Résultats : SAP reprend des couleurs au T1

“Un retour à la croissance” selon les propres mots de Werner Brandt, le directeur financier de SAP. Après une année 2009 marquée par la crise, et par l'affaire de l'augmentation des tarifs de support et de maintenance de ses logiciels, qui a sans doute était l'une des raisons importantes du départ de Leo Apotheker de son poste de CEO de l'éditeur allemand, SAP a retrouvé des couleurs au premier trimestre de son exercice fiscal 2010. L'éditeur basé à Walldorf affiche ainsi un bénéfice net en hausse de presque 100% par rapport au premier trimestre 2009, à 387 millions d’euros.

“Un retour à la croissance” selon les propres mots de Werner Brandt, le directeur financier de SAP. Après une année 2009 marquée par la crise, et par l'affaire de l'augmentation des tarifs de support et de maintenance de ses logiciels, qui a sans doute était l'une des raisons importantes du départ de Leo Apotheker de son poste de CEO de l'éditeur allemand, SAP a retrouvé des couleurs au premier trimestre de son exercice fiscal 2010. L'éditeur basé à Walldorf affiche ainsi un bénéfice net en hausse de presque 100% par rapport au premier trimestre 2009, à 387 millions d’euros. Une amélioration notable qui lui permet d'atteindre les prévisions des analystes.

Des effectifs globalement stables
Alors que la crise est passée par là, les effectifs de SAP sont globalement restés stables sur un an avec 47598 postes en équivalent temps plein, soit une hausse de 14 salariés en un an. En Europe, SAP emploie 25255 salariés soit 107 salariés de moins qu'en 2009 (dont 84 en Allemagne. Sur la zone Amérique, les effectifs sont de 12060 salariés, soit 86 employés supplémentaires sur un an. En Asie-Pacifique, l'éditeur emploie 10283 salariés soit 35 de plus sur un an.
Il est à noter que si le nombre d'employés en Europe est cohérent avec le CA, ce n'est ni le cas aux Etats-Unis ou en Asie. Le nombre de salariés en Asie, et sans doute dans les pays à bas coûts comme l'Inde  et la Chine est ainsi disproportionné par rapport au CA... Il est vrai que SAP a de grandes ambitions, notamment en Chine un pays dont il espère qu'il sera le 3e marché mondial d'ici cinq ans. L'Inde abrite quant à elle le second plus gros laboratoire mondial de l'éditeur qui contribue à 40% du code de l'ERP et pilote le développement du CRM, mais aussi de technologies clés comme les xApps et Duet, la technologie d'intégration des applications SAP avec Microsoft Office
Cliquez pour dérouler

Le chiffre d’affaires pour les 3 premiers mois de l’année atteint 2,5 milliards d’euros, en hausse de 5% sur un an. Ces bons résultats sont notamment dû à une “croissance à deux chiffres”  des ventes de licences logicielles, qui ont progressé de 11% à 464 millions d’euro, et au rebond des activités de support (qui incluent notamment la maintenance).

Ces activités ont ainsi progressé de 10%, à 1,39 milliard d’euros. Au total, les revenus directement ou indirectement liés au logiciel atteignent 1,95 milliard d'euros. Le solde provient des activités de conseil et de formation, en recul respectif de 13 et de 18%, tandis que les autres revenus de services reculent de 21%. Au total les services professionnels enregistrent un recul de 14% sur un an à 557 M$.

L'Europe redémarre bien, les USA sont à la traîne

D'un point du vue géographique, l'Europe (EMEA) enregistre un fort rebond avec une hausse de 13% des ventes de logiciels et de services de support, tandis que la zone Asie-Pacifique progresse de 15%.

En Amérique, SAP ne progresse "que" de 7% et surtout il patine aux Etats-Unis avec une hausse de 1% (il est vrai qu'à taux de change constant, la progression aurait été de 7%).

Pour son exercice 2010, l’éditeur maintient ses prévisions et table sur une croissance comprise entre +4% et +8% de ses ventes de logiciels et de services de support. SAP n'effectue en revanche aucune prévision sur son CA global.

Pour approfondir sur Applications transversales - PGI (ERP)

- ANNONCES GOOGLE

Close