Impact 2011 : l’interface utilisateur fait une percée dans le BPM

A l’occasion de sa conférence Impact 2011, IBM a démontré avec son offre Business Process Manager 7.5 que l’interface utilisateur étaient un point clé dans la gestion des processus. Avec une forte volonté de “déverticaliser” les processus pour les placer à tous les étages de l’entreprise, y compris chez les directions métiers. Une approche doit encore trouver son rythme.

Si le BPM doit être la passerelle technologique entre le métier et l’IT, alors son interface utilisateur est l'une des composantes clé de son adoption. C’est un constat que l’on pouvait faire à l’occasion d’IBM Impact 2011, la conférence middleware d’IBM. En voulant s’adresser aux départements métiers, les éditeurs de solutions de BPM (Business Process Management) se sont heurtés à un problème : rendre abordable la modélisation de processus et son application auprès d’une cible de non-techniciens (les directions métiers). Une évidence ?

Oui, semble aujourd’hui répondre IBM en sortant Business Process Manager 7.5, qui a préservé la simplicité d’utilisation de Lombardi - la société est notamment réputée pour adresser une cible plus large que le IT -, greffé au moteur de Websphere Process Server, “pour réunir le meilleur des deux mondes”. Pourtant, au regard d’une démonstration des outils de modélisation de Lombardi Process Portal présent dans Lombardi Edition 7.2 (sujet d’une session à l’occasion d’Impact), on remarque que la tâche n’est pas aussi simple. Certes les possibilités de modélisation sont facilitées par le recours à de fonctions avancées, comme le Critical Path Management (qui permet d’analyser l’état d’un process), ou encore offrent des possibilités de personnalisation poussées, via HTML ou CSS, des API (Rest et Soap) pour embarquer les outils Lombardi dans d’autres applications. Mais cela demeure encore le terrain de jeu des développeurs, résume un responsable d’IBM, pas celui “d’analystes techniciens inexpérimentés”.

Le constat est donc le suivant : la solution de BPM est donc une solution qui forme une passerelle entre les équipes IT et métiers, favorisant la collaboration dans les phases de modélisation, mais sans rarement les fusionner. Phil Gilbert, vice président, Business Process Management chez IBM Software Group, nous le rappelait d’ailleurs : “la modélisation de processus et leur intégration repose sur une même interface pour deux outils et deux cibles [IT et Business, NDLR]”, en parlant de Business Process Manager 7.5. Il ajoutait par ailleurs : “aucun autre produit sur terre ne fait ça entre ces deux profils” . Oracle et son WebLogic devraient apprécier.

Maqetta, l’IDE Saas pour les interfaces ?

Un des prochains chantiers en matière de BPM sera donc celui des interfaces utilisateurs, qui pourraient avoir la lourde tâche de rapprocher les processus un peu plus des métiers. Et quel pourrait être l’élément le plus à même de séduire les utilisateurs non-techniciens ? Le navigateur, semble répondre aujourd’hui Big Blue à travers Maqetta, un projet d’IDE HTML 5 (et des technologies qui l’entourent comme CSS 3 et Javascript) en mode Saas 100% Open Source (IBM en fait don à la fondation Dojo), annoncé lors d’Impact 2011. Cet outil propose ainsi un environnement WYSIWYG reposant sur la manipulation d’objets, sans ligne de code, ou par le biais de glisser-déposer. L’idée, expliquent les représentants d’IBM, est notamment de combler le vide en terme d’outils dans monde Ajax et de rattraper le retard sur Flash ou encore Silverlight.

Surtout, Maqetta est né de projets internes à Big Blue et, comme l’indique le groupe, le projet devrait servir de base à la construction des interfaces de ses produits, à la fois desktop et mobile : "il permettra à nos équipes de s’aligner sur les standards et bonnes pratiques du groupe en matière d’interfaces utilisateurs et aidera ses clients et partenaires à étendre et personnaliser les produits". Voilà qui pourrait pousser les développements d’interfaces un peu plus orientées métiers.

D’autant qu’IBM s’est trouvé un allié de poids : la fondation Eclipse et son projet d’IDE Cloud, Orion, avec lequel Maqetta entretient des relations étroites - des fonctions d’exportation vers les outils Eclipse comme Eclipse Workbench ou IBM Rational Application Developer ont en effet été mis en place. Les équipes IT y trouveront aussi leur compte.

Pour approfondir sur Architectures logicielles (SOA)

- ANNONCES GOOGLE

Close