une belle allure à l’interface utilisateur, mais ce sont de gros consommateurs de CPU et de ressources mémoire.

Pour désactiver ces fonctionnalités, ouvrez System Properties (Propriétés système). Sous l’onglet Advanced (Paramètres système avancés), cliquez sur le bouton Settings (Paramètres) dans la section Performance (Performances). Dans l’onglet Visual Effects (Effets visuels), décochez toutes les options surlignées en vert dans la figure 1.

5. Supprimez les services inutiles de Windows 10

Une autre manière d’améliorer les performances de Windows 10 consiste à arrêter les services de l’OS qui sont inutiles. Vous pouvez désactiver en toute sécurité ASP.NET State Service, Portable Device Enumerator Service et Windows Media Player Network Sharing Service.

Les désactiver sera surtout bénéfique pour les systèmes peu puissants.

Pour désactiver les services, allez dans la console Services. Pour ouvrir cette console, saisissez services.msc dans la zone Exécuter. Faites un clic droit sur le bouton Start (Démarrer), puis sélectionnez Run (Exécuter). Autre méthode, appuyez simultanément sur la touche Windows et R.

Dans la console Services, cliquez droit sur le service à désactiver et sélectionnez Properties (Propriétés). Dans la boîte de dialogue qui s’affiche, cliquez sur le bouton Stop (Arrêter), puis sélectionnez Disabled (Désactivé) dans la liste déroulante Startup Type (Type de démarrage) comme illustré à la figure 2.

Etapes pour désactiver un service dans Windows 10
Figure 2 : étapes pour désactiver un service dans Windows 10

Par sécurité, ne désactivez qu’un service à la fois. Redémarrez votre ordinateur et utilisez-le quelque temps avant de désactiver un autre service. Si quelque chose ne tourne pas rond, vous saurez sans hésiter quel service réactiver.

L’on peut également faire appel au projet open source de Sycnex disponible sur GitHub. Il s’agit d’un ensemble de scripts PowerShell pour supprimer les applications inutiles présentes (bloatware) dans toutes les versions de Windows 10 (même les licences Pro). Certaines d’entre elles exécutent des processus mange-mémoire (par exemple Skype, si on n’utilise que Teams). Il suffit de télécharger le fichier source de GitHub, de le décompresser, de lancer PowerShell, puis d’y copier-coller les scripts. Pour davantage de contrôle, on recommande de les exécuter un à un, mais le projet comprend également une GUI vous permettant d’activer tout ou partie des commandes disponibles. À titre d’exemple, un ordinateur doté d’un processeur double cœur et de 4 Go de RAM appréciera fortement cette opération.

6. Nettoyez et défragmentez votre disque dur (si ce n’est pas un SSD)

Ce conseil ne concerne que les ordinateurs sous Windows 10 équipés d’un disque dur (HDD) ; et pas ceux équipés d’un SSD.

Si c’est votre configuration, vous pouvez utiliser l’outil de défragmentation et de nettoyage pour optimiser vos disques durs. La défragmentation est le processus qui consiste à réorganiser les fichiers sur un disque pour en faciliter l’accès au système.

Pour lancer une défragmentation sur le disque dur de votre PC, allez dans les paramètres système et cliquez sur l’onglet Stockage. Sélectionnez l’option Optimiser les lecteurs. Ensuite, cliquez sur le disque dur et sélectionnez la commande Optimiser. L’outil prend en charge le reste de la procédure de défragmentation et réorganise le disque pour rendre l’indexation moins gourmande en ressources et supprimer tout fichier temporaire inutile.

L’onglet Stockage donne davantage d’options pour supprimer les fichiers temporaires, notamment les mises à jour ratées, les fichiers en cache, les anciennes versions de Windows après une réinstallation. L’onglet « Nettoyage de disque » dans les propriétés des disques durs, disponible depuis Windows XP, n’offre pas autant de possibilités.

