Les dessins du MagIT

Télécharger Information Sécurité
  • Dans ce numéro:
    • Le pare-feu applicatif Web, un marché en pleine évolution
    • Le WAF à l’heure des DevOps
    • Pourquoi le pare-feu applicatif web est-il une couche de sécurité indispensable
    Télécharger cette édition
  • La France mise sur l'Intelligence Artificielle

    À l'occasion de la remise par le mathématicien et député Cédric Villani de son rapport de mission sur l’intelligence artificielle, Emmanuel Macron annonce dans un discours au Collège de France un plan Intelligence Artificielle représentant sur le quinquennat "un effort spécifique et inédit de près de 1,5 Md€ de crédits publics".

  • Une borne pour nettoyer ses clés USB

    Orange Cyberdéfense vient de présenter sa borne mobile de nettoyage de clés USB, entrant ainsi en concurrence frontale avec celle de Kub Cleaner. L’enjeu : séduire en particulier les OIV avec des solutions clés en main.

  • Cryptojacking : la nouvelle menace

    Dans l’édition 2018 de son rapport sur les menaces, Symantec confirme un sentiment de plus en plus généralisé : le cryptojacking, qui consiste à détourner des ressources de calcul pour générer des crypto-deniers, est de plus en plus utilisé par les cyber-délinquants.

  • Salesforce rachète la plateforme de gestion d'APIs MuleSoft

    En pleine stratégie de diversification et de marche forcée vers les $60 milliards de CA, Salesforce achète un acteur qui lui permet aussi d'assoir un peu plus sa volonté de devenir la brique centrale du SI des entreprises.

  • Facebook et la gestion des données

    Alors que les nouvelles règles sur la protection des données s'appliqueront à partir du 25 mai 2018, l'utilisation par Cambridge Analytica des données de millions d'utilisateurs de Facebook sans leurs consentements ébranle la confiance dans le réseau social, en le faisant trébucher en bourse.

  • Datacenter : le refroidissement à l’huile est enfin au point

    En plongeant les serveurs dans un bain d’huile à la composition secrète, Immersion 4 promet de réduire la facture du datacenter d’un tiers et d’ouvrir la voie aux configurations denses dotées des plus puissants processeurs.

  • La méthode de révélation des failles AMD choque les experts

    CTS Labs a donné 24 heures au fondeur avant de dévoiler une série de failles portant sur le "secure processor" embarqué dans ses puces Ryzen et Epyc. Une démarche jugée cavalière par beaucoup, et que certains n’hésitent pas à qualifier d’opération spéculative.

  • Veto de Trump au rachat de Qualcomm par Broadcom

    Le président américain vient de mettre son veto au rachat du premier par le second par décret présidentiel, au nom de la sécurité nationale. Le portefeuille de brevet de Qualcomm et notamment son savoir-faire autour du CDMA et des technologies avancées de modulation radio, et son avance pour la 5G, sont donc considérés comme stratégiques et intouchables par les Américains.

  • Carrefour « blockchainise » ses poulets

    Le distributeur se met à la blockchain pour rendre la traçabilité de certains de ses produits plus transparente. Mais des questions sur les limites de cette technologie dans le domaine alimentaire persistent, comme le souligne le CEA qui travaille pour tenter de les résoudre.

  • Gérald Karsenti quitte la tête d'Oracle France.

    Oracle France a confirmé ce soir la démission de Gérald Karsenti de son poste de Directeur Général après 6 mois à la tête de la filiale française de l'éditeur.

  • Allemagne : les cyber-espions cachaient des commandes dans des e-mails

    Les pirates infiltrés sur le système d'information ultra-sécurisé du gouvernement allemand utilisait la messagerie électronique comme intermédiaire de communication avec leur infrastructure de commande de contrôle.

  • Sécurité des données : la Cnil met en demeure la CNAMTS

    La Commission nationale informatique et libertés s'inquiète de la sécurisation des données relatives à la santé des assurés. Des contrôles ont été conduits à l'issu d'un rapport de la Cour des comptes. Selon la Cnil, si ces contrôles n’ont pas permis d’identifier de « faille majeure dans l’architecture de la base centrale », ils ont fait ressortir « plusieurs insuffisances de sécurité susceptibles de fragiliser le dispositif » nécessitant de « mettre en demeure la CNAMTS de prendre toute mesure utile pour garantir pleinement la sécurité et la confidentialité des données des assurés sociaux », dans un délai de 3 mois.

- ANNONCES GOOGLE

Close