Cet article fait partie de notre guide: Dossier Stockage : La révolution Flash

Start-up Tour 2012 : Nimbus veut rendre le stockage Flash accessible au plus grand nombre

À l’occasion du 8e IT Press Tour, qui met en contact sur une semaine une dizaine de journalistes européens avec de jeunes sociétés américaines basées dans la région de San Francisco et dans la Silicon Valley, LeMagIT a rencontré Nimbus Data Systems, l’un des pionniers du stockage Flash. L’occasion de faire le point sur l’offre du constructeur et sur son positionnement face aux géants du stockage.

Nimbus Data est l’un des pionniers américains du stockage Flash. Fondée en 2006, la société a été la première à mettre sur le marché une baie de stockage 100% Flash. Elle ne commercialise d’ailleurs que des systèmes de stockage à base de mémoire Flash – à près de 200 clients, dont eBay - et est rentable depuis 2009. 

Nimbus propose à son catalogue deux gammes de baies de stockage unifiées (SAN/NAS) à base de mémoire Flash. La série S, en entrée de gamme, vise le marché des PME tandis que la série E, qui vise le marché des applications d’entreprises, s’appuie sur une architecture incluant deux contrôleurs redondants.

  dsc 1099
Une baie série S de Nimbus

Une architecture originale

Pour ces deux baies, Nimbus Data a développé ses propres modules de stockage Flash, des modules à interface SAS (avec deux ports) incluant leur propre cache DRAM en lecture.  Ces disques sont reliés au contrôleur de la baie par une architecture SAS non-bloquante qui ne met en œuvre aucun « expander » SAS, ce qui évite tout phénomène de congestion sur le bus SAS – Nimbus clame que son architecture permet d’apporter au contrôleur un débit de 144 Gbit/s contre 24 Gbit/s pour une architecture typique à base de « SAS expander ».

Si la baie série S est mono-contrôleur (avec le risque d’indisponibilité que cela implique en cas de défaillance), la baie série E s’appuie sur une architecture à base de deux contrôleurs. Ces deux systèmes ne sont pas reliés par un quelconque lien miroir. Le cache est en effet distribué entre les nœuds et géré au niveau de chaque disque, ce qui évite au passage tout problème de gestion de cohérence de cache entre les nœuds.

Stockage unifié SAN/NAS

Côté fonctionnalités, le système d’exploitation HALO des baies Nimbus fournit des services de stockage unifiés supportant l’ensemble des technologies de connexion du marché (iSCSI, NFS, CIFS, FC et Infiniband) ainsi que des services avancés de Thin provisionning, deréplication, de snapshot, de déduplication et de chiffrement. Des points d’intégration sont fournis avec Vmware (support de VAAI) avec Citrix XenServer, avec les environnements Microsoft (support de VSS) ainsi qu'avec Oracle 11g.

 dsc 1050
Thomas Isakovich semble
avoir fait de NetApp son
concurrent favori.

Comme l’explique Thomas Isakovich, le CEO et fondateur de la firme,  ces fonctionnalités sont proposées à un prix compétitif avec celui des baies de disques traditionnelles. Selon Nimbus, ces systèmes 100% Flash sont moins chers au Gigaoctet que les systèmes équivalents de NetApp à base de disques durs, une performance liée notamment à l’absence de licences logicielles, à des prix de support inférieurs ainsi qu’à une meilleure utilisation de la capacité de stockage brute disponible. Une comparaison qui n’inclut pas l’usage de la déduplication.

Des tarifs séduisants

Nimbus annonce ainsi un prix de 133 000 dollars pour une baie de 10 To, offrant une performance de 800 000 IOPS  contre 143 000 dollars pour une baie NetApp offrant 20 000 IOPS et une capacité équivalente en disques SAS 15K. Et le CEO de pointer du doigt que l’appliance Nimbus n’occupe que 1U d’espace Rack contre 2U pour sa concurrente (il oublie au passage de préciser que la baie NetApp a sans doute 2 contrôleurs  alors que la baie Nimbus utilisée pour la comparaison est une série E configurée avec un unique contrôleur, un second contrôleur ajoute 1U et environ 25 000 $ à l‘équation).

Il n’en reste pas moins que les autres paramètres de comparaison sont intéressants avec notamment une consommation électrique réduite d’un facteur de 6 et une latence divisée par 75. Des comparaisons similaires peuevnt d’ailleurs sans doute être réalisées avec l’ensemble des concurrents du marché, mais Nimbus semble avoir décidé de prendre pour cible NetApp, dont il vient d’ailleurs de débaucher plusieurs dirigeants, dont son nouveau directeur de l’ingénierie système.

Nimbus vient tout juste d’ouvrir sa filiale européenne aux Pays-Bas et a signé un accord de dsitribution pour la France. Des bureaux devraient ouvrir dans plusieurs pays d’Europe du Sud dont la France d’ici la fin de l’année. Selon la firme, il faut compter environ 10€ par Gigaoctet pour acheter une baie Nimbus (à partir de 2,5 To de capacité) soit un prix d’entrée d’environ 25 000€ HT pour une baie série S d'entrée de gamme.

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close