Supercalculateurs : IBM va mettre 20 petaflops au service de la simulation nucléaire US

Après avoir cassé la barre du petaflop en milieu d'année dernière, IBM poursuit sa course en avant en annonçant la conception d'un monstre de 20 petaflop/s pour la simulation nucléaire américaine. Sequoia, le nom de ce nouveau super-cluster prévu pour 2011-2012, s'appuiera certainement sur de nouvelles puces PowerPC. En France, Tera 100, le supercalculateur d'un pétaflop/s, sera livré par Bull au CEA à l'été 2010.

Le département de l'énergie américain a décidé de poursuivre sa collaboration avec IBM dans le secteur du HPC (calcul hautes performances) en attribuant à Big Blue la construction pour 2011-2012 d'un nouveau supercalculateur petaflopique baptisé Séquoia, qui sera installé dans le centre de calcul Terascale Simulation Facility des laboratoires Lawrence Livermore, en Californie. IBM avait déjà cassé le premier la barre du petaflop avec son supercalculateur Roadrunner.

Séquoia, dont la mission principale sera la simulation nucléaire à des fins militaires, devrait afficher des performances de l'ordre de 20 petaflop/s. Le nouveau super cluster s'appuiera sur la prochaine génération de technologie BlueGene d'IBM, BlueGene/Q, c'est-à-dire vraisemblablement sur une nouvelle génération de puces PowerPC gravées en 45 nm. Séquoia devrait interconnecter 98 304 nœuds de calculs disposant chacun de 16 cœurs processeurs et de 16 Go de mémoire.

Au total, le système occupera 96 rack et disposera de 1,6 millions de cœurs CPU et de 1,6 pétaoctets de mémoire vive. A titre de comparaison, Tera 100, le supercalculateur que Bull livrera au CEA à l'été 2010, pour la simulation numérique nucléaire militaire française aura une puissance de 1 petaflop/s. Ce cluster disposera de 100 000 coeurs processeur (des coeurs XeonMP de classe "Nehalem") et de 300 Go de mémoire vive.

"Dawn" : un supercalculateur de 500 Tflop/S pour patienter

bluegene lHistoire de patienter en attendant l'arrivée de Séquoia, IBM travaille à l'assemblage final d'un nouveau cluster d'une capacité de 500 teraflop/s à architecture Blue Gene/P baptisé "Dawn", pour les laboratoires Lawrence Livermore. "Dawn" sera mis en service d'ici la fin du premier trimestre 2009 et servira à optimiser et à porter le code des applications de simulation pour la prochaine machine. Il viendra aussi épauler les actuels systèmes ASC Purple (100 Tflop/s) et BlueGene/L (600 Tflop/s).

Bien que prévu pour consommer quelque 6 MW/h, Séquoia devrait avoir une efficacité 17 fois supérieure à celle de BlueGene/L et une efficacité environ 6,8 fois supérieure à celle des systèmes de classe Blue Gene/P.  Son arrivée, ainsi que l'installation de "Dawn", vont contraindre les laboratoires Lawrence Livermore à doper la puissance électrique de leurs installations : à l'horizon 2011, le Terascale Simulation Facility devrait avoir plus que doublé sa puissance électrique, de 12,5 aujourd'hui à 30 MW. L'équivalent de la puissance nécessaire à l'alimentation d'une ville de 50 000 habitants.

En savoir plus :

- L'analyse du classement des 500 premiers supercalculateurs mondiaux (juin 2008)

- Les caractérisques du futur supercalculateur pétaflopique français commandé par le CEA (juillet 2008)

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close