Oracle / Itanium : HP attaque Oracle, Oracle accuse HP de tromperie

Une semaine après avoir rappelé à Oracle ses engagements, HP a finalement décidé de poursuivre la firme de Larry Ellison devant les tribunaux pour avoir arrêté les développements pour Itanium. Oracle réplique dans la foulée, expliquant que HP savait tout d'un éventuel désengagement d'Intel... mais n'a rien dit. Un nouvel épisode dans le feuilleton Oracle / HP démarre.

HP met sa menace à exécution. Le groupe de Leo Apotheker a décidé officiellement de poursuivre Oracle devant les tribunaux pour son abandon de la plate-forme Itanium. L'affaire est portée mercredi 15 juin devant une cour de justice de Santa Clara, qui devra donc déterminer si cette décision d'Oracle, prise en mars dernier, viole certains engagements commerciaux et contractuels passés entre les deux groupes. Et surtout si la firme de Larry Ellison risque d'en tirer profit. La semaine dernière, alors que HP avait rendu public l'envoi d'une lettre à Oracle, brandissant le spectre d'un procès, le groupe avait en effet prétendu que cet arrêt des développements sur Itanium constituait "une tentative illégale d’obliger les utilisateurs de plates-formes HP” à adopter celles d’Oracle.

Fin mars, à la surprise de HP et de ses clients - qui utilisent le SGBD, les middlewares et les logiciels d’Oracle sur des serveurs critiques du groupe -, Oracle a annoncé son intention de stopper les développements pour la plate-forme Intel Itanium, invoquant une fin de vie prochaine des processeurs et un désengagement d'Intel sur la technologie - ce qui n'a pas été confirmé par Intel.

Pour Oracle, qui qualifie ce procès de "complètement calomnieux et sans mérite" dans un communiqué assez épidermique, HP démontre ici sa mauvaise foi. Toute en qualifiant de "fausses" les accusations de HP, la firme de Redwood Shores l'accuse à son tour d'avoir essayé de le rouler dans la farine en lui faisant signer un accord en septembre 2010, afin de s'assurer d'un support sur long terme d'Itanium du côté d'Oracle. Or à l'époque, souligne Oracle, HP savait déjà que les jours de la plate-forme d'Intel étaient comptés. Pointant nommément du doigt Ray Lane (président du groupe), les membres du conseil d'administration actuel de HP et Leo Apotheker (son CEO), dans son communiqué.

Et Oracle d'enfoncer le clou : "Ayant eu connaissance de cela, HP a multiplié les annonces dans le but de tromper et duper ses clients et ses actionnaires, en leur faisant croire que cette idée de fin de vie n'existait pas. Mais elle existe bien."

Cette épisode ne devrait pas améliorer les relations entre HP et Oracle. Depuis le limogeage de Mark Hurd à la tête de HP, pour harcèlement sexuel,  Larry Ellison, son grand ami, n'a cessé de tancer publiquement le board de HP, qualifiant - on se rappelle - "d'idiotie" la démission forcée de Hurd. La tension était montée d'un cran à la nomination de Hurd à la présidence d'Oracle.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close