IDC pronostique une explosion du volume de données produites dans le monde d'ici 10 ans

Le volume de données produites chaque année dans le monde devrait être multiplié par 44 d'ici 2020 pour atteindre 35 Zo, soit une croissance moyenne de plus de 45% par an. Dans le même temps, la capacité de stockage disponible progressera d'un facteur de 30. Problème : malgré cette explosion des données et des capacités, les budgets ne progresseront que d'un facteur de 1,4. Et IDC de parier sur un usage massif de la déduplication et du cloud pour résoudre le problème...

Il n'y a pas eu de crise mondiale en matière de croissance des données en 2009, selon l'étude sur l'univers numérique mené par IDC. Le cabinet de conseil estime que le volume de données numériques dans le monde entier a augmenté de 62% entre 2008 et 2009 à près de 800.000 petaoctets (PB). IDC affirme que cet "Univers numérique" ("Digital Universe") passera la barre des 1,2 million de Po, soit 1,2 zettaoctets (Zo) en 2010, et atteindra 35 Zo d'ici à 2020 (soit une croissance moyenne de 45% par an). Le rapport indique également qu'il y a un écart croissant entre la quantité de données numériques produites chaque année et de la quantité de stockage disponible.

Depuis 2007, IDC réalise cette étude sur l'univers numérique pour le compte d'EMC et, chaque année, le cabinet note une croissance de la quantité de données numériques créées. L'étude de cette année s'intéresse aussi aux conséquences de la croissance des données sur le stockage, mais aussi à la place du cloud dans cette évolution. Elle s'intéresse aussi aux rôles des diverses catégories d'utilisateurs, consommateurs et professionnels, dans le futur du stockage numérique.

L'étude IDC estime que, s'il avait fallu conserver chaque octet de données numériques créées en 2009, la capacité occupée aurait dépassé de 35% la capacité de stockage disponible dans le monde. En 2020, IDC estime que le déficit passera à plus de 60%. Sur les 35 Zo de données prévus pour 2020, près de 75% seront des copies des données originales, ce qui sera une opportunité pour des technologies de réduction de coût telles que la compression et la déduplication des données.

Parmi les autres résultats de l'étude de 2010 figure une estimation de la quantité de conteneurs qui contiennent les données numériques, et les informations sur l'évolution de la taille des fichiers. L'étude estime qu'il faudra 25 trillions (c'est 25 000 000 000 000 000 000) de conteneurs d'information - paquets, fichiers, images, documents,... - pour contenir les données numériques créées en 2020. Et la taille moyenne des fichiers devrait se réduire de plus en plus avec le développement des systèmes embarqués, y compris les "smart grids", les villes intelligentes et les systèmes de suivi logistique.

L'informatique en nuage a toute sa place dans l'univers numérique

Le Cloud computing va prendre une part importante dans l'univers numérique dans les prochaines années, selon IDC. Plus de 34% du total mondial des données numériques seront stockés ou sécurisées par les services en nuage, transportés à l'aide d'un système de courrier électronique en nuage ou via les services d'un système de communauté. Plus de 14% des données seront hébergées, gérées ou mises en mémoire dans des services en nuage.

L'utilisation accrue des services de nuage ira croissante d'ici à 2020 pour quatre raisons, selon IDC. Tout d'abord, l'utilisation des services de nuages devrait réduire la part du budget IT consacrée à la maintenance des systèmes existants. Les économies que les organisations réaliseront avec le cloud permettront de stimuler l'innovation et se traduiront par plus de 1 milliard de dollars de chiffre d'affaires d'ici à 2020, selon le rapport.

Deuxièmement, les données individuelles générées par les utilisateurs représentent plus de 70% de l'univers numérique. En 2010, l'étude estime que les entreprises auront créé 240 exaoctets (Eo) de données numériques, tandis que les utilisateurs individuels en auront créé plus de 900 Eo. Les services en nuage vont devenir plus importants pour les utilisateurs individuels au fur et à mesure que les appareils mobiles et l'accès mobile aux données se répandront, et que les utilisateurs chercheront des moyens plus respectueux de l'environnement pour stocker leurs données.

Troisièmement, l'utilisation accrue des services de données avancés, tels que la compression et la déduplication des données primaires, deviendra encore plus importante, les entreprises et les fournisseurs de nuages cherchant de nouveaux moyens pour gérer la croissance explosive des données numériques. Le mariage des services de nuage et de la déduplication de stockage primaire pourrait considérablement aider les fournisseurs de stockage à gérer la quantité de conteneurs et la capacité de stockage nécessaires.

Enfin, la croissance explosive des données numériques ne sera pas compensée par une croissance des ressources humaines IT ou des investissements. L'étude estime que l'univers numérique devrait s'accroitre d'un facteur de 44 entre 2009 et 2020, que le nombre de conteneurs de stockage augmentera d'un facteur 67, et que la capacité de stockage disponible progressera d'un facteur 30. Pourtant, le personnel et les investissements en IT nécessaires pour gérer l'univers numérique ne progresseront que de 40%. Les entreprises et les organisations seront donc contraintes de rechercher des moyens créatifs pour gérer leurs données. Le recours au cloud apparait de ce fait comme une opportunité évidente.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close