Antennes GSM : SFR doit démonter à son tour

SFR vient d’être condamné par le tribunal de grande instance de Carpentras à démonter une antenne – pylône compris – installée à Châteauneuf-du-Pape.

SFR vient d’être condamné par le tribunal de grande instance de Carpentras à démonter une antenne – pylône compris – installée à Châteauneuf-du-Pape. A défaut de faire appel, l’opérateur a quatre mois pour se conformer à la décision rendue sur la base d’un préjudice de vue subi par des riverains, ainsi qu’un « questionnement tout à fait sérieux portant sur le danger potentiel présenté par ce type d’installation. » La justice avait été saisie par des habitants dont le logement est situé à plus de 100 mètres du pylône.  

Début février, c’est Bouygues Telecom qui avait été condamné en appel à démonter un relais de téléphonie mobile dans la banlieue de Lyon, la justice ayant été saisie par trois couples pour « trouble anormal du voisinage. »

[Sur ce sujet, lire notre analyse - Wifi, RFID, téléphonie mobile : les ondes qui font peur]

Face à la montée de la défiance à l’égard des ondes radios, Nathalie Kosciusko-Morizet, la secrétaire d'état à l'Economie numérique, organise un Grenelle « light » des ondes le 19 mars prochain, réunissant opérateurs, radio-diffuseurs, associations de consommateurs, élus, scientifiques, etc.

Pour approfondir sur Opérateurs et intégrateurs réseaux

- ANNONCES GOOGLE

Close