Cet article fait partie de notre guide: Spécial : objets connectés et internet des objets

M2M : Orange connecte les cafetières pro de Nespresso

Avec l’aide d’Orange Business Services, Nespresso a décidé d’équiper les cafetières qu’il commercialise aux entreprises de boitiers Machine-to-Machine afin de limiter les coûts de maintenance et d’optimiser le réassort. Deux modèles seront ainsi connectés aux services clients afin de mieux planifier la maintenance préventive.

Orange Business Services (OBS), la filiale entreprise et services IT de l’opérateur télécoms Orange, a été choisi par Nespresso Business Solutions, en charge des activités B2B de Nestlé Nespresso, pour équiper ses très populaires cafetières d’une connectivité Machine-to-Machine (M2M). Le projet vise ainsi à doter certains modèles de cafetières automatiques du groupe d'une carte SIM afin «d’optimiser la maintenance et le service après-vente» des objets alors localisés sur des sites professionnels. Nespresso Business Solutions commercialise ses machines aux restaurants, aux complexes hôteliers ainsi qu’aux entreprises.

Selon le procédé développé sur mesure par OBS, et intégré sur les deux modèles Aguila et Zenius, les machines pourront se connecter directement au centre de service client de Nespresso. L’idée est ainsi de permettre aux cafetières de remonter en direct une anomalie technique, afin de «planifier la maintenance préventive en fonction des besoins», comme le souligne OBS dans un communiqué. En clair, cette solution devrait limiter les coûts de maintenance en réduisant et optimisant les temps d’intervention des équipes de maintenance. Netpresso compte également sur cette solution M2M pour gérer automatiquement les commandes des précieuses capsules de café, auprès des services d’approvisionnement du groupe. Limitant encore une fois les déplacements des équipes de maintenance. OBS et Nespresso n’ont pas précisé quels étaient les objectifs en matière d’économies d’échelle.

Ce accord, qui porte sur plusieurs pays dont la France, est né notamment dans le centre international d’expertise M2M d’OBS que le groupe a ouvert en 2009 à Bruxelles. Ce centre a pour objectif d’accompagner les grands comptes « qui souhaitent intégrer de la connectivité M2M dans leurs machines et surtout souhaitent l’intégrer dans leurs processus de fabrication », nous avait expliqué Orange à l’époque. Selon nos confrères des Echos, des travaux auraient notamment été réalisés sur le design afin de faciliter l’intégration du boitier et d’une antenne, pour optimiser la réception.

Ce accord scellé avec Nespresso vient ainsi illustrer l’étendue du marché du Machine-to-Machine et de la sphère de l’Internet des objets. Un secteur, rappelons-le, qui doit encore se démocratiser, tant auprès des particuliers que des entreprises, afin de montrer tout son potentiel. Le compteur électrique intelligent Linky et le projet Ecotaxe sont deux projets cadres qui pourraient contribuer à cette démocratisation dans l’Hexagone.

Orange, de son côté, compte bien en être acteur et espère faire valoir son expertise d’opérateur et de fournisseur de technologies sur un marché prometteur. Alors, pour conquérir ce marché - selon le cabinet d’étude ABI Research, les connections M2M cellulaires devraient tripler d'ici à 2014 pour atteindre quelque 75 millions d'échanges entre machines -, Orange multiplie les initiatives. En collaboration avec Veolia, le groupe a créé en 2011, m2o, un opérateur de télé-relève de compteurs d’eau à destination des collectivités locales. Plus récemment, Orange a lancé un portail d’administration de flotte de cartes SIM, de boitiers et de gestion des incidents dans le but de simplifier les opérations de maintenance et de gestion auprès des entreprises. Le groupe s’est fixé pour objectif de commercialiser 10 millions de cartes SIM à l'horizon 2015.

Pour approfondir sur Applications métiers

- ANNONCES GOOGLE

Close