Gingerbread : peu de changement pour l’entreprise

Alors que les dernières versions d’iOS semblent taillées sur mesure pour répondre aux besoins des entreprises, il n’en est rien de Gingerbread, la version 2.3 d’Android, le système d’exploitation de Google pour terminaux mobiles. Ou presque. Car l’intégration d’API de téléphonie sur IP pourraient bien séduire. Mais pour le reste, le grand public semble être le grand gagnant de cette mise à jour.

Les versions se succèdent et se ressemblent. Du moins en ce qui concerne les dispositions d’Android à l’égard des entreprises. Gingerbread, la nouvelle version 2.3 du système d’exploitation mobile de Google, sortie aujourd'hui avec le Nexus S de Google, n’échappe pas à la règle.

Celle-ci ne manque pas d’attrait, notamment pour l’utilisateur final. Google évoque ainsi une interface raffinée et simplifiée ou encore un clavier virtuel plus intuitif - deux points qui échapperont totalement aux possesseurs de smartphones HTC que la marque habille avec sa propre interface utilisateur - mais aussi un copier-coller plus accessible et une gestion de l’énergie optimisée. A cela s’ajoute la très prometteuse intégration d’une pile logicielle SIP pour la téléphonie sur IP. Cette disposition pourrait bien séduire les entreprises dotées d’un commutateur téléphonique IP supportant le protocole SIP. Si tant qu’ils puissent se procurer des terminaux intégrant cette fonction : l’accessibilité aux fonctions de téléphonie sur IP sera laissé à la discrétion des constructeurs et des opérateurs mobiles.

Encore des lacunes

Pour le reste, Android 2.3 fait la part belle au jeu et au multimédia, avec le support de codecs audio et vidéo supplémentaires, celui de nouveaux capteurs comme un gyroscope, ou encore l’implémentation de l’API Khronos Open SL ES pour la gestion des entrées/sorties audio, et celle de l’API Khronos EGL pour la gestion de surfaces et de textures.

Les améliorations et optimisations vont toutefois un peu plus loin mais, pour les usages en entreprise, la moisson est maigre. Certes, Google vient d’ajouter à ses Docs des fonctions d’édition de documents sur terminal mobile. Avec Froyo (Android 2.2), il a également amélioré la compatibilité Exchange avec le support des fonctions d’effacement à distance et celui de plusieurs comptes Exchange, notamment. Avec Android 2.3, cet édifice est complété par le support des politiques de provisionning et de gestion de parcs de terminaux Exchange. Reste que les demandes de fonctions à vocation professionnelle restent encore nombreuses.

Parmi celles-ci, et en tête des demandes, on trouvera la possibilité de définir un serveur mandataire pour l’interface WiFi, le support des connexions WiFi ad-hoc (par exemple pour profiter de la connexion à Internet d’un ordinateur portable), celui du système de protection des réseaux sans fil WPA2-EAP, celui des agendas CalDAV ou celui des VPN Cisco et OpenVPN (bien ce dernier soit présent dans certaines versions d’Android personnalisées)... Autant de lacunes qui figuraient déjà en bonne place dans les listes de complaintes en décembre 2009.

En complément :

- Google et NXP intègrent un stack NFC Open Source à Gingerbread

- Android 2.2 avance en direction d’Exchange

- Android, un ogre prêt à redessiner les frontières des OS mobiles

- Déploiements en entreprise : Android rattrape laborieusement son retard sur l’iPhone

- Les petites lacunes d’Android pour entrer en entreprise (blog)

- Les solutions d’administration de flottes d’iPhone se mettent à l’heure d’iOS 4

- iPhone OS 4.0 : enfin la réponse aux soucis des entreprises ?

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close