Médecins Sans Frontières rationalise son catalogue interne avec la solution de MDM EBX 5

L’ESN française Micropole est chargée d’implémenter un projet de Master Data Management (MDM) de taille internationale, visant à rationaliser le catalogue de Médecins Sans Frontières. Un catalogue qui recense le matériel de l’ONG sur le terrain.

 

Médecins Sans Frontières est une association humanitaire bien connue. Ce que l’on sait moins, c’est le nombre de pays dans lesquels elle apporte quotidiennement une assistance médicale : 65 pays. Ce qui représente pas moins de 350 projets à travers le monde.

Sur tous ces théâtres d’opérations, MSF fournit – via ses médecins et bénévoles - des aides d’urgence (médicament, matériels, etc.). Conséquence interne, l’association doit gérer une logistique internationale impressionnante, qu’elle pilote depuis trois centres d'approvisionnement européens. Cette problématique critique, avec des vies humaines  en jeu, impose donc à l’ONG de mettre en place des outils pour rationaliser ses achats, ses livraisons sur le terrain, etc. Des outils qu’elle a décidé d’optimiser avec une stratégie de Master Data Management (MDM).

« Au sein de Médecins Sans Frontières, la Coordination Technique Internationale (ITC) a pour fonction de maintenir la cohérence dans le choix des articles médicaux et non médicaux entre les sections, afin d’améliorer les interventions, tout en tenant compte des réalités du terrain », explique l’association. « Pour ce faire, l’ITC publie un catalogue répertoriant et codifiant l’ensemble des articles standards nécessaires aux équipes terrain. »

Ce catalogue est une pierre angulaire de l’action de MSF. Il permet de concevoir, de réaliser ou d’acheter les kits, les équipements (médicaux ou non), les consommables et les produits pharmaceutiques nécessaires aux missions. En sens inverse, il assure la cohérence entre les besoins des équipes et les protocoles logistiques. Ce catalogue est ensuite distribué aux différentes « antennes » pour que les équipes terrains aient un panel à jour des outils à leur disposition pour soigner les populations.

Problème, ce « référentiel » doit être unifié et de qualité pour garantir la cohérence de sa chaîne logistique. Ce qui semble simple sur le papier, mais qui l’est beaucoup moins quand on essaie de l’appliquer sur cinq continents.

Une des volontés de MSF est donc aujourd’hui d’« optimiser l’ensemble de ces opérations, et notamment la désignation de chaque article requis sur le terrain ». Un exercice typique de Master Data Management qui a donné lieu à un appel d’offres. Un appel remporté mi-mai par Micropole, l’ESN française spécialisée dans la Business Intelligence, les CRM et les ERP.

La solution MDM retenue est elle-aussi française : EBX5, développée par le pure player dans la gestion des données de référence, Orchestra Networks. Ce choix avait été fait, dès mars de cette année, par les équipes techniques de MSF. Pour mémoire, EBX 5 est utilisé par des groupes comme L’Oréal, Michelin, Sainsbury’s, Lenovo ou la SNCF.

Cette décision de MSF ravit évidemment le PDG de l’éditeur, Christophe Barriolade. « Nous sommes heureux que MSF ait sélectionné EBX5 aussi bien pour les aspects de designs que pour les aspects opérationnels de leur projet de codification », confirme-t-il.

Le dirigeant explique le choix de l’ONG par le fait que sa plateforme est « tout en un ». Comprendre, EBX 5 est un outil « multi-domaines » qui modélise, gère et intègre tous types de référentiels (données produits, tiers, finance, ressources humaines, actifs ou nomenclatures) en natif. «Ce qui permettra à MSF de ne pas gâcher des ressources précieuses pour intégrer des composants séparés pour la modélisation, la gouvernance ou les opérations M2M ».

De son côté, Micropole a fait jouer – avec succès - son expérience des projets autour d’EBX 5 auxquels le cabinet de conseil a déjà participé, en collaboration avec l’éditeur.

Pour MSF, la mise en place de ce référentiel unique devrait répondre à un double besoin. Premièrement, garantir la qualité de ses données grâce à l’harmonisation des choix des articles et des processus de validation. « A terme, les produits du catalogue d’articles seront mieux référencés, ce qui facilitera à la fois un meilleur partage au sein de toutes les entités opérationnelles, mais aussi les prises de commandes et leur acheminement », explique Micropole.

Deuxièmement, sur le mode collaboratif, le projet permettra des échanges plus rapides et plus efficaces entre les différents experts (spécialistes des achats, médecins, etc.). Avec également l’objectif de mieux communiquer autour des usages des différents articles.

« De dimension internationale, ce projet est actuellement en cours d’implémentation», précise un porte-parole de l’ESN de plus de 1 300 collaborateurs. Sa mise en production effective devrait intervenir dans le courant du quatrième trimestre 2014.

Dernière mise à jour de cet article : juin 2014

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close