Avec Online Services, le réseau Microsoft passe son examen de Saas

D’abord une application CRM puis maintenant une suite orientée communication et collaboration : Microsoft se dirige résolument vers un changement de modèle et fait passer la vitesse supérieure à sa stratégie Software+Services, le Saas maison.

Une étape de plus vers le Microsoft nouveau avec le lancement aux Etats-Unis de la première offre Saas d’envergure de l’éditeur. Avec Online Services, l’éditeur de Windows présente donc la première offre commerciale packagée de sa stratégie Software + Services. Déjà, l’annonce fin avril de la disponibilité de Dynamics CRM - l’outil de gestion de la relation clients estampillé Microsoft qui a actuellement le vent en poupe – marquait un tournant, avec clairement en ligne de mire Salesforce.com, acteur historique du Saas et récent partenaire de Google.

Avec Online Services, c’est clairement le moteur de recherche qui est visé, avec une offre orientée outils de communication et de collaboration. L’offre concerne Exchange Online, SharePoint Online, Office Communications Online, Office Live Meeting et Dynamics CRM Online. Elle sera délivrée par Microsoft ou ses partenaires, l’hébergement incombant cependant au premier dont on sait qu’il investit aujourd’hui massivement dans des fermes de serveurs orientées « cloud computing ».

Pas nécessairement en avance mais résolu à faire jouer la puissance, Microsoft, par l’intermédiaire de Stephen Elop, président de Microsoft Business Division, estime que « Online Services est un élément central de l’initiative Software + Services, et nous sommes heureux de constater que des clients, des partenaires et même des concurrents s’intéressent à cette approche. »

Deux séries d’offres pour un modèle à l’abonnement

Plus précisément, Microsoft propose en fait deux formes d’offres. La première adresse la population des utilisateurs nomades et intègre Exchange Online Deskless et SharePoint Online Deskless. Selon l’éditeur, « une suite Deskless, incluant Exchange Online Deskless et SharePoint Online Deskless, coûtera aux Etats-Unis 3 $ par mois. Les clients ont aussi la possibilité de souscrire séparément à chaque service ».

Exchange Online Deskless comprend la messagerie, le calendrier, le carnet d’adresses ainsi que des filtres anti-virus et anti-spam. L’intégration dans Outlook ou Outlook Web Access Light est assurée afin de permettre l’accès à la messagerie de l’entreprise. « SharePoint Online Deskless fournira un accès à un portail SharePoint, à des sites d’équipes et à la fonctionnalité de recherche ».

image 2

Une suite de productivité complète est également proposée, toujours sur abonnement et pour 15 $ mensuels aux Etats-Unis. Elle adresse plus particulièrement les utilisateurs professionnels et intègre Exchange Online pour la messagerie, SharePoint Online pour la dimension recherche, portail et collaborative, Communications Online pour la messagerie instantanée et l’indication de présence, Dynamics CRM, pour l’aspect relation clients et enfin Office Live Meeting pour les conférences et le partage de documents.

Ces offres, disponibles dès à présent aux Etats-Unis, ne seront délivrées dans l’Hexagone que début 2009. Gwénaël Fourré, Chef de produits Microsoft Online pour la France, explique cependant qu’une telle offre « est déjà disponible en France pour les comptes de plus de 5 000 utilisateurs, avec une plate-forme dédiée ». Début 2009, c’est donc l’offre mutualisée qui sera proposée. Le temps de parfaire la tarification locale et de préparer les datacenters. Gwénaël Fourré confirme que « ce sont ceux dont nous disposons à Dublin et Amsterdam qui serviront pour cette offre en Europe. Des investissements d’envergure sont actuellement réalisés sur ces deux sites ».

image 4

Un nouveau modèle tarifaire et de relation avec les partenaires

Comme pour la sortie de la version Saas de Dynamics CRM, Microsoft a particulièrement soigné la tarification, très en dessous des prix généralement pratiqués en Saas. Avec Google en ligne de mire, l’éditeur a en effet un défi à relever : le moteur californien parie pour ses outils en ligne sur la gratuité rémunérée par la publicité.

Une question se pose donc : comment séduire un réseau de distribution qui a fait pour partie le succès de Microsoft notamment en entreprise et qui a pris l’habitude d’un modèle de licence assurant des rentes confortables ? Microsoft ne s’y trompe pas et a profité d’un événement partenaire, la Microsoft Worldwide Partner Conference organisée cette semaine à Houston, pour présenter son offre. Certes, Microsoft assurera l’infrastructure et impose la tarification.

Mais l’éditeur estime offrir « de nouvelles opportunités aux partenaires Microsoft pour gagner de nouveaux clients, développer leur chiffre d’affaires et réduire le cycle de vente ». Microsoft met notamment en avant l’aspect migration et intégration d’un modèle à l’autre ainsi que les services liés à la personnalisation. Allison Watson, vice-président, Microsoft Worldwide Partner Group insiste ainsi sur le fait que « le succès de Microsoft Online Services dépend des partenaires qui revendront et personnaliseront ces services, tout en proposant des services de conseil, de migration et d’administration à leurs clients ».

Reste que ces perspectives n’auront qu’un temps. Pour s’assurer un relai efficace vers un modèle qui semble dessiner le futur de l’édition logicielle, au moins sur les briques liées à la productivité de poste de travail, Microsoft a prévu de verser une commission récurrente aux partenaires qui commercialiseront les services Microsoft Online.

Elle s’élèvera à 12% du revenu de la vente sur la première année d’abonnement, puis à 6% sur les cotisations perçues tous les ans. « Cela signifie que le partenaire perçoit 18% de la valeur de l’abonnement la première année ». Pour ceux qui désirent opérer directement l’offre, le modèle sera présenté ultérieurement. Quant aux tarifs en France, « il est trop tôt pour statuer » selon Gwénaël Fourré, qui évoque notamment les fortes fluctuations sur le change.

image 6

L’inconnue Microsoft Office

Longtemps circonspect ou faisant mine de l’être, Microsoft semble donc passer à la vitesse supérieure depuis quelques mois. Reste à réaliser une bascule d’une toute autre envergure avec la suite Office. On touche là à l’un des cœurs de l’activité de Microsoft qui tire de sa suite bureautique des revenus substantiels.

Dès lors, l’éditeur semble y aller avec prudence. Il y a quelques jours, ce qui ressemble à un ballon d’essai a été lancé aux Etats-Unis. Microsoft a proposé Equipt, une version de sa suite bureautique Office couplée à des services de sécurité et des services en ligne et commercialisée sur la base d'un abonnement annuel.

Certes, le service n’est pas encore disponible en ligne, mais le modèle sur abonnement est l’une des clés du mode Saas. Et Bill Gates lui même a évoqué le futur passage d’Office en mode Saas il y a quelques mois.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close