7. Gérez les programmes qui se lancent au démarrage

Si vous réduisez le nombre de programmes qui sont lancés automatiquement au démarrage de Windows 10, votre bureau (desktop) s’affichera beaucoup plus rapidement à chaque reboot.

Pour gérer ces programmes au démarrage, ouvrez le Task Manager (Gestionnaire des tâches) et cliquez sur l’onglet Startup (Démarrage). Sélectionnez les programmes que vous voulez désactiver au démarrage et cliquez sur Disable (Désactiver).

Si vous voulez vraiment mettre « les mains dans le cambouis », vous pouvez aussi passer par l’utilitaire Windows Sysinternals Autoruns.

Windows 10 intègre une fonction connectée à Internet de recherche de processus : avec cette documentation en ligne, vous pouvez facilement déterminer quels programmes laisser au démarrage et lesquels désactiver.

Pour utiliser cette fonction de recherche, faites un clic droit sur n’importe quelle ligne (d’un programme) et sélectionnez Search Online (Rechercher en ligne). Votre navigateur affichera alors les résultats de la recherche sur ledit programme.

Au démarrage de Windows 10, les applications listées dans le dossier de démarrage ne sont pas lancées immédiatement. Leurs démarrages sont « retardés » pour laisser le temps au système de charger ses processus propres en priorité. Les choses sont ainsi bien organisées, et l’expérience plus rapide.

Toutefois, vous pouvez raccourcir encore la durée du démarrage en réduisant le délai de lancement des applications dans le Registre de Windows :

  1. Ouvrez l’Éditeur du Registre (regedit.exe).
  2. Localisez l’entrée suivante : HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Windows\CurrentVersion\Explorer\Serialize Remarque : si la clé de registre Serialize n’existe pas, créez-la. Sélectionnez le dossier Explorer dans le panneau de gauche de l’explorateur, puis cliquez sur Edit > New > Key (Edition > Nouveau > Clé) dans la barre de menus. Saisissez Serialize pour donner ce nom à la clé et appuyez sur Entrée.
  1. Créez une nouvelle valeur DWORD nommée StartupDelayInMSec et mettez-la à 0. Pour créer une valeur DWORD, faites un clic droit sur la clé Serialize dans le volet de gauche, puis sélectionnez New > DWORD (32-bit) Value. La valeur est définie par défaut sur 0 (figure 3).
  2. Quittez l’Éditeur du Registre.

Dès le prochain reboot, le redémarrage de votre ordinateur devrait être plus rapide.

Figure 3 : Comment ajuster le délai de démarrage des applications en passant par le registre Windows
Figure 3 : comment ajuster le délai de démarrage des applications en passant par le registre Windows

8. Réduisez la valeur du délai de démarrage de l’OS

La valeur du délai de démarrage (boot) de Windows 10 est fixée par défaut à 30 secondes. Vous trouverez cette valeur dans l’onglet Boot de msconfig.

Pour accélérer le démarrage, vous pouvez réduire cette valeur à 10 secondes. Ce qui vous laissera toujours suffisamment de temps de booter en mode sans échec, si besoin. Vous pouvez également décider de la passer à 0 seconde.

Pour changer la valeur, deux méthodes :

  1. saisissez msconfigdans le champ Run (Exécuter) puis dans l’onglet Boot (Démarrer) remplacez la valeur du champ Timeout (Délai) par le nombre de seconde que vous souhaitez, puis cliquez sur OK.
  2. ou, passez par Settings (Paramètres) > Update & Security > Recovery > Advanced Startup pour forcer Windows 10 à redémarrer en mode sans échec.

La méthode provoque un redémarrage immédiat, donc ne la faites pas avant d’avoir sauvegardé vos travaux en cours et d’être prêt à redémarrer. La méthode msconfig, elle, exige que vous décochiez la case « Safe boot » avant votre prochain redémarrage.

