IBM donne un coup d’accélérateur à sa stratégie mobilité

IBM a décidé de se renforcer sur le front de la mobilité en entreprise. Si le lancement de IBM Endpoint Manager for Mobile Devices vient ainsi concrétiser le rachat de BigFix en 2010, l’acquisition de Worklight place IBM sur le terrain du développement et du déploiement d’applications en environnement professionnel.

Février sera un mois tourné vers la mobilité pour IBM qui, coup sur coup annonce une solution d’administration de parcs mobiles et réalise un rachat dans le développement d’applications mobiles. Une façon pour Big Blue de proposer un portefeuille Mobilité de bout en bout afin de permettre aux entreprises de mieux appréhender les enjeux de la consumérisation de l’IT - et du phénomène Bring Your Own Device (BYOD).

IBM a ainsi inauguré une solution d’administration de terminaux mobiles, issue du rachat de  BigFix dans le but de proposer une solution de gestion de politiques de sécurité des terminaux iPhone et Android.

IBM Endpoint Manager for Mobile Devices, actuellement en bêta, supporte également les smartphones Symbian et Windows Phone. La solution permet par exemple d’effacer de façon sélective les données de l’entreprise dans le cas d’une perte ou d’un vol de terminal. Elle propose également des fonctions de configuration de mots de passe, de politiques de chiffrement et d’accès VPN.

L’application peut fonctionner à la fois sur le terminal de l’employé-particulier et celui appartenant à l’entreprise, grâce à un simple agent. Elle offre des fonctions de contrôle des accès à la messagerie d’entreprise. La solution permet par exemple de détecter lorsqu’un terminal n’est pas conforme aux politiques de sécurité de l’entreprise afin de lui interdire l’accès à la messagerie. Un bon point, l’installation peut s’effectuer en quelques heures, précise IBM.

«Endpoint Manager marque ainsi l’arrivée d’IBM sur le marché de la gestion de terminaux mobiles, même si le groupe faisait la promotion de son offre mobile», affirme Christian Kane, analyste spécialisé dans les infrastructure chez Forrester Research. «Mais jusqu’alors, ces offres étaient proposées via leur portefeuille de services professionnels.»

«Il est désormais nécessaire d’intégrer les technologies de gestion de parcs mobiles au coeur des systèmes IT», ajoute-t-il, car en général «elles ne forment qu’une seule et unique pièce du puzzle. J’anticipe ainsi un rapprochement des offres de MDM [Mobile Device Management, NDLR] des solutions de gestion d’applications mobiles».

Forrester a ainsi identifié plus de 40 éditeurs de MDM dont les offres sont  à la fois on-premise, cloud ou hybrides. Sybase et Good Technology en sont des acteurs bien établis indique Kane. AirWatch et BoxTone sont de sérieux rivaux avec des fonctionnalités performantes.

IBM a racheté le spécialiste de la gestion de terminaux BigFix en 2010. La société a été intégrée à la division Software Group d’IBM, et à l’offre Tivoli (IBM Tivoli Endpoint Manager). Jusqu’en 2010, Tivoli, davantage axé sur la gestion de configuration de serveurs et de datacenter, ne disposait que de rares fonctions liées à la mobilité.

BigFix a longtemps opéré sur des technologies de poste de travail, fixes ou portables, utilisant son agent pour détecter les machines disposant d’un anti-virus trop ancien, de signature de malwares pas à jour, ou encore qui n’étaient pas configurées pour fonctionner sur le réseau de l’entreprise.

Un rachat dans le développement mobile

Mais ce rachat ne constituait qu’une première étape de la stratégie Mobilité d’IBM. Afin d’y associer une brique développement d’application, Big Blue a jeté son dévolu sur Worklight, une société israélienne qui développe une plate-forme de développement et de déploiement multi plates-formes d’applications mobiles vers les tablettes tactiles et les smartphones. Le montant de la transaction n’a pas été communiquée.

Les outils de Worklight, (Worklight Studio, un IDE Eclipse, et Worklight Server) permettent de créer une passerelle entre les applications, les services et l’infrastructure, résume IBM. Et ce via des fichiers XML. Un outil de gestion centralisée offre aux DSI une cartographie des applications déployées.

«La plate-forme mobile moderne doit prendre en compte les développements d’applications côté terminal et côté serveurs ainsi que des outils de gestion, du cycle de vie, le support de nombreuses gammes de terminaux et d’OS, l’administration des applications et des appareils. Elle doit également proposer des fonctions de sécurité du terminal au backend, être flexible, pouvoir réaliser des transactions avec le SI de votre entreprise. C’est ce qu’IBM démontre aujourd’hui avec ces annonces stratégiques, associées aux autres gammes de produits du groupe», commente Bob Sutor vice président des activités IBM Mobile Platform, sur son blog.


Pour approfondir sur Administration de systèmes

- ANNONCES GOOGLE

Close