MWC 2013 : vers la convergence du paiement en ligne et physique

Fort logiquement, alors que le paiement mobile commence à prendre de l'embonpoint avec la multiplication des terminaux NFC et avec une attitude des consommateurs de plus en plus tournée vers la mobilité, les banques et autres organismes de paiement en ligne ont élu domicile au Mobile World Congress. Visa, MasterCard et PayPal n'ont pas manqué ce rendez-vous.

Outre la téléphonie, un autre secteur est à l’honneur du Mobile World Congress 2013 :  le monde bancaire. Outre les différentes déclinaisons du NFC dans le monde du paiement, et les solutions afférentes proposées par les fabricants de cartes à puce et les constructeurs de téléphone comme Samsung ou Sony, le salon attire également plus particulièrement des acteurs du monde bancaire. Ainsi cette année, MasterCard, Visa et Paypal ont leurs stands et font le plein de nouveautés. MasterCard y présentait notamment sa nouvelle marque MasterPass, dédiée à tous les paiements hors carte bancaire physique. Pabloi Fourez, responsable des canaux numériques de MasterCard Europe la définit comme « une plate-forme numérique de paiement en ligne, in-app et en boutique cohérente ».

Elle s’appuie sur trois services : le lancement d’API pour faciliter l’acceptation de MasterPass et son intégration dans les boutiques en ligne via des partenariats avec les marchands et les prestataires de services de paiement, un porte-feuille électronique ouvert à l’ensemble des cartes (MasterCard, mais également Visa, Amex ou locale) en marque blanche pour les banques et les opérateurs ou sous forme d’API pour que les clients de MasterCard connectent le leur plus facilement sur sa plate-forme, et des services à valeur ajoutée hors paiement (couponing, ticketing, etc.) Visa présente lui, outre son partenariat avec Samsung, V.Me, son porte-feuille numérique qui sera lancé en France cette année, via les banques partenaires de Visa.

A sa création, l’utilisateur final crée ses identifiants puis choisit la ou les cartes à intégrer à ce porte-feuille. Au moment de payer son achat sur Internet, s’il clique sur l’icône V.me, il sortira complètement du site marchand pour accéder à un site géré par sa banque et pour choisir la carte de paiement. Cette méthode, qui peut ou non être couplée à 3D secure, est censée rassurer l’utilisateur en lui assurant que ses données financières ne sont jamais à la disposition du commerçant. Pour le commerçant, V.me sera plus cher qu’un paiement par carte classique, mais moins cher que Paypal.

Du côté de Paypal, la nouveauté ne se situe pas en ligne mais dans le monde physique. Le lecteur Paypal Here arrive en effet en Europe, d’abord en avril au Royaume-Uni avant de s’attaquer au reste de l’Europe à partir de juin. A la différence des lecteurs Paypal Here déjà présents aux Etats-Unis, la version européenne, qui sera commercialisée une centaine de livres, accepte les paiements en utilisant la puce de la carte. Elle accepte aussi un paiement classique via un identifiant Paypal et le lecteur communique avec le smartphone du commerçant en Bluetooth. Celui-ci n’a pas de location du TPE à payer, mais sera soumis au régime des commissions classiques de Paypal, soit un peu moins de 3 % par transaction.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close