Avec Portfolio, Sun taille GlassFish pour contrer JBoss

Sun dévoile GlassFish Portfolio, une suite applicative unifiée qui repose sur le serveur d'application maison GlassFish. Module de gestion de performance, stack Web, portail, ESB, l'ensemble doit venir affronter le marché des serveurs avec des tarifications de support compétitives.

Sun prépare Glassfish pour la compétition. Le Californien a donné, aujourd'hui, un peu plus ses lettres de noblesse à son serveur d'application en jetant dans les jambes de JBoss (Red Hat), GlassFish Portfolio, une plateforme applicative intégrée reposant sur GlassFish 2.1 auquel Sun a ajouté des composants de serveur Web, de portail, d'ESB et d'une série de module d'administration.

Outre le serveur d'application Open Source 100% Java, Porfolio embarque ainsi GlassFish ESB, un ESB poids plume qui repose sur Java Business Integration et fournit un ensemble de connecteurs ; Web Stack qui dote Portfolio d'un vrai stack Web regroupant Sun Web Server, Apache, memcached, perl, Ruby, PHP, Python, Tomcat et squid;  et Web Space Server, qui forme la brique portail, collaboration, gestion de contenu et d'identités, et workflow. Cette brique, une nouveauté dans le portefeuille Sun, constitue « la plateforme censée centraliser les interactions des utilisateurs », explique Alexis Moussine-Pouchkine, architecte Java chez Sun.

A ces piles viennent s'ajouter le module GlassFish Enterprise Manager qui, à lui seul, représente la grosse nouveauté de Portfolio. Enterprise Manager est la console d'administration centralisée et simplifiée de Glassfish; elle offre des outils de gestion de performance (Performance Advisor) et de diagnostique (Advanced Monitor). Disponible pour GlassFish, Enterprise Manager devrait être ouvert à l'ensemble des briques de Portfolio, souligne Alexis Moussine-Pouchkine.

Notons également que Sun a poussé plus les usages du module Update Center du serveur d'application en le préparant dans Portfolio au provisionning, à la gestion de mises à jour et de versions de test. Il devrait à terme servir à proposer des extensions pour Portfolio et servir de lieu d'échange avec les partenaires. « Un peu comme un AppStore », commente Alexis Moussine-Pouchkine. Pas de MySQL dans ce package, qui reste toutefois « aligné » sur Porfolio en termes technologiques , confirme-t-il.

3,2 milliards de revenus potentiels

Sun compte bien, avec Portfolio, pousser Glassfish sur un marché où, d'un côté, IBM (avec WebSphere) et BEA/Oracle tiennent le haut du panier et, de l'autre, Jboss, qui constitue l'offre Open Source. Jonas, le serveur d'application du consortium Owé peinant à se frayer un chemin. « Porfolio s'insère ainsi entre Jboss et IBM/ Oracle », commente Alexis Moussine-Pouchkine. Avec un ton plus agressif envers Jboss.

Sun compte pour cela s'appuyer sur une tarification qu'il juge très compétitive. Les prix débutent à 999 $ par an pour une offre de support Basic, 2 999 $ pour une maintenance Silver, 5 999$ Gold et 8 999 $ Platinium. Une édition Unlimited qui débute à 120 000 $. « Ces prix doivent potentiellement permettre de générer 3,2 milliards de dollars », raconte Jean-Yves Pronier, directeur Marketing du Californien. Une barre placée haut. Mais Sun mise beaucoup sur GlassFish, notamment en proposant des formations gratuites (mais limitées dans le temps) aux intégrateurs et chefs de projets.

Et puis Sun compte aussi sur sa base installée. « 80% des clients Sun sont potentiellement des clients de GlassFish Portfolio », résume Jean-Yves Pronier.
Puis viendra le tour des PME, « attirée par l'Open Source et une offre de support ».

Pour approfondir sur Editeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close