Première mise à jour WebLogic de l'ère Oracle

Rassurer les clients de BEA. En annonçant la première mise à jour de WebLogic depuis le rachat, Oracle concrétise fermement ses intentions quant à l'évolution du middleware de l'éditeur qu'il a absorbé en 2007. L'intégration sera fine et servira Fusion.

Oracle a annoncé lundi 11 août la publication de la première mise à jour de WebLogic Server depuis le rachat de BEA. Une acquisition conclue en avril 2007 pour la pharaonique somme de 8,5 milliards de dollars. La mise à jour est d'autant plus importante qu'elle vient d'une part formaliser techniquement ce que sera la brique WebLogic Server pour Oracle – histoire de rassurer enfin les clients BEA - et, d'autre part,  confirmer qu'elle constituera le fondement de l'offre middleware d'Oracle.

Dans un communiqué, Oracle rappelle que WebLogic Server 10g R3 – nom de la mise à jour - lui servira de pilier: une façon de démontrer aux clients de BEA l'importance du produit Weblogic dans la stratégie maison et notamment les synergies avec Oracle Middleware Fusion, la marque ombrelle regroupant l'offre middleware du groupe

La promesse d'une transformation en douceur

L'avenir de WebLogic Server avait été au centre de toutes les attentions depuis la fusion – très douloureuse – des deux sociétés. En juillet dernier, Oracle avait enfin levé le voile sur ses intentions, assurant, dans sa roadmap, que WebLogic Application Server deviendrait le container J2EE stratégique du groupe. Toutefois, l'éditeur entend poursuivre les développements de Oracle Application Server, pour satisfaire sa base installée.

La société avait également annoncé que les gammes BEA ne subiraient qu'une légère transformation pour s'intégrer à Fusion. Une opération que redoutent généralement les clients du « racheté ». L'éditeur avait également promis que les produits BEA continueraient à être développés pendant au moins les neuf prochaines années.

Pour approfondir sur Architectures logicielles (SOA)

Close