Péages urbains : feu vert pour les projets dans les grandes villes

Bonne nouvelle pour des SSII comme Steria ou Atos-Origin.

Bonne nouvelle pour des SSII comme Steria ou Atos-Origin. La commission mixte paritaire (7 députés, 7 sénateurs), appelée à trancher sur les différends entre les deux assemblées, a validé mercredi 16 juin l'expérimentation des péages urbains dans les agglomérations de plus de 300 000 habitants (une dizaine en France). Le texte, inclus dans la loi Grenelle 2 sur l'environnement, autorise le mise en place d'expérimentations pour une durée maximale de trois ans. Plusieurs grandes villes de France ont déjà démarré des études de faisabilité, sans toutefois formaliser leur volonté de se lancer dans une expérimentation. Rappelons que le maire de Paris, Bertrand Delanoë, est opposé à ce type de projet, y voyant "une discrimination financière à l’égard de la banlieue".

Visant à limiter la circulation dans les centres villes, les expérimentations passeront par la mise en œuvre de systèmes automatisés basés sur les principes du M2M (Machine to Machine), avec des puces embarquées dans les véhicules et des portiques détectant leurs passages, ou par des systèmes de lecture automatique des plaques minéralogiques (comme à Londres).

En complément :

Le M2M cherche à sortir de ses querelles de chapelle, pour profiter pleinement de sa croissance 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close