Mobilité : Tizen, un projet Open Source fédérateur pour faire vaciller Android

Le projet d'OS mobile Open Source Tizen, initié par la LiMo Foundation ainsi que la Linux Foundation, veut jouer un rôle fédérateur au sein de la communauté Linux dans la mobilité. Intel y fusionnera son Meego et Samsung compte bien profiter de Tizen pour commencer à s'extirper d'Android.

Finie la fragmentation dans les OS mobiles Linux. Le projet LiMo, accompagné de la Linux Foundation, a annoncé la création du projet Tizen, un OS mobile 100% Linux multi plates formes dont la vocation est d'être transversal. Comprendre : viser les segments des tablettes tactiles et des smartphones, mais également les TV connectés, des netbooks (sic) et des systèmes embarqués dits d'infotainment.

Autrement dit, son objectif est de  fédérer les ressources de la communauté Open Source sur le terrain de la mobilité et de produire une alternative à Android. L'OS mobile de Google, en cumulant les procès pour violation de copyright, notamment, commence en effet à inquiéter les constructeurs de terminaux mobiles.

Un front commun

"La LiMo Foundation considère Tizen comme un changement opportun qui réunit les principaux défenseurs de l'OS Linux dans la mobilité au sein d'un éco-système renouvelé, grâce à un modèle ouvert et Web en matière de développement d'applications ; ce qui devrait aider les constructeurs de terminaux à innover dans le logiciel et donner aux développeurs et aux fournisseurs de services  un accès plus libre aux consommateurs", affirme Morgan Gillis, directeur de la LiMo Foundation. Le ton est donné. D'unification, il est bien question. D'autant que hormis l'omniprésence d'Android sur le marché - qui repose sur un noyau Linux accompagné d'une kyrielle de librairies -, les autres OS Linux mobiles, à l'image de LiMo, n'ont jamais vraiment percé sur le marché.

Et justement. L'un des points forts de Tizen est notamment son soutien du secteur. Le projet a d'emblée reçu le support d'Intel et de Samsung, qui formeront le noyau dur des équipes de développements de l'OS. La présence d'Intel, qui s'est empressé de rallier Tizen, donne ainsi un coup d'arrêt au projet Meego. Certes déjà sous-entendue en début de mois, cette "mort" de l'OS Open Source - du moins de son nom -, né d'une collaboration entre le fondeur et Nokia (avec Maemo), est aujourd'hui confirmée. A LiMo (aujourd'hui en version 4), s'ajouteront ainsi les développements de Meego. Ces deux OS formeront ainsi le socle technologique de Tizen.

Outre Intel et Samsung, Acer et Asustek ont également annoncé leur soutien au projet. HTC serait également en cours de réflexion.

Le développement d'applications sur Tizen s'effectuera à partir de HTML 5 ainsi que de toute la sphère des standards du développement Web qui entoure la norme du W3C. A savoir, Javascript, CSS et SVG notamment. Ce qui ne manque pas, assez ironiquement, de faire penser quelque peu à WebOS. Les API WAC (Wholesale Application Community) seront également supportées. Celles-ci sont censées fournir une plate-forme commune pour le développement d'applications mobiles.

Le poids de la Linux Foundation

Un autre point fort de Tizen est évidemment sa proximité avec la Linux Foundation. En étant hébergé dans l'un des symboles du logiciel Libre, le projet se dote d'une crédibilité affirmée. L'institution, en charge de la promotion de Linux dans l'industrie a, depuis plusieurs années, rapatrié dans ses rangs des consortiums liés au segment de la mobilité et de l'embarqué : la communauté de l'automatisme Open Source (Open Source Automation Development Lab - OSADL), la communauté Open Source de l'électronique grand public (Consumer Electronics Linux Forum - CELF), sans compter sur ses relations avec le consortium Linaro (un consortium qui réunit les constructeurs de processeurs ARM autour d'outils de développement Open Source).

Des industriels et des acteurs de la mobilité ont également posé leur jalon à la fondation, pour marquer leur intérêt dans Linux, à l'image de Toyota ou encore de Broadcom, pour ne citer que les membres les plus récents.

Intel éteint Meego, Samsung s'extirpe d'Android

Restera alors à s'interroger sur les motivations d'Intel et de Samsung. Pour le premier, il s'agit ainsi de capitaliser sur Meego, alors qu'il avait été lâché par Nokia - parti sceller un accord cadre avec Microsoft autour de Windows Phone. Intel promet par ailleurs d'accompagner les constructeurs ayant choisi d'équiper leurs terminaux de Meego, vers Tizen. Le fondeur se dote également d'un point d'entrée sur le segment de la mobilité, là où l'adoption de Meego avait été en dents de scie, notamment à cause de problèmes technologiques, de comptabilité et de manque de support côté applications.

Pour Samsung, la motivation semble différente. Tout comme les constructeurs qui ont bâti certains de leurs terminaux sur Android, le rachat de Motorola par Google a de quoi les inquiéter quant aux intentions de Mountain View sur le terrain de la mobilité. De plus, le Coréen qui a dû payer à Microsoft des frais de licence pour son utilisation d'Android voit sa facture gonfler. Pour mémoire, Microsoft revendique la propriété intellectuelle de certaines briques d'Android, imposant alors aux constructeurs des royalties. HTC aurait ainsi versé 5$ par terminal Android vendu, comme nous l'indiquait l'analyste Walter Pritchard, du cabinet d’analyse financière Citi, en mai 2011.

Mais ce n'est pas tout. En se ralliant à la cause de Tizen, Samsung chercherait également à étoffer son OS Bada, que le groupe prévoit d'ouvrir à l'Open Source. Théoriquement, Tizen devrait également supporter les applications conçues pour Bada, ainsi que son magasin applicatif associé. Quitte au passage à profiter, pourquoi pas, des dollars d'Intel.

La première version de Tizen devrait être livrée au premier trimestre 2012, et les premiers terminaux embarquant l'OS mis sur le marché à la mi-2012.

En complément :

ARM et Linux : une pagaille dans la communauté du noyau

Pour approfondir sur Constructeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close