Résultats : malgré un CA en hausse de 8 %, IBM déçoit le marché

L'imperturbable IBM publie des résultats pour son troisième trimestre en progression, mais manque de peu le consensus des analystes. Un ralentissement de la croissance dans les services notamment, vient un peu ternir la performance de Big Blue.

Tous les indicateurs sont au vert pour IBM au troisième trimestre. Le groupe d'Armonk semble à peine sourciller face à la crise européenne et publie un chiffre d'affaires en hausse de 8% en un an, à 26,2 Md$. Une croissance que le groupe attribue à tous les secteurs d'activité sur la période. Le groupe profite ainsi d'une croissance des dépenses IT qui en dépit d'un contexte économique défavorable sont à la hausse. Selon les prévisions de Gartner, la croissance de la dépense informatique dans le monde devrait finalement être de 7,1% en 2011, contre 5,6%prévus initialement. Le bénéfice net du groupe atteint quant à lui 3,8 Md$ en hausse de 7%.

Toutefois en dépit de cette progression du CA, les analystes ont tenu à rappeler qu'IBM a raté de peu les prévisions du marché pour ce trimestre. Des prévisions qui anticipaient des ventes de l'ordre de 26,3 Md$ sur la période. Selon nos confrères de Bloomberg, les activités liées au ventes de matériels, de services et de logiciels ont ainsi vu leur croissance fléchir sur la période.

Des services en hausse de 8%


Au 3e trimestre, les activités services, qui constituent l'essentiel des revenus du groupe, ont enregistré une croissance de 8% (contre 10% au T2) avec un CA total de 15,1 Md$ (10,3 Md$ pour la branche Global Technology Services - +9%- ; 4,8 Md$ pour la branche Global Business Services  - + 6%).

Derrière, les logiciels ont certes enregistré la plus belle croissance de la période (+ 13% en un an), mais cette croissante à un peu ralenti de trimestre à trimestre. Au 2e trimestre, relèvent nos confrères de Bloomberg, le taux de croissance atteignait 17%. Le CA de l'activité n'en reste pas moins impressionnant à 5,8 Md$. Sur ce segment, les familles de produits middleware (WebSphere, Information Management, Tivoli, Lotus et Rational) ont progressé de 17% en an : +52% pour WebSphere ; + 12% pour Information Management ; +8% pour Tivoli ; +6% pour Lotus ; + 7% pour Rational. La partie Operating Systems, quant à elle, a progressé de 9% à 598 M$.

La croissance des activités matérielles ralentit elles aussi (Systems and Technology dans le langage IBM) avec une hausse des ventes de 4% contre +17% au T2. Le CA s'établit à 4,5 Md$. Dans le détail, si les revenus sont tirés par les systèmes Power, les System x,  le stockage et les solutions pour le Retail ont cru sur la période - + 15%, + 1%, +8% , +14%, les ventes de grands systèmes (System z) sont, elles, en recul de  5%.

Signalons enfin que les activités liées à l'analytique - un secteur sur lequel IBM a investi plusieurs milliards de dollars ces dernières années - ont progressé de 19%, explique IBM, dans un communiqué.

Les BRIC à l'honneur

Une nouvelle fois, les pays émergents sont ceux qui tirent la croissance du groupe. Avec + 19% de croissance, ces pays progressent à un rythme soutenu. Ils représentent désormais 23% du CA total au T3. Dans cette catégorie, les BRIC - Brésil, Russie, Inde, Chine - ont quant à eux progressé de 17%.

Big Blue réalise encore l'essentiel de son CA aux Amériques, une zone qui a généré des revenus de l'ordre de 10,9 Md$ au 3e trimestre, en hausse de 7% en un an. La zone EMEA - pourtant frappée par la crise de la dette -, totalise 8 Md$ de revenus, en progression de 9%, alors que l'Asie - Pacifique, avec 6,5 Md$ de CA, progresse de 10%.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close