Ocova 2009 : le sans-contact se met au vert à Gap

Quoi de plus naturel, alors que le débat sur la taxe carbone fait rage, que de s'appuyer sur le développement durable pour décoller. Le Forum Ocava 2009, point de ralliement des PME, collectivités et pôles de compétitivité du monde des objets communicants, prend cette année une thématique verte. De quoi doper l'intérêt des collectivités locales, notamment, pour les technologies du sans contact.

Pour se démocratiser, le sans-contact adopte la verte attitude. C'est le premier constat qu'on pouvait faire lors de l'édition 2009 du Forum Ocova, véritable « hub » des acteurs liés au segment des objets communicants. Une 6ème édition qui tait quelque peu les prouesses d'innovation presque ludiques mises en avant en 2008, pour cette fois-ci s'enrober de développement durable. Fi du NFC (Near Field Communications). Fi du paiement mobile et du commerce mobile auxquels les analystes promettent pourtant un avenir radieux dans les 5 années à venir (30 milliards de dollars générés par les transactions NFC, selon Juniper Research). L'heure est à la séduction des collectivités locales, qui soufflent un peu le chaud et le froid en termes d'adoption des technologies liées au sans-contact. On parle à Gap de « territoire intelligent ».

Le développement durable comme remède à la crise

Les PME présentes, celles retenues par les organisateurs - le Pôle SCS (Secured Communicating Solutions), communications sécurisées -, s'offrent une cure écologique pour séduire ce segment. Et comme le développement durable est devenue une préoccupation capitale dans la vie des citoyens, donc des collectivités, c'est l'ensemble de l'écosystème des objets communicants et du sans contact qui en profite. Le message pourrait alors être : si le public voit les objets communicants s'exprimer dans la ville, il s'habituera à son usage.

« Les derniers projets montés par le Pôle SCS liés notamment au M2M ne parlent pas du tout au gens. Mais les moteurs de ces projets sont les collectivités qui expriment des besoins. Nous sommes en train d'entrer dans une phase où c'est l'usage qui gouverne le développement des solutions et non pas la technologie qui va définir des nouveaux usages », constate Yann Bidault, chef du projet Ocova. Autrement dit, la RFID est arrivée à maturité sur le plan technique, l'innovation est désormais une affaire d'usage. Et sur ce point, le développement durable constitue un bon levier.

Ecouter Yann Bidault, chef du projet Ocova sur la thématique du développement durable

Capteurs et mesures pour organiser le territoire

Axe fort du Forum 2009, l'installation de capteurs pour favoriser les interactions avec l'environnement et mettre en place des services adaptés. Nombreuses étaient les PME spécialisées sur ce segment. Parmi elles, la société SPS (Smart Environnement Prevention) développe une solution combinant capteurs et logiciel de modélisation de cartographie en 3D qui détecte et prévient des incendies de forêts. Guy Guistini, son Pdg, affirme qu'après 3 ans de germination au sein du Pôle de compétitivité SCS, SPS et sa solution Fire Solutions ont posé un pilote sur la Sainte Victoire (montagne qui trône au dessus d'Aix-en-Provence). Son projet, élaboré notamment avec les pompiers, aurait également séduit la SNCF.

Autres projets mis en avant, ceux de la télé-relève. Un vaste champ d'applications qui consiste notamment à rendre possible la relève de compteurs à distance, en y associant tout un panel de services, tournés tant vers le particulier que vers les entreprises. Veolia a ainsi présenté son projet de gestion de l'eau. Son objectif : remonter plus régulièrement les relevés vers un portail sécurisé et proposer un système de création d'alarme pour répérer toute anomalie de consommation. Un concept très Machine-to-Machine, qui s'inscrit dans la même logique que le gigantissime projet d'ERDF, filiale d'EDF, sur la mise en place de compteurs intelligents en France.

dsc02705Notons également la présence d'Orange, opérateur incontournable sur le segment du Machine-to-Machine, venu présenter ses projets d'interconnexion d'objets situés dans les villes. Ainsi que son concept de bâtiment intelligent, SmartImmo, dont l'objectif est de relier tous les outils de gestion ou d'animation d'un bâtiment (électricité, air conditionné, machine à café...) pour collecter l'ensemble des données. La PME Newsteo présentait, en complément, ses solutions de capteurs intégrant la solution d'Orange.

Dernier segment abordé dans ce forum, celui de la e-santé. La PME GAP Hygiène Santé présentait ainsi son projet de traçabilité des déchets de soins (comme les seringues). Le projet « Pharma Collect » repose sur l'intégration d'une puce RFID au sein de boîtes servant à recevoir les déchets et sur des bornes qui récupèrent ces mêmes boîtes (en photo ci-contre). Objectif : mieux évaluer, dans un premier temps, la quantité de déchets de soin qui ne respectent pas le parcours traditionnel, confie Isabelle Chialva, chargée d'exploitation du projet. Une simple identification en somme, avant d'enrichir, dans un second temps, la puce de nouvelles données, précise-t-elle.

Pour approfondir sur RFID et Internet des objets

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close