Tablettes windows 7 : Face à l’iPad, Steve Ballmer annonce le match retour

A l’occasion de l’ouverture de la conférence partenaires annuelle de Microsoft, qui se déroule actuellement à Washington, Steve Ballmer, le Pdg de Microsoft, s’est prêté à un exercice peu commun : l’aveu d’un échec, celui de son entreprise sur le marché des tablettes. Et de promettre à ses partenaires à un match retour offensif, dans le courant des 12 prochains mois. L’occasion, aussi, pour Steve Ballmer de rappeler son attachement au client lourd alors même que l’éditeur semble chercher à galvaniser ses troupes pour accélérer l’adoption de Windows 7.

Pas question d’évoquer expressément l'iPad. Mais lorsque Steve Ballmer, dans son discours d’ouverture de la conférence partenaires de Microsoft, qui se déroule actuellement à Washington, déclare :  «je sais ce que vous entendez de la part de nos clients communs - qu'il y a beaucoup de choses qu'ils veulent faire avec un terminal de type slate [une tablette, NDLR] », on se doute bien que c'est la firme à la pomme et son dernier-né qu'il a en ligne de mire.

Et le Pdg de l’éditeur, d’annoncer le lancement à venir de «toute une série» de tablettes Windows 7 «qui arriveront cette année.» Des tablettes qui, selon la présentation accompagnant le discours de Steve Ballmer, devraient être produites par Asus, Dell, Fujitsu, Lenovo, MotionComputing, MSI, Panasonic, Samsung, Sony, Toshiba... mais aussi HP. Une mention écrite - mais pas reproduite par Steve Ballmer dans son discours - que les portes-paroles de Microsoft, sur place, n’ont pas été en mesure de nous expliquer; alors même qu'HP aurait renoncé à sa tablette sous Windows 7 présentée début 2010, lors du CES de Las Vegas.

Surtout, l’affirmation de Steve Ballmer semble clairement mériter nombre de réserves. Décrivant ce qu’il entend par tablette, le Pdg de Microsoft évoque des formats très différents, très variés : «avec ou sans clavier, supportant un dock ou pas, acceptant la saisie par stylet avec reconnaissance d’écriture, ou les interactions tactiles, et qui font fonctionner Office.» Bref, on cherche la barrière entre netbooks un peu évolués, PC tablettes conventionnels, ultraportables et véritables slates à la manière d’un iPad d’Apple, pour ne prendre que cet exemple.

Le client lourd reste au coeur de la stratégie de Microsoft

Surtout, malgré l’importance accordée au Cloud en ce début de conférence partenaires, Steve Ballmer n’a pas manqué de souligner son attachement au client lourd : «ce n’est pas parce que je passe au Cloud que je ne vais utiliser que du client léger [...] Il reste des bénéfices à retirer du client lourd.» La démonstration en sera d’ailleurs faites plus tard, par Tami Reller, vice-présidente corporate Windows et Windows Live, chez Microsoft, autour de la bêta d’Internet Explorer, capable d’utiliser les ressources de calcul d’un processeur graphique pour accélérer le rendu de pages Web. 

Et c’est dans la parfaite continuité du discours de son Pdg que celle-ci a d’ailleurs évoqué la situation de Windows 7, encourageant implicitement les partenaires de l’éditeur d’accélérer le mouvement du renouvellement des parcs de postes de postes de travail en entreprise afin de pousser Windows 7 - et peut-être, accessoirement, la cohorte d’outils périphériques qui l’accompagne. 

Selon Tami Reller, il y aurait 570 millions de PC dans les entreprises, à travers le monde. Et 74 % d’entre eux fonctionnent encore sous Windows XP. Et d’y voir «une grande opportunité [...] les utilisateurs finaux demandent à migrer vers Windows 7», car il auraient du mal à accepter de disposer de matériels moins récents au bureau qu’à la maison. Et, justement, la vétusté serait bien là : «l’âge moyen d’un PC en entreprise est de 4,4 ans; le niveau le plus élevé depuis 10 ans.» Alors, à quand le prochain cycle de renouvellement, celui qui accélérera considérablement l’adoption de Windows 7 ? C’est aux partenaires de l’enclencher : «les budgets IT vont progresser de 4 à 5 % au cours de l’exercice fiscal 2011; une part de ces budgets est destinée au renouvellement.» Surtout, «selon IDC [dans des projections établies en juin], 64,7 % des entreprises ont commencé ou vont commencer, d’ici 6 mois, à migrer vers Windows 7.» En fait, c’est bien simple : la modernisation des parcs de PC d’entreprises «est l’une des quatre principales priorités [de Microsoft] pour le nouvel exercice fiscal.» Voilà, c’est clair. Et si le message avait encore du mal à passer, l’éditeur propose à ses partenaires une méthodologie complète, pas à pas, clé en main, pour accompagner leurs clients dans le renouvellement de leur parc et... le passage à Windows 7. 

Windows Phone : "une génération perdue"

Autre aveu d’échec, celui de Windows Mobile 6.5. Steve Ballmer ne cherche d’ailleurs pas là à esquiver la critique et l’assume ouvertement : «nous avons raté une génération.» Bref, Windows Phone 7 arrive avec un train de retard. Mais le Pdg de Microsoft veut croire qu’il sera là à temps : «nous avons reçu des commentaires tout à fait remarquables sur Windows Phone 7.» Et, surtout, celui-ci équipera des smartphones «que vous serez fiers de ramener chez vous.» Tout un programme. Il ne reste plus à Microsoft qu’à convaincre les développeurs...
 

Pour approfondir sur Téléphonie mobile

- ANNONCES GOOGLE

Close