9. Changez les paramètres d’alimentation

Microsoft propose trois types de gestion de l’alimentation dans Windows 10. Chacun d’eux est utile dans différents cas d’utilisation.

Les animations et ombres sur le bureau donnent à l’interface utilisateur une belle apparence, mais elles peuvent consommer beaucoup de CPU et de mémoire.

Le mode « Économie d’énergie » (« Power saver mode »), par exemple, maximise la durée de la batterie au détriment des performances. À l’inverse, le mode « Performances élevées » (« High performance ») maximise les performances, mais au prix d’une consommation d’énergie plus forte. Il existe également une option « équilibrée » (« utilisation normale ») que Microsoft recommande par défaut.

Si vous avez des problèmes de performances avec votre Windows 10, il peut être intéressant d’activer le mode « Performances élevées ». Pour activer, ce mode de gestion de l’alimentation, ouvrez le Panneau de configuration, puis sélectionnez Matériel et audio. De là, cliquez sur Options d’alimentation, cliquez sur « Afficher les modes supplémentaires » et sélectionnez le mode « Performances élevées ».

10. Supprimez les virus et les logiciels malveillants

Ce conseil est une évidence. Mais on ne le répétera jamais assez : évitez à tout prix et protégez-vous des virus et les malwares !

En tant que professionnel(le), vous bénéficiez certainement d’une licence pour un antivirus et un antimalware. Le meilleur conseil que l’on puisse donner est de suivre à la lettre la procédure que votre organisation vous a communiquée pour analyser (régulièrement) votre appareil et identifier, le cas échéant, si des virus, des logiciels malveillants ou n’importe quelles autres applications non voulues détériorent les performances de votre Windows 10.

Si vous n’avez pas d’antivirus, vous pouvez utiliser celui de Microsoft, Windows Defender. Lancez une analyse en allant dans le menu Centre de Sécurité Windows Defender (Windows Defender Security Center) - soit en cliquant sur la petite icône du bouclier en bas à gauche du bureau, soit en passant par le menu Démarrer / Paramètre / Mise à jour et sécurité / Windows Defender. Cliquez sur « Ouvrir le Centre de sécurité Windows Defender » puis sélectionnez « Protection contre les virus et les menaces ». Windows 10 vous proposera alors quatre options d’analyses (Scan) : rapide, complète, personnalisée et hors ligne.

Chacune de ces options a son intérêt. L’analyse complète est la plus appropriée pour un premier scan. Vous pourrez ensuite configurer une analyse personnalisée en fonction de la politique de votre organisation.

11. Mettez à niveau votre matériel

Une des façons les plus radicales et efficaces pour dynamiser votre Windows 10 est d’upgrader votre hardware.

L’ajout de mémoire RAM physique accélèrera considérablement les performances de votre Windows 10. Un système Windows 32 bits accepte jusqu’à 4 Go de RAM et un système 64 bits, jusqu’à 128 Go, voire bien plus selon votre version de Windows 10 et de la carte mère de votre ordinateur.

Les barrettes de mémoire ne sont pas très chères. Installer le maximum de RAM possible – soit 4 Go sur un système 32 bits, et au moins 16 Go sur un 64 bits (8 Go suffisent pour de la bureautique simple) – est à envisager sérieusement pour optimiser votre usage quotidien de Windows 10. Achetez également si possible la RAM la plus rapide que votre installation peut supporter (reportez-vous aux spécifications des fabricants de votre ordinateur et/ou de votre carte mère).

Si vous n’avez qu’un disque dur classique (HDD), envisagez également l’achat d’un disque flash (SSD), le démarrage en sera considérablement raccourci, tout comme le lancement des applications, le déplacement des fichiers, les enregistrements, etc.

Si vous mettez en œuvre toutes ou partie de ces recommandations, vous devriez remarquer une nette accélération de votre Windows 10. Et même si vous n’en appliquez que quelques-unes, vous profiterez d’une expérience plus réactive et plus agréable.

Pour approfondir sur Windows

Close