Intel veut damer le pion à ARM dans les data centers

Alors que les initiatives se multiplient autour de processeurs basse consommation à base d’ARM pour les datacenters, Intel ne compte pas se laisser faire. Il dégaine aujourd’hui son projet Centerton : des processeurs basse consommation Atom dédiés aux serveurs.

Jusqu’ici réservé aux tablettes et smartphones, voire au monde de l’embarqué, les processeurs Atom d’Intel s’attaquent désormais au datacenter. Le nouveau Atom S1200 est le premier d’une nouvelle gamme de puces Atom S, nom de code Centerton, dédiées spécifiquement aux datacenters. Avec une consommation énergétique de 6 watts, ce processeur vise la catégorie des micro-serveurs avec des tâches répétitives dans des environnements très denses où la déperdition énergétique est immense : maintenance d’un serveur Web ou participation à une grappe de calcul pour de l’analyse Big Data par exemple. L’Atom S1200 est un processeur 64-bits, (comme celui développé pour

SeaMicro) avec des capacités d’hyperthreading pour améliorer sa performance. Pour Intel, avec de telles caractéristiques, l’Atom S1200 pourrait permettre l’installation de 1000 nœuds de calcul par racks. HP, partenaire d’Intel, a déjà annoncé qu’il déploierait des processeurs Atom S1200 dans sa gamme de serveurs Gemini début 2013.

Couper l’herbe sous le pied d’ARM Pourquoi Intel a–t-il choisi d’étendre sa gamme Atom aux datacenters alors qu’il dispose déjà d’une gamme complète de processeurs Xeon sur ce secteur ? Tout simplement pour ne pas se faire souffler le marché sous le nez par les puces à base d’ARM qui se dotent elles aussi de capacités 64-bits et visent le marché des microserveurs. Outre SeaMicro, racheté récemment par le rival historique d'Intel,  AMD,

Samsung et

Calxeda se lancent aussi sur ce secteur et commencent déjà à séduire les

constructeurs de serveurs. Leurs modèles ne seront intégrés dans des serveurs, hors clients testeurs, que dans le courant de l’année prochaine. Avec cette annonce, Intel veut leur couper l’herbe sous le pied. D’autant que le fondeur a également levé le voile dans la foulée sur la prochaine génération d’Atom S encore plus aboutie gravée en 22 nm (contre 32 nm pour celle-ci). Ces nouvelles puces sont attendues pour la fin 2013.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close