L’écurie de F1 Mercedes AMG Petronas se convertit au 100 % Flash

Mercedes AMD Petronas Formula One a retenu les baies de Pure Storage à la fois pour motoriser son infrastructure de datacenter et pour équiper les racks mobiles qui accompagnent l'écurie sur les circuits tout au long de la compétition. Un pari gagnant pour Matt Harris, le directeur informatique de l'écurie de course automobile

En deux ans, Mercedes AMG Petronas Formula One a converti l’essentiel de son IT au stockage flash, une conversion qui a lui permis de doper les performances, mais également de simplifier son infrastructure.

Comme l’explique Matt Harris, son directeur informatique, l’équipe de course automobile a commencé par remplacer ses systèmes de stockage historiques par des baies de stockage Flash Pure Storage au début 2016.

Cette décision lui a permis d’améliorer la performance de son IT dans son usine de Brackley (Ouest de Londres), mais a surtout permis de réduire sensiblement la taille et le poids des racks informatiques qui suivent l’équipe tout au long de ses déplacements de circuit en circuit.

Mercedes AMG Petronas a ainsi acquis un couple de baies FlashArray 450 pour son usine de Brackley (aujourd’hui remplacées par des FlashArray //m70) et déployé des baies FlashArray m//20 dans les racks qui suivent l’équipe tout au long de l’année en bordure des circuits.

Pure Storage retenu pour les performances, la simplicité et la compacité de ses baies

Alors que ses précédents systèmes de stockage sur disque NetApp occupaient 26U pour une capacité de 40 To, le couple de baies FlashArray //m20 qui les a remplacés sur circuit permet à l’écurie de stocker jusqu’à 88 To dans 6U (l’écurie dispose de deux clusters de baies //m20, l’un déployé sur la compétition en cours et l’autre prépositionné pour la suivante).

Selon Matt Harris, la simple réduction du poids des racks a permis à l’équipe d’amortir son achat en moins de deux ans grâce à la réduction de sa facture de fret aérien. Et c’est sans compter avec les gains en performances et les bénéfices accessoires en matière de fiabilité, les SSD embarqués des baies FlashArray étant bien moins susceptibles aux pannes que les disques durs.

Comme l’indique Matt Harris, les baies de Pure storage sont aussi bien plus rapides que les baies de disques qu’elles ont remplacées et permettent à l’écurie de F1 de traiter bien plus rapidement les données remontées en temps réel par la télémétrie des voitures pendant la course.

Durant un Week-End de compétition, les quelque 300 capteurs des Formule 1 remontent des informations plus de 100 fois par seconde, ce qui veut dire que durant une course l’équipe collecte plus de 400 Go de données et près de 2 milliards de points de mesure (le volume de données est limité par la performance du processeur embarqué dans le véhicule, qui n’a pas évolué depuis 2009). Ces données sont analysées en temps réel par l’équipe afin d’optimiser le fonctionnement de la voiture et afin de détecter en amont tout problème potentiel.

Avec les baies Pure, le temps de chargement d’un jeu de données a par exemple été réduit de plus de 35 %, ce qui permet à la trentaine d’ingénieurs qui analysent le fonctionnement de la voiture de répondre plus rapidement aux alertes et incidents, mais aussi d’optimiser au mieux les réglages du véhicule. Matt Harris souligne également l’efficacité des baies Pure en matière de réduction de données.

En plus de ses deux clusters FlashArray //m20 utilisés en alternance d’un circuit sur l’autre, l’équipe de Formule 1 Mercedes AMG Petronas s’appuie aussi sur deux baies FlashArray //m70 dans son usine de Brackley. Ces baies ont remplacé les anciennes FlashArray 450, initialement déployées il y a plus de deux ans dans le cadre du programme de mise à jour Evergreen Storage du constructeur.

Comme l’explique Matt Harris, la mise à jour des contrôleurs a nécessité moins d’une demi-journée et s’est déroulée sans aucun impact sur la production. De façon générale, le patron de l’IT de l’écurie de course s’avoue ravi de la grande simplicité des mises à jour de Pure Storage, tant matérielles que logicielles. Il souligne que cette simplicité est essentielle pour ce qui reste une petite équipe informatique (Matt Harris s’appuie sur une équipe IT interne de 4 personnes).

Un exemple récent est celui de l’arrivée de la réplication synchrone dans l’OS Purity des baies de Pure Storage. Grâce à l’ajout de cette capacité, Mercedes AMG Petronas a pu arrêter d’utiliser DataCore pour répliquer les données entre ses paires de baies. Aussi bien à l’usine (entre ses baies //m70) que sur les circuits (baies //m20), la réplication synchrone s’appuie désormais sur la technologie de metrocluster ActiveCluster de Pure Storage.

Avec ce choix, l’écurie a simplifié son infrastructure, tout en améliorant ses performances (et notamment la latence). Elle a aussi réalisé des économies, puisque les licences payantes DataCore ont été remplacées par la licence gratuite ActiveCluster, intégrée au package logiciel standard des systèmes Pure Storage. 

Les baies //m70 utilisées au sein de l’usine hébergent notamment les données des applications patrimoniales de l’écurie, ainsi que le stockage des machines virtuelles et les données des SGBD. La mise en œuvre de la flash a, par exemple, permis à l’écurie de F1 de réduire d’environ 95 % le temps de traitement de ses requêtes SQL par rapport à ses précédents systèmes de stockage sur disque. Des requêtes qui pouvaient demander plusieurs heures autrefois s’effectuent ainsi en quelques minutes.

FlashBlade pour l’analytique et les applications de calcul

Courant 2017, Mercedes AMG Petronas a également remplacé son ancien stockage parallèle Panasas par plusieurs baies FlashBlade. En interne, l’écurie opère un cluster de calcul de plusieurs milliers de nœuds pour ses applications de CFD (« Computational Fluid Dynamics » ou simulation en dynamique des fluides) et elle utilise aussi les outils analytiques de Tibco et projette aussi de déployer des applications de machine learning pour tirer au mieux parti des données accumulées au fil des courses et des données de simulation. 

« La mise en œuvre des baies FlashBlade a permis de simplifier radicalement la configuration du cluster », explique Matt Harris, puisqu’elle a éliminé le besoin de déployer des clients spécifiques sur les nœuds (les accès se font désormais en mode NFS). Elle s’est aussi traduite par une augmentation des performances (un point important puisque le temps de calcul CFD est limité par le règlement de la F1). Selon le DSI de l’écurie Mercedes AMG Petronas, la seule mise à jour du stockage a permis de gagner plus de 2 h sur un calcul de 20 h. Au total, l’équipe dispose de plusieurs châssis FlashBlade pour une capacité totale de 400 To et elle est en train de les réunir en un unique cluster. 

Si à ce jour toutes les applications connectées aux FlashBlade utilisent NFS, Matt Harris s’intéresse aussi au support des protocoles de stockage objet par la baie, puisque ceux-ci pourraient s’avérer utiles dans le cadre du déploiement de futures applications analytiques ou de machine learning. 

Dernière mise à jour de cet article : mai 2018

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close