Vente de Here pour 2.8 milliards : Nokia finalise son recentrage sur les réseaux

En payant presque 3 milliards d’euros, Audi, BMW et Daimler veulent s’appuyer sur le service de cartographie pour la conception de futurs véhicules intelligents. Nokia confirme son recentrage.

Le service de cartographie et de géo-localisation Here de Nokia vient d’être racheté pour 2.8 milliards d’euros par un consortium de constructeurs automobiles allemand composé d'Audi, de BMW et de Daimler (Mercedez). Pour mémoire, Nokia l’avait lui-même acheté en 2007. La société finlandaise avait obtenu outil de cartographie et de navigation - qui s’appelait alors NAVTEQ - pour plus de 8 milliards (8.1 exactement).

En plus des cartes, Here utilise des technologies Cloud pour ajouter de l’analytique prédictif en temps réel à ses cartes. Disponible pour de nombreux appareils (smartphone, tablette, montres) Here l’est aussi – et surtout pour le consortium – dans les véhicules connectés.

Des éditeurs comme Microsoft, SAP ou encore Oracle l’intégrèrent également dans leurs offres.

Nokia se concentre sur les réseaux, rien que sur les réseaux

Du côté de Nokia, cette vente à prix bradé au regrd du prix d'achata s’explique par la volonté de se recentrer rapidement sur ses activités de réseaux pures et dures.

« Avec cette étape, nous achevons la dernière étape de la transformation de Nokia », explique Rajeev Suri, PDG de Nokia. « Nous avons intégré l’anciennement nommé Nokia Siemens Network, nous nous sommes séparés des appareils mobiles, et nous avons obtenu un accord pour une transaction pour Here, ce qui – nous le croyons – est la meilleure voie à suivre à la fois pour nos actionnaires, pour nos clients et pour nos employés », résume-t-il.

Pour lui, l’objectif aujourd’hui est bien – et uniquement – « de nous concentrer sur l’intégration prévu avec Alcatel-Lucent. Une fois que cela sera fait, Nokia sera une entreprise réinventée, avec une technologie et des services réseaux leaders dans le monde, ainsi qu’une société innovante et créatrice de brevets grâce à Nokia Technologies ».

L’unité cartographie a réalisé un CA de 917 millions d’euros en 2014

La voiture de demain à besoin de cartes, de géolocalisation et de prédictif

Le consortium de constructeurs allemands – par la voix de Dieter Zetsche, président du conseil d’administration de Daimler - assure que Here restera un fournisseur indépendant de cartes et de géolocalisation pour tout type de clients et d'industries.

L’intérêt stratégique de cet achat pour le consortium est de posséder (et de développer) une plateforme sur laquelle appuyer l’intelligence de leurs futurs véhicules. Les cartes et la localisation permettent de fournir des informations aux utilisateurs, mais aussi de les générer.

« A mesure que les volumes de données anonymisées générées par les véhicules augmentent, les services fournis vont devenir de plus en plus pratiques, individualisée et pertinents », prédit Ulrich Hackenberg, membre du comité de direction en charge du développement technique d’Audi. A condition d'avoir de bonnes cartes et de bons algorithmes.

Ces données lorsqu’elles sont traitées en temps réel permettent de prévenir des dangers en analysant le comportement individuel d'une voiture par rapport au contexte (en automatisant l’activation de l’ABS par exemple). Ou, lorsqu’elles sont agrégées, de prédire la formation de bouchons de manière beaucoup plus fiable et réactive qu’aujourd’hui.

Le cœur de Here – à savoir ses cartes – sera aussi stratégique pour la conception de véhicules autonomes (ou pour leurs déclinaisons d’assistances à la conduite). Les deux ne pouvant être conçus qu’avec des cartes de hautes qualités, précises et à jour. Le fait de pouvoir faire remonter des données des véhicules dans Here prend, là encore, une dimension stratégique intéressante pour la pertinence industrielle de l'outil.

Pour approfondir sur RFID et Internet des objets

- ANNONCES GOOGLE

Close