Avec m2o city, Orange et Veolia Eau veulent standardiser les réseaux de télérelève

Orange Business Services et Veolia Eau ont annoncé la création de m2o city, un opérateur de télérelève de compteurs d’eau à destination des collectivités territoriales. La co-entreprise entend également faire office de standard en matière de réseau de télérelève et espère attirer des services tiers. Un moyen de faire passer le M2M dans l’ère de l’industrialisation en France.

La télérelève est une application du M2M qui viendra démocratiser le concept, nous avait déclaré un responsable d’Orange Business Services, à l’occasion du salon M2M 2010. Voilà aujourd’hui que cela se concrétise un peu plus : Orange et Veolia Eau ont décidé d’unir leurs forces sur ce domaine et de créer ensemble m2o city, “un opérateur spécialisé dans la télérelève des compteurs d’eau et des données environnementales”, expliquent les deux partenaires dans un communiqué.

Cette co-entreprise, “dont le métier est de financer, concevoir, exploiter et maintenir les infrastructures de télérelève pour les villes”, comme le souligne Taisei Miura, Pdg de m2o city, entend ainsi proposer des solutions M2M clé en main associées à un réseau optimisé pour la relève automatisée de compteurs, à destination des collectivités territoriales. Outre les compteurs d’eau, racontent les deux associés, la solution vise également la collecte des données environnementales, notamment issues de capteurs disséminés dans une municipalité. Ces capteurs peuvent par exemple mesurer la pollution, le trafic, le bruit, ou encore la lumière - pour y ajuster le degré de luminosité souhaité.

img 0326La télérelève de compteurs, électriques ou d’eau, est le gros projet en France qui doit démocratiser la notion de M2M auprès du grand public. ERDF entend notamment  déployer un vaste parc de compteurs électriques intelligents dont l’objectif est de faciliter le contrôle de la consommation électrique, tant par les organismes que par les consommateurs. Sur le terrain, le projet, à l’image de Linky (en photo ci-contre), soulève encore quelques questions quant à son prix ou encore la gestion des données personnelles - question qu’a posé la Cnil en août 2010.

Faire émerger un standard de réseau de télérelève

Pour les deux partenaires, m2o s’inscrit bien dans un passage du Machine-to-Machine à “une échelle industrielle”. “L’un des enjeux pour M2o est d’industrialiser son offre”, commente d'ailleurs Taisei Miura, Pdg de m2o. Orange et Veolia Eau entendent bien s'en servir de socle de base pour des services et des applications de fournisseurs tiers. La société propose aujourd’hui des services portant sur le segment de l’eau, en essayant de capitaliser sur l’expérience de Veolia Eau en la matière - le groupe opère déjà 200 000 télérelèves de compteurs d’eau. Taisei Miura parle alors de services comme l’historisation de la consommation ou encore des systèmes d’alertes en cas de consommation anormale. Mais m2o prône également l’ouverture et parle d’interopérabilité de servives. Dans cette perspective, M2o city compte devenir la norme et  “contribuer ainsi à faire émerger un standard européen en matière de réseau de collecte de télérelève”, soulignent-ils.

Rappelons qu’Orange Business Services est par ailleurs un acteur fortement présent dans les organismes de standardisation liés au M2M - à l’image de l’Etsi (European Telecommunications Standards Institute) où l’opérateur dirige les travaux du groupe de travail M2M, comme nous l’avait mentionné Anne-Marie Thiollet, directrice marketing M2M et fixe chez Orange Business Services, à l’occasion de l’inauguration d’un centre international M2M à Bruxelles en mai 2009.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close