France Télécom : Stéphane Richard prêt à remplacer Didier Lombard

Dans un entretien au quotidien Le Progrès ce matin, Stéphane Richard, actuel n°2 de France Télécom, confirme son intention de devenir le Pdg du groupe en 2011, quand le mandat de l'actuel dirigeant de l'opérateur, Didier Lombard, arrivera à son terme.

Dans un entretien au quotidien Le Progrès ce matin, Stéphane Richard, actuel n°2 de France Télécom, confirme son intention de devenir le Pdg du groupe en 2011, quand le mandat de l'actuel dirigeant de l'opérateur, Didier Lombard, arrivera à son terme. "Si le conseil d'administration le veut bien, si les actionnaires en sont d'accord et si les petits cochons ne me mangent pas d'ici là, je deviendrai Pdg à cette échéance", explique l'ex-directeur de cabinet de la ministre Christine Lagarde. Arrivé chez France Télécom en septembre, Stéphane Richard avait remplacé au poste de directeur général adjoint chargé des opérations France Louis-Pierre Wenès, qui a fait les frais de la vague de suicides qui a frappé l'entreprise ces derniers mois (25 en moins de deux ans).

Dans son interview au Progrès, l'actuel n°2 du groupe remet d'ailleurs en cause les pratiques attribuées à son prédécesseur, comme la mobilité systématique des cadres tous les trois ans, un principe qualifié "d'inepte" par Stéphane Richard. Fin septembre, France Télécom avait mis fin à cette mesure après un 24ème suicide dans ses rangs. "Comme dans toutes les entreprises, il existe des personnes qui réagissent différemment face au changement. La population de techniciens, plus âgée, a vécu plus difficilement la mutation, explique Stéphane Richard dans Le Progrès. Dans cette population, 70 % des effectifs actuels auront quitté l'entreprise d'ici à huit ans". Hier soir, le groupe a d'ailleurs annoncé une série de mesures pour les seniors, notamment un dispositif de temps partiel.


Pour approfondir sur Opérateurs et intégrateurs réseaux

- ANNONCES GOOGLE

Close