Larry Ellison, Oracle : "on prend des parts de marché à SAP"

De nouveau en expansion en termes de ventes de licences, Oracle se montre optimiste sur la réussite de l'intégration de Sun, estimant que cette activité sera profitable dès le trimestre en cours. Et écorne sévèrement, par la voix de son Pdg, SAP, dont les errements stratégiques profiteraient aux applicatifs maison.

Après un second trimestre fiscal déjà flatteur, Oracle accélère encore lors de son troisième trimestre, clos fin février. A 6,4 Md$, le chiffre d'affaires progresse de 17 % sur un an, mais cette expansion est en partie due au rachat de Sun, intégré dans les comptes d'Oracle depuis le 26 janvier. Mais, même en excluant l'apport du constructeur californien, le chiffre d'affaires progresse de 7 %, soit mieux qu'au trimestre précédent où la croissance n'atteignait "que" 4 %. Le plus encourageant reste que cette expansion est emmenée par les ventes de licences : à 1,7 Md$, celles-ci progressent de 10 % sur un an. Le signe d'un déblocage des investissements. Le résultat net (en normes Gaap) décroît par contre de 10 % sur un an à 1,2 Md$. Il faut dire qu'avec la reprise d'un Sun en grandes difficultés, les effectifs du boulimique éditeur ont augmenté de plus de 23 000 personnes, dépassant pour la première fois la barre des 100 000 employés.

Oracle affirme toutefois que l'intégration de Sun se déroule au mieux. "Nous pensons que Sun aura une contribution significative à notre bénéfice par action du quatrième trimestre (le trimestre en cours donc, NDLR) et qu'il atteindra les objectifs de rentabilité fixés pour l'année prochaine". Pour la première fois de son histoire, Oracle affiche désormais, dans ses comptes, une ligne correspondant à la vente de matériels (pour 458 M€).

Matériel + logiciel : ça marche, selon Oracle

Pour mieux souligner la pertinence de sa stratégie d'intégration entre matériel et logiciel - le discours maison depuis le rachat de Sun -, Oracle explique dans un communiqué qu'Exadata, l'appliance de base de données conçue avec des matériels Sun, est le produit qui a connu la croissance la plus rapide de toute l'histoire de la société, avec 400 M$ de commandes depuis son lancement.

L'éditeur, par la voix de son Pdg Larry Ellison, insiste également sur sa progression dans l'applicatif, progression qui se fait aux dépens de SAP, explique Oracle. "Le dernier trimestre de SAP était son meilleur de l'année, en décroissance de seulement 15 %, tandis que les ventes d'applications Oracle progressaient de 21 %. En revanche, SAP est largement devant nous en nombre de Pdg sur cette année : ils viennent d'annoncer leurs troisième et quatrième (une référence à la nomination récente de deux co-Pdg à la tête de l'éditeur allemand, NDLR), alors que nous n'en avons eu qu'un", ironise Larry Ellison, dans une des tirades qui font le sel du personnage.

En complément :

- Jonathan Schwartz, ex-Pdg de Sun : "ce que je ne pouvais pas dire"

- Oracle augmente le prix de certaines certifications Sun, notamment pour MySQL

- La vision d'Ellison après le rachat de Sun : Oracle en 2010 = IBM en 1960

- Résultats : le rideau de fer imposé par Oracle étouffe Sun à petit feu

Pour approfondir sur Applications transversales - PGI (ERP)

- ANNONCES GOOGLE

Close