Résultats : HP surfe sur les achats de PC et de serveurs

HP rachète dans les services et le logiciel mais au moment de faire les comptes, c’est bien le constructeur de PC et de serveurs qui sauve la mise du conglomérat. Le premier trimestre est donc plutôt bon et le groupe marque un point face à IBM… grâce à ses PC.

Pour son deuxième trimestre fiscal 2010 – qui s’est terminé le 30 avril –, HP a vu son chiffre d’affaires fortement progresser (+13%) pour atteindre 30,8 milliards de dollars et surtout son bénéfice net exploser (+28%) à 2,2 milliards de dollars. Des résultats supérieurs aux attentes qui doivent donc beaucoup aux valeurs historiques du groupe. En dépit d’une concurrence que la crise a rendu encore plus féroce, HP se maintient à la première place des constructeurs de PC et enregistre une croissance de 21% pour sa division Personal Systems Group qui a généré 10 milliards de dollars de revenus. Les PC de bureau ont vu leurs ventes augmenter de 27% tandis que les portables – fortement concurrencés par Acer notamment – ont progressé de 17%.


Au niveau serveurs, la croissance est encore plus impressionnante, notamment au niveau des machines d’entrée de gamme x86. Les serveurs standard ont vu leurs revenus progresser de 54% sur un an tandis que les lames enregistraient une croissance de 45%. Le marché du stockage est un peu plus lent à reprendre mais la croissance est également au rendez-vous (+16%). Seul point noir, les ventes de systèmes HP-UX sur Itanium ont encore reculé (-17%). Au total, la division Enterprise Storage and Servers finit le trimestre avec un chiffre d’affaires de 4,5 milliards de dollars en hausse de 31%.

Les services toujours au ralenti

De quoi enthousiasmer Mark Hurd, le PDG de HP, qui explique que la reprise est au rendez-vous tout autour du globe avec des croissances – ajustées aux fluctuations de change – de 9% dans les Amériques, de 7% en Europe et de 10% en Asie-Pacifique.
Demeurent cependant quelques points noirs. Tandis que les équipes de HP finissent de digérer celles d’EDS - SSII rachetée au printemps 2008 –, l’activité Services est plutôt poussive, enregistrant une faible croissance de 2% de son chiffre d’affaires à 8,7 milliards de dollars. L’externalisation se porte plutôt bien (+6%) tandis que le BPO ne progresse pas et que les services liés aux applications reculent même de 2%.
Autre point noir, le logiciel où HP continue de perdre des plumes même si cette division ne représente plus qu’un petit 3% de l’activité. La division Software recule de 1% à 871 millions de dollars de chiffre d’affaires.
Enfin, Printing and Imaging Group, toujours l’une des divisions les plus profitables de HP, poursuit son chemin affichant une croissance solide de 8% - qui a doublé entre le 1er et le 2ème trimestre - pour 6,4 milliards de dollars de chiffre d’affaires.

1er trimestre 2010 : HP 1 – IBM 0

Dans la course qui l’oppose à IBM - qui a enregistré une croissance de 5,3% de son CA à 22,9 milliards de dollars pour le compte de son 1er trimestre 2010 – pour former le plus gros groupe informatique du monde, HP profite donc plutôt bien d’une reprise des investissements. Si les services – où Big Blue est très dominant - sont toujours encalminés,  les dépenses en infrastructures et autour du poste de travail en entreprises sont reparties assez fortement. IBM, de son côté, profite bien du regain de forme sur le marché serveurs. Mais il ne peut pas vraiment profité de l’engouement réel qui touche le marché PC tant grand-public que professionnel. Big Blue ayant revendu il y a quelques années l’une de ses activités pourtant historiques au chinois Lenovo…

Pour approfondir sur Externalisation

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close