HP va payer à Leo Apotheker son billet retour vers la France...

...en plus de confortables indemnités de licenciements, qui pourraient atteindre 23 M$. Meg Whitman aura un salaire fixe de 1 M$ mais pourra espérer un confortable bonus. La nouvelle CEO et Ray Lane bénéficient aussi d'un plan de stock-options qui, s'ils atteignent leurs objectifs, pourrait leur rapporter 55 M$ et 29 M$. A se demander ce qu'il reste du HP Way, qui fondait la gouvernance d'HP sous David Packard.

Il n'y a, semble-t-il, pas que le monde de la finance qui part à la dérive ces derniers temps. Le conseil d'administration d'HP semble en effet avoir perdu de vue les principes fondateurs d'une société qui a longtemps été un modèle de gouvernance pour la Silicon Valley et le monde de la High-Tech (la lecture de l'ouvrage "The HP Way" rédigé par David Packard, le co-fondateur de la firme est à cet égard édifiante). Il est vrai que les dérives ne datent pas d'aujourd'hui et que l'on peut tracer leur origine à la nomination de Carlton Fiorina en 1999 par Lew Platt.

HP, donc, berceau du HP Way, vient d'offrir à Leo Apotheker, le CEO qu'elle vient de remercier après 11 mois de service - un record de brièveté - un billet retour gratuit vers la France (ou la Belgique). La classe du billet n'est pas précisée, mais Léo sera sans doute mécontent d'apprendre que, saison d'hiver oblige, Air France a récemment retiré son Airbus A380 de la ligne Paris San-Francisco, ce qui le contraindra à voler sur un vieux 747 s'il décide d'emprunter notre compagnie nationale pour rejoindre Paris.

Un billet assorti d'un versement de 13 à 23 M$

Plus sérieusement, le fameux billet offert par HP pour renvoyer Leo et son épouse vers le vieux continent est assorti d'avantages conséquents. HP va ainsi verser 7,2 M$ d'indemnités de départ à Leo Apotheker sur les 18 prochains mois et va accélérer la mise à disposition de 156 000 actions HP (valorisées à 3,5 M$ au jour de son licenciement). Leo Apotheker pourra aussi prétendre au versement de 424 000 actions supplémentaires (soit 9,6 M$ additionnels) si HP atteint certains objectifs de cash-flow au cours des trois prochaines années
 
Et comme si cela ne suffisait pas, HP a accepté de verser à son désormais ex-CEO un bonus annuel de 2,4 M$ au titre de ses onze mois de service à la tête d'HP (qui ont vu la société revoir à la baisse trimestre après trimestre ses objectifs et le cours de bourse de la société s'effondrer). Officiellement, ces 2,4 M$ sont versés dans le cadre d'un plan baptisé Pay-for-Results (qu'il est sans doute urgent de rebaptiser au vu de la performance de Leo Apotheker à la tête de la firme).

Toujours prêt à rendre service, HP aidera Leo Apotheker à déménager et remboursera ses dépenses en la matière. Le groupe couvrira aussi la perte éventuelle qu'il subira sur la revente de la maison qu'il a achetée aux États-Unis, domicile pour l'acquisition duquel HP lui avait déjà versé 2,9 M$ de frais de "déménagement" lors de son arrivée en octobre 2010.

Cerise sur le gâteau, HP remboursera à Leo Apotheker, les frais d'avocats engagés pour la négociation des conditions de son départ ainsi que les éventuels surcoûts d'impôts que pourrait lui coûter son retour en France ou en Belgique. Au total, le limogeage de Leo Apotheker pourrait donc coûter à HP et à ses actionnaires près de 23 M$, hors frais d'avion.

De quoi faire se retourner David Packard dans sa tombe et méditer sur cette citation de Mère Teresa : "Ce qui me scandalise, ce n'est pas qu'il y ait des riches et des pauvres : c'est le gaspillage."

Notons pour terminer que Meg Whitman, qui succède à Leo Apotheker aura un salaire fixe de 1$ (contre 1,2 M$ pour Apotheker) mais pourra toucher entre 2,4 et 6M$ par an en bonus dans le cadre du plan "Pay for Results" préalablement mentionné (ce qui est plus que vraisemblable). Elle pourra aussi bénéficier de 1,9 millions de stock-options HP. Ray Lane, le nouveau président éxécutif pourra lui aussi bénéficier de un million de stock-options HP. Ces différentes tranches de stock-options ne pourront être exercées que si l'action HP dépasse d'au moins 140% le cours actuel de l'action. Rappelons que cette dernière approchait les 50$ en février dernier et qu'elle ne vaut plus de 23,78 $ aujourd'hui. Pour toucher le jackpot, Ray Lane et Meg Whitman devront donc ramener l'action HP un peu au dessus des 57 $ dans les trois prochaines années. Si cette condition est atteinte, leur gain potentiel sera respectivement de 55 M$ et de 29 M$...

A lire aussi sur LeMagIT

En savoir plus :

The HP Way, sur Amazon.fr

Pour approfondir sur Constructeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close