Les messageries libres prêtes à bousculer Exchange et Domino

Alors que les deux grands leaders mondiaux de la messagerie d'entreprise, Microsoft et Lotus, encouragent les entreprises à migrer vers les dernières moutures d'Exchange et de Domino, une nouvelle génération de fournisseurs d'outils de messagerie et de collaboration, nourrie à l'Open Source et au Web 2.0, fourbit ses armes pour tenter de déloger les acteurs installés.

Alors que les deux grands leaders mondiaux de la messagerie d'entreprise, Microsoft et Lotus, encouragent les entreprises à migrer vers les dernières moutures d'Exchange et de Domino, une nouvelle génération de fournisseurs d'outils de messagerie et de collaboration, nourrie à l'Open Source et au Web 2.0, fourbit ses armes pour tenter de déloger les acteurs installés. Leurs atouts : des architectures modernes, une compatibilité avec les standards ouverts et souvent avec l'existant, et des interfaces web d'une ergonomie surprenante. Plusieurs d'entre eux étaient en démonstration sur le salon Solutions Linux, dont OpenXchange, Zarafa ou Zimbra. Ce dernier est sans aucun doute celui qui fait le plus parler de lui depuis son rachat par Yahoo!, mais surtout depuis l'arrivée de sa version 5.0 lancée à la fin du mois de décembre. 

Zimbra mise sur l'ouverture et sur les technologies Ajax.

Disponible sur plates-formes Linux et Mac OS X Server, ZCS (Zimbra Collaboration Suite) a récemment marqué des points en France. Il aurait en effet été sélectionné par Free pour servir de base au développement du futur webmail de l'ensemble de ses abonnés. Zimbra est aujourd'hui téléchargeable librement. L'éditeur propose aussi une version "commerciale" enrichie de fonctions avancés comme le clustering, le backup, l'archivage de mail ou la gestion des terminaux nomades. Dans sa version gratuite, Zimbra fournit des services basiques de messagerie électronique, des outils de gestion de contact, d'agenda partagé, de collaboration et de partage de documents. Sa grande force est sa remarquable interface web dopée aux technologies Ajax. Zimbra s'illustre aussi par son large support des protocoles ouverts et de l'existant. Le serveur collaboratif libre est ainsi compatible avec les clients Outlook (au travers d'un connecteur spécifique), mais il sait aussi travailler avec tous les clients IMAP et POP3 (en clair ou sur un canal crypté SSL) et avec les logiciels clients d'agenda de groupe compatibles avec le format iCalendar et le protocole CalDAV. 

La France serait aujourd'hui l'un des premiers marchés en Europe pour la firme. Selon Richard Maurer, chargé chez l'éditeur des ventes sur le marché français, Zimbra aurait vendu près de 30 000 boîtes aux lettres de messagerie à des entreprises au cours du trimestre écoulé, un chiffre qui ne prend pas en compte les déploiements effectués sur la version libre et gratuite du produit. Une communauté d'intégrateurs, comme StarXpert, assure aussi le support local du produit et a déjà travaillé sur son intégration avec d'autres composants libres comme l'outil de gestion de contenus d'Alfresco. 

OpenXchange et Zarafa parient sur l'émulation d'Exchange Server

Contrairement à Zimbra, OpenXChange, Scalix, PostPath et Zarafa ont de leur côté pris le parti d'émuler le fonctionnement d'Exchange Server. Les logiciels des quatre éditeurs (les deux premiers libres, les deux autres propriétaires) fonctionnent sur des serveurs Linux et répliquent les principales fonctions d'un serveur Exchange, tout en proposant des outils de Webmail séduisants. De cette façon, les entreprises peuvent organiser une migration en douceur des utilisateurs habitués à Outlook. Ce sans avoir à installer un connecteur sur chaque poste, et tout en proposant des services de messagerie web avancés à ceux qui ne disposent que d'un navigateur ou d'un client de messagerie tiers. 

En savoir plus:

Pour approfondir sur Opérateurs et intégrateurs réseaux

- ANNONCES GOOGLE

